La zone Est

Le temple Sanjusangen-do

sanjusangen-do

Parmi plus de 1 600 temples bouddhistes de Kyoto, Sanjusangen-do est un temple digne de ce nom. C’est un temple très impressionnant. La taille de son bâtiment principal nous surprend en premier lieu. Il mesure environ 120 mètres de long et possède la plus longue structure en bois du monde. Pourquoi est-il si long ? Plus de mille statues de kannon bosatsu, divinité de la compassion y sont vénérées et nous observent avec des expressions légèrement différentes. C’est le seul temple au Japon où nous pouvons voir de nombreuses statues du Bouddha. À propos, que signifie le nom de ce temple, Sanjusangen-do ? Sanjusan est le chiffre 33 en français. Cette appellation provient du nombre de travées entre les piliers qui le composent. Comptez ces travées lors de votre visite. Le chiffre 33 a aussi rapport au kannon. Pourquoi ? Je vais aussi vous parler d’anecdotes qui concernent d’autres chiffres…

Autrefois, un concours sportif s’organisait sous l’auvent du bâtiment principal. Pouvez-vous deviner quel sport a été pratiqué ?

  • Le prix du billet d’entrée du temple Sanjusangen-do est de 600 yens.
  • Il est interdit de prendre des photos dans le bâtiment principal.
  • Carte

Le temple Chishaku-in

Chishaku-in

C’est l’un de mes temples préférés. Pas trop de monde, je peux échapper au bruit de la ville et me relaxer ici. Ce temple se situe près du temple Sanjusangen-do.
Les peintures réalisées par les artistes de l’école Hasegawa Tohaku sont magnifiques. Le jardin avec un étang qui a pris comme modèle Chang Jiang, fleuve chinois est reposant.

C’est un jardin où on apprécie la beauté de la nature, de l’intérieur du bâtiment. Vous aurez l’impression de flotter sur l’eau. Vous pourrez apprécier la beauté des fleurs de chaque saison et en particulier, ce jardin est magnifique vers la période de floraison des azalées (de la fin mai à la fin juin).

  • Le prix du billet d’entrée du temple Chishaku-in est de 500 yens.

La maison du potier Kawai Kanjiro

La maison du potier Kawai Kanjiro

Si vous voulez voir un peu autre chose que des temples ou des jardins à Kyoto, que diriez-vous de visiter cette vieille maison située dans une ruelle tranquille proche de Gojozaka, pays d’origine des céramiques de Kiyomizu ? Kawai Kanjiro est un potier représentatif du XXème siècle. Il était à la fois poète, sculpteur et philosophe. Sa maison qui servait aussi d’atelier crée une ambiance de vieille demeure rustique.

Outre ses œuvres magnifiques, vous pourrez y voir aussi des meubles et des objets qu’il a façonnés ou utilisés durant sa vie. Il pensait que la vraie beauté réside dans la vie quotidienne. La beauté simple qu’il poursuivait s’y incarne.

Le four

Voici l’énorme four à poterie que Kawai avait en commun avec d’autres potiers du quartier. Il n’est plus utilisé depuis les années 1970, mais il garde son aspect d’autrefois.

  • Le prix du billet d’entrée de la maison  du potier Kawai Kanjiro est de 900 yens.
  • Elle est fermée le lundi.
  • Vous pouvez prendre des photots avec le consentement de la maison.
  • Pour la pause-café après la visite, je vous recommande le café Ichikawaya Coffee, tout proche de la maison.

Le temple Kiyomizu-dera

Terrasse du Kiyomizu-dera

Le temple Kiyomizu-dera est l’un des plus vieux temples de Kyoto. La plupart de ses bâtiments actuels sont les reconstructions du XVIIème siècle, mais son histoire remonte au VIIIème siècle. Qu’est ce que le nom de ce temple Kiyomizu, signifie ? Il s’agit de l’eau pure. Ce nom a été attribué à ce temple en raison de la chute d’eau qui se trouve à l’intérieur de son enceinte. Vous verrez une longue queue qui s’aligne à la recherche de l’eau pure. C’est comme Lourdes. Kiyomizu-dera est connu pour son style architectural unique. Son bâtiment principal a une vaste terrasse, soutenue par plus de 130 piliers d’environ 13 mètres de haut. Des bois sont dressés en forme de grille et étonnamment, aucun clou n’est utilisé dans cette structure. Savez-vous qu’il y a une expression japonaise très célèbre utilisant ce terme, la terrasse de Kiyomizu ?
C’est « sauter de la terrasse de Kiyomizu ». Cela signifie « prendre une décision résolue ». Et de fait, plus de 230 personnes ont sauté de cette terrasse pendant l’époque Edo. C’est pour se suicider ? Non ! Alors pourquoi l’ont-elles fait au péril de leur vie ? Cela a un rapport avec la statue de kannon bosatsu, divinité de la compassion, vénérée dans ce temple…

Cascade Otowa

C’est l’un des dix courants limpides les plus connus au Japon, Otowa-no-taki. L’eau se divise en trois courants. Les bienfaits sont différents selon chaque courant.

