Archives de catégorie : Articles

Œuvres du kintsugi

La laque et l’art du kintsugi

La laque appelée urushi en japonais est faite de la sève récoltée sur l’arbre à laque. L’urushiol, le composant principal de la sève, s’oxyde et durcit, ce qui rend la laque très durable, résistante à l’eau, isolante et antiseptique. Elle est utilisée depuis les temps anciens au Japon comme adhésif, enduit et élément de décoration. La relation entre les Japonais et la laque remonte à la période Jomon(-13 000 av. J-C à -400 av. J-C). Les ornements et les objets usuels enduits de laque ont été exhumés dans des sites archéologiques de cette période. Tout au long des siècles, la laque est utilisée non seulement pour les objets quotidiens (bols, assiettes, vase, etc.) mais aussi pour les bâtiments, les statues de Bouddha et les œuvres d’art et fait partie intégrante de la culture japonaise.

On collecte la sève de l’arbre à laque en incisant le tronc. La sève laiteuse suinte des entailles. Après avoir été collectée, elle est filtrée et purifiée. Au Japon, sa collecte se fait à partir d’arbres à laque ayant atteint une dizaine d’année, de juin à septembre et encore en novembre. Une fois que la sève est récoltée, le tronc est abattu. Seulement environ 200 millilitres de sève peuvent être extraits de chaque arbre. À mesure que la sève suinte du tronc, elle change rapidement de couleur et se coagule pour protéger la vie de l’arbre. Ceci est similaire à la façon dont le sang humain forme des croûtes. Une goutte de laque, qui est considérée comme une goutte de sang, est très précieuse.

Arbre à laque
Arbre à laque

Autrefois, il y avait des arbres à laque partout au Japon et la laque était un des matériaux familiers. Mais la demande de laque a diminué au fil du temps et aujourd’hui, environ 97 % de la laque utilisée au Japon proviennent de Chine et seule 2 % environ sont d’origine japonaise. Pour restaurer les trésors nationaux et les biens culturels importants, on utilise la laque japonaise qui conserve un haut niveau de qualité.

Le kintsugi est une technique traditionnelle japonaise de réparation des céramiques, des objets en verre ou des laques ébréchés ou brisés au moyen de laque. La partie réparée est ensuite saupoudrée de poudre d’or (mais selon le cas, d’autres matériaux naturels comme poudre d’argent, laque colorée, nacres incrustées, etc. sont également utilisés). Autrefois, on utilisait quotidiennement la laque comme adhésif pour réparer la vaisselle ébréchée ou abîmée. L’art du kintsugi qui ajoute un élément décoratif à la réparation a été cultivé par les maîtres de thé au XVème siècle. Ils auraient trouver de nouveaux paysages aux fissures et aux ébréchures. Le kintsugi peut offrir une nouvelle vie aux objets cassés. Il est ainsi apprécié comme technique qui contribue à réduire l’impact environnemental causé par des produits jetables en plastique. Il y a aussi le kintsugi simple et moderne dans lequel on utilise la résine synthétique au lieu de la laque comme adhésif. Il est facile comparé au kintsugi traditionnel. Mais ce qui est important dans l’art du kintsugi, ce n’est pas seulement d’embellir les parties réparées d’or mais aussi d’utiliser des matériaux naturels.

Bol réparé avec le kintsugi
Bol réparé avec le kintsugi

Si vous voulez faire l’expérience du kintsugi traditionnel, l’atelier Shitsugei-sha situé près du temple Daitoku-ji à Kyoto est incontournable à visiter.