Pagode

Voici la pagode à trois étages de couleur orange. À quoi sert la
pagode qui se voit dans l’enceinte d’un temple bouddhiste ?
Regardez attentivement ses tuiles. Il y a des tuiles en forme d’un
animal.

Sanctuaire Jishu-jinja

Voici le sanctuaire shinto qui protège l’enceinte du temple Kiyomizu-dera. Vous trouverez étrange qu’il y a un sanctuaire shinto dans l’enceinte du temple bouddhiste. Mais le bouddhisme et le shintoïsme sont souvent mélangés au Japon. Les deux pierres de l’amour sont mises en évidence. Que fait-on avec ces pierres ?

  • Le prix du billet d’entrée du temple Kiyomizu-dera est de 400 yens.
  • Son enceinte se situe sur le flanc d’une colline. Depuis l’arrêt de bus le plus proche, il faut monter une pente douce.
  • Le temple Kiyomizu-dera est l’un des sites les plus visités de Kyoto. Au printemps (période de floraison de cerisiers) et en automne (période de feuilles qui se colorent de rouge), la voie d’accès au temple est pleine de monde. Il vaut mieux y aller de bon matin pour éviter la foule. Kiyomizu-dera ouvre à partir de 6 heures du matin. En outre, pendant une certaine période de printemps, d’été et d’automne, la visite de nuit est possible.
  • Les travaux de restauration de la terrasse sont prévus jusqu’en 2020.     

              

La balade autour de Kiyomizu-dera

Sannenzaka

Redescendez du temple et prenez à droite l’escalier en pierre au croisement en y, devant un magasin d’épices. Ce que vous verrez, c’est la pente de Sannenzaka. Il est dit qu’on va mourir dans 3 ans si on trébuche sur cette pente, mais ne vous inquiétez pas. Une chose vendue dans un magasin à côté de la pente vous protège contre tous les malheurs. Pouvez-vous deviner ce que c’est ? Dans le quartier aux environs de Sannenzaka, de vieilles maisons marchandes en bois se suivent. En particulier, les boutiques de porcelaines sont nombreuses.
Après Sannenzaka, la pente de Ninenzaka vous attend. C’est aussi un quartier charmant. Ninenzaka cède ensuite le pas à la rue Nene. Les fils électriques sont installés sous terre et il n’y a pas de poteaux électriques. Cette rue mène au parc Maruyama, le premier parc de Kyoto connu pour son cerisier pleureur.

C’est aussi agréable à se balader dans la ruelle de pavés, Ishibe-koji à mi-chemin. Goûtez aux charmes d’une rangée de maisons traditionnelles japonaises.

Le sanctuaire shinto Yasaka-jinja

Yasaka-jinja
Lampions

Autrement appelé sanctuaire Gion, Yasaka-jinja se trouve à l’extrémité Est de l’avenue Shijo. Vous pourrez y arriver en environ 15 minutes en vous baladant depuis le temple Kiyomizu-dera. Son portique de couleur orange appelé torii
qui fait face à l’avenue Shijo est remarquable. Ce sanctuaire est célèbre pour le festival Gion qui se tient en juillet.

Pour la beauté

Dans son enceinte, il y a un petit sanctuaire pour les soins de beauté.

Le temple Shoren-in

Camphrier

Ce temple se caractérise par son aspect élégant malgré son vaste terrain de plus de 3 hectares. C’est l’un de mes temples préférés. Le moine d’origine de la famille impériale sert de chef du temple de génération en génération. Des camphriers géants âgés de 800 ans se font remarquer par leurs branches magnifiques.

Je vous recommande d’apprécier tranquillement ses beaux jardins apaisants. Peu touristique, le temps s’y écoule lentement. Son jardin principal est aménagé autour d’un étang. La grande pierre située au milieu est comparée au dos d’un dragon qui s’y baigne. Shoren-in est un endroit célèbre pour ses cerisiers et ses érables japonais, mais on peut y admirer le paysage de chaque saison.

Les feuilles des érables japonais qui se colorent de rouge en automne sont vraiment magnifiques. Mais au printemps, vous pourrez goûter le charme de verdures frâiches. En mai, on aperçoit des samares légèrement colorées entre les feuilles. La forme de l’aile aide à la dissémination du fruit.

Samares

Le prix du billet d’entrée du temple Shoren-in est de 500 yens.
Après la visite de l’intérieur, on se promène dans le jardin. Faites attention à l’entrée basse.
L’enceinte est éclairée la nuit pendant certaines périodes au printemps et en automne.

Le sanctuaire shinto Heian-jingu

Heian-jingu

Heian-jingu est un sanctuaire représentatif de Kyoto construit en 1895 en commémoration du 1100ème anniversaire de la ville. Il est dédié aux deux empereurs, l’empereur Kanmu, le fondateur de Kyoto et l’empereur Komei, son dernier empereur.

Les 4 jardins japonais de l’époque Meiji qui entourent le sanctuaire sont merveilleux. Vous pourrez y admirer les fleurs de chaque saison telles que les cerisiers, les iris, les érables, etc. Le sud du sanctuaire, Okazaki, est une zone culturelle de Kyoto qui abrite une bibliothèque, un zoo et des musées.

Le prix du billet d’entrée des jardins du sanctuaire shinto Heian-jingu est de 600 yens.

Le musée du cloisonné de Namikawa Yasuyuki

Le musée du cloisonné de Namikawa

La délicatesse des objets d’art japonais a été appréciée par les Occidentaux à l’ère Meiji (1868-1912). Namikawa Yasuyuki est l’un des artistes du cloisonné représentatifs de l’ère Meiji. Son ancienne résidence reconvertie en musée se trouve à Kyoto, près du sanctuaire shinto Heian-jingu. Elle mérite un détour. Vous serez attiré par la finesse des œuvres du cloisonné de Namikawa. Chacune est petite, mais l’élégance y est bien condensée. Il sera aussi agréable de faire une pause sur la véranda du bâtiment principal qui a vue sur le jardin aménagé autour d’un étang. Ce jardin a été créé par Ogawa Jihei, paysagiste renommmé de l’ère Meiji. L’eau de l’étang vient du canal du lac Biwa. Tous les éléments composant ce jardin tels des pierres, des lanternes, des arbres, etc. sont disposés ingénieusement. Namikawa et Ogawa ont été voisins intimes. Vous pourrez y percevoir sans aucun doute leur sens esthétique raffiné.

  •  Le prix du billet d’entrée du musée du cloisonné de Namikawa est de 800 yens.
    Il ferme le lundi et le jeudi.

Le temple d’argent, Ginkaku-ji

Pavillon d’argent

La beauté de ce temple renfermant le pavillon d’argent contraste vivement avec celle du temple d’or qui se situe au nord-ouest de Kyoto. Il a été construit à l’origine comme villa du 8ème shogun de la famille Ashikaga à la fin du XVème siècle, moins de 100 ans après le pavillon d’or. Puisque ce shogun est le petit fils du fondateur du pavillon d’or, peut-être imaginez-vous que le pavillon d’argent ressemble beaucoup au pavillon d’or. Mais son style est tout à fait différent. Il se peut que la vue du pavillon d’argent soit décevante pour vous… À vrai dire, c’est un pavillon de bois et il n’est pas couvert de feuilles d’argent. Malgré cela, pourquoi l’appelle-t-on communément le pavillon d’argent ?
Pourquoi est-on captivé par l’ambiance créée par ce pavillon et son enceinte ? Essayez de deviner lorsque vous serez devant son jardin. La clef de ces énigmes se cache dans son jardin.

Un cône tronqué de sable comme chapeau se distingue. À quoi cela sert-il ?
À côté, un tas de sable argenté avec les vagues s’étalent. Y a-t-il une étroite relation entre ces objets plastiques de sable et le pavillon d’argent ?

L’enceinte est belle sans aucun doute lors du rougissement des feuilles des érables, mais j’aime aussi la verdure du tapis des mousses lavées de pluie.

Mousse
  • Le prix du billet d’entrée du temple d’argent, Ginkaku-ji est de 500 yens.
    Son enceinte se situe au pied de la montagne. Depuis l’arrêt de bus le plus proche, il faut monter une pente douce.