Vins d'Osaka

Osaka, une région productrice de vin japonais

La bière et le chuhai sont les boissons alcoolisées les plus courantes au Japon, mais i y a aussi de nombreux amateurs de vin. L’accord de libre-échange entre l’Union Européenne et le Japon qui est entré en vigueur en 2019 a permis la suppression des droits de douane pour les vins de l’UE vers le Japon et les vins français, italiens et espagnols ont le vent en poupe. Ces dernières années, le vin japonais est aussi apprécié. Il s’agit du vin obtenu à partir de 100 % des raisins cultivés au Japon. Les principales régions productrices de vin japonais sont Yamanashi, Nagano et Hokkaido riches en nature. Mais le vin japonais est également produit dans les proches banlieues de la ville d’Osaka. N’est-il pas surprenant qu’Osaka, le centre économique de l’ouest du Japon soit aussi une région viticole ? Les principaux vignobles destinés à la production des raisins de table et à la vinification se trouvent dans ses banlieues sud-est comme Kashiwara et Habikino. Le Delaware (raisin blanc) et le Muscat Bailey A (raisin rouge) sont les cépages les plus cultivés. L’histoire de viticulture à Osaka remonte au XIXème siècle. Le cépage Koshu de Yamanashi a été planté dans les banlieues sud-est d’Osaka où le climat et le sol sont propices à la culture de la vigne. Au début des années 1930, Osaka a été le plus grand producteur de raisin du Japon. L’histoire de la vinification à Osaka remonte à 1914 et son premier domaine viticole a été ouvert cette année-là. Il y en a six actuellement et chacun propose des vins uniques.

Kawachi Wine Company
Kawachi Wine Company

Voici Kawachi Wine Company, l’un des domaines viticoles d’Osaka. Ses vignobles était consacrée autrefois à la production de raisins de table. Mais un violent typhon de 1934 a causé d’énormes dégâts à ses raisins et il a commencé à les vinifier.

C’est en décembre que j’ai visité ce domaine viticole. Malheureusement, je n’ai pas de photo des raisins car ils avaient été vendangés. Un certain nombre des cépages français comme le Chardonnay, le Merlot, etc. y est également cultivé.

Actuellement, chaque domaine viticole d’Osaka développe l’œnotourisme local. À Kawachi Wine Company, la visite des vignobles et la dégustation de vins sont offertes (1 650 yens par personne). Les vins représentatifs de ce domaine sont le blanc issu de Delaware et le rouge issu de Muscat Bailey A. Il produit également le vin de prune, umeshu.

Osaka est connue pour sa scène culinaire dans les quartiers animés. Mais si vous voulez faire d’autres activités à Osaka, que diriez-vous de visiter sa région viticole ? Vous pourrez découvrir une autre facette d’Osaka.

Pour se rendre à Kawachi Wine Company, descendez à la gare de Komagatani sur la
ligne Kintetsu Minami Osaka. Il se situe à 8 minutes à pied de la gare. C’est environ une heure de trajet du centre de la ville d’Osaka.

Bâtiment de dégustation
Bâtiment de dégustation
Narasumi

Découvrir le Japon à travers les ateliers d’artisans-Narasumi, le bâton d’encre fabriqué dans la ville de Nara

Le bâton d’encre appelé sumi en japonais est un des instruments utilisés pour la calligraphie japonaise. L’encre est obtenue en frottant le bâton d’encre sur le bloc de pierre en forme de palette avec de l’eau. Le sumi a son origine dans la Chine d’il y a plus de 2 000 ans. En 610, il aurait été introduit au Japon, dans la région Asuka où se trouvait l’ancienne capitale japonaise. Autrement dit, le sumi japonais a plus de 1 400 ans d’histoire. Au VIIIème siècle où la nouvelle capitale japonaise a été établie à Nara, la copie à la main des sutras bouddhistes s’est pratiquée sous l’influence de la culture bouddhique et l’industrie de fabrication des bâtons d’encre a prospéré. Nara est ainsi considéré comme berceau du bâton d’encre. De nos jours, environ 95 % des bâtons d’encre traditionnels sont fabriqués à Nara.

Suie de pin (droite) et Suie de l'huile végétale (gauche)
Suie de pin (droite) et Suie d’huile végétale (gauche)

Le sumi traditionnel qui se présente sous forme solide est confectionné à partir de suie du bois de pin ou d’huile végétale (principalement issue de colza ou de sésame) et de colle d’origine animale appelée nikawa. Pour atténuer l’odeur de colle, on ajoute aussi le parfum (ex. l’essence de camphre). La fabrication de sumi brut commence par le prélèvement