Le chemin de la philosophie

Chemin de la philosophie

C’est un chemin merveilleux pour la promenade. Bordant le canal qui vient du lac Biwa, le plus grand lac au Japon, il commence par le sanctuaire shinto Kumano Nyakuoji-jinja au sud et se termine au nord près du temple d’argent, Ginkaku-ji. Au printemps, ici, c’est l’un des meilleurs endroits pour prendre des photos des rangées de cerisiers.

  • Il faut environ 30 minutes pour parcourir ce chemin.
    Je vous recommande d’y aller de bon matin si vous voulez admirer les cerisiers tranquillement. Les petits temples et sanctuaires sont éparpillés à ses environs. Eux aussi valent la peine d’être visités. Mais certains d’entre eux sont fermés sauf le cas exceptionnel. Il vaudrait mieux vérifier avant la visite.

Le temple Nanzen-ji

Nanzen-ji

Ce site a été à l’origine une villa impériale construite il y a environ 750 ans. À la fin du XIIIème siècle, la villa s’est transformée en temple bouddhiste. Vous serez surpris par son enceinte grandiose. Son nom Nanzen-ji signifie littéralement le temple zen du Sud. Malheureusement, l’enceinte originale a été détruite à cause de guerres civiles et ses bâtiments actuels sont pour la plupart des reconstructions du XVIIème siècle. Mais sa grande porte, sanmon, son magnifique aqueduc et son jardin zen méritent d’être vus. Il est aussi agréable de se balader au printemps aux environs du temple. Il reste quelques villas avec les beaux jardins des hommes d’affaires et des hommes politiques du XXème siècle.

Grande porte

La porte de l’enceinte d’un temple appelée sanmon s’écrit 三門 en caractères chinois. Il s’agit de trois portes à passer pour atteindre l’illumination, porte de la vacuité, porte de l’informe et porte de l’inaction. C’est l’une des plus grandes portes de temple au Japon. Vous serez sans aucun doute impressionné par son apparence majestueuse en le contemplant en contre-plongée. On peut également monter sur cette porte.

Aqueduc

Le grand aqueduc en briques rouges construit en 1890 se situe à droite au fond de l’enceinte. Vous aurez l’impression qu’un tel aqueduc du style de la Rome antique n’est pas en harmonie avec un temple bouddhiste. Pourquoi y a-t-il un aqueduc ici ? Je vous parlerai de l’histoire de la construction du canal.

Jardin zen

Son jardin zen est un bon exemple de jardin sec. Il se compose de roches et d’arbres groupés ensemble sur le sable blanc ratissé. Il est surnommé jardin du tigre bondissant. Connaissez-vous la légende de la tigresse qui traverse le fleuve portant ses trois enfants ?

  • Billet d’entrée de la porte sanmon du temple Nanzen-ji : 500 yens
    Billet d’entrée du jardin du temple Nanzen-ji : 500 yens

Quartier de Gion

Maiko
Maiko

Gion est connu comme le plus grand quartier animé de Kyoto. C’est aussi un quartier réservé aux geishas, geiko (artistes professionnelles) et maiko (apprenties de geiko). Beaucoup de touristes veulent se rendre dans ce quartier renommé à tout prix quand ils visitent Kyoto, mais où se situe Gion ? Il s’agit de rues et ruelles qui s’étendent de part et d’autre de l’avenue Shijo, jusqu’à la rivière Kamo. Aujourd’hui, de nombreux immeubles modernes se dressent à Gion, mais il reste encore une rangée de bâtiments traditionnels qui servent de salles de banquet pour le spectacle (ochaya) ou de logements de maiko (okiya). Je voudrais vous montrer les rues charmantes de Gion au sud et au nord de l’avenue Shijo.

Hanami-koji

Voici la rue perpendiculaire à l’avenue Shijo, Hanami-koji. Au sud de cette rue, les salles de banquet (ochaya) avec le treillage à lamelles en bois de couleur foncée sur la fenêtre (bengara-koshi ) et la protection de façade en bambou (inuyarai ) se suivent. Le symbole de cette rue, c’est la maison Ichiriki ayant plus de 300 ans d’histoire. À Gion-Corner sur cette rue, le spectacle de sept arts classiques japonais sont représentés deux fois par jour, ce qui vous permettrait d’apprendre un aperçu de la culture japonaise.

Salle de banquet
Rue Shinbashi

La rue Shinbashi est une autre jolie rue de Gion qui s’étend au nord de l’avenue Shijo. Moins touristique, je vous conseille plutôt cette rue si vous voulez le charme tranquille du quartier de geisha. On peut aussi espérer voir un paysage pittoresque dans la rue Shirakawa-minami, rue de pavés en deçà de la rue Shinbashi. De belles photos sont possibles avec la petite rivière Shirakawa.

  • Il y a parfois une forte circulation de voitures dans la rue Hanami-koji. Ce n’est pas une rue piétonne. Il y a toujours du monde et je vous conseille donc de vous promener dans les ruelles qui s’étendent de part et d’autre de la rue Hanami-koji.
Panneau
  • Ces derniers temps, le manque de respect des touristes cause des problèmes envers les maiko dans les quartiers de geisha, comme la poursuite, l’exigence des photos, etc. Vous trouverez des panneaux appelant l’attention des touristes étrangers sur les règles à observer. Qu’en pensez-vous ?

Le temple Kennin-ji

Temple Kennin-ji

Fondé au début du XIIIème siècle, Kennin-ji est le plus vieux temple zen de Kyoto. Malgré sa position au cœur du quartier de Gion, il y règne une ambiance plutôt apaisante. Si l’agitation du quartier vous fatigue, que diriez-vous de vous y reposer ? Plongé dans l’appréciation des peintures ou dans la méditation au sein des jardins zen, vous pourrez y passer sûrement un moment agréable et inoubliable.

Ce temple renferme de nombreux trésors nationaux. Vous pourrez observer le paravent représentant le dieu du vent et le dieu de la foudre, ou les 50 peintures décorant les portes coulissantes du hojo, quartier des moines. Il se peut que vous soyez déçu du fait que ce sont des reproductions numériques haute définition qui sont exposées aujourd’hui, toutefois je pense que vous pourrez tout de même apprécier la beauté des peintures du temps passé reproduites dans leur état originel. On peut les apprécier à loisir et à l’aise en s’asseyant sur le tatami.

Ce temple est aussi célèbre pour ses trois jardins zen impressionnants. Chacun a une apparence différente. Le plus grand jardin composé de sables blancs, de mousses et de roches évoque une vaste étendue des océans. Au jardin situé au fond et entouré de corridors, vous pourrez voir de n’importe où le paysage découpé comme une peinture encadrée. À propos du 3ème jardin, il se peut que vous le passiez sans le remarquer. Les trois formes, le cercle, le triangle et le carré s’y cachent. Pourrez-vous les trouver et comprendre ce qu’elles signifient ?

Ne manquez pas de voir les dragons jumeaux peints au plafond du bâtiment hatto, salle de prêche, afin de commémorer le 800ème anniversaire de la construction de ce temple. Ces dragons pleins de dynamisme vous saisiront. Savez-vous que le dragon, souvent malfaisant dans les pays occidentaux, est considéré comme divinité protectrice du bouddhisme et divinité de l’eau au Japon ?

Dragons jumeaux
  • Le prix du billet d’entrée du temple Kennin-ji est de 500 yens.
  • Il est autorisé de photographier à l’intérieur. Il y a beaucoup de beaux endroits pour prendre des photos. Mais ne vous allongez pas par terre comme ce panneau vous l’indique.
Panneau

Quartier de Miyagawacho

Situé à l’est de la rivière Kamo et étendu entre la rue Shijo et la rue Gojo, il est un des quartiers réservés aux geishas. Les lampions où sont dessinés trois ronds entrelacés vous serviront de point de repère. La belle vue pleine de charme y est conservée. Par rapport au quartier de Gion toujours animé, il est plutôt calme. Si vous avez de la chance, vous pourrez y croiser des geisha ou maiko qui marchent gracieusement à la nuit tombée.

Quartiers des antiquaires

Quartier des antiquaires

Au nord de l’avenue Shijo, dans les rues historiques de prière au temple Chion-in célèbre pour sa grande porte, vous trouverez une rangée d’antiquaires.
Les vieux magasins de peintures, de calligraphies, de tissus ou de poteries se trouvent aux environs de la rue Furumonzen, la rue Shinmonzen et la rue Nawate. Il est aussi intéressant d’y faire du lèche-vitrine.

Murin-an

Pour exemple des villas construites autour du temple Nanzen-ji, j’ai choisi ce site, Murin-an, réalisé par un militaire et homme politique à la fin du XIXème siècle. Cette villa est en effet la seule ouverte au public aujourd’hui. Son jardin de promenade conçu par un paysagiste célèbre est à voir absolument. Il bénéficie d’une source d’eau par un canal et une cascade à trois étages, d’un étang et d’une pelouse. Vous pourrez apprécier de nombreux points de vue le long du jardin.

  • Le prix du billet d’entrée de Murin-an est de 410 yens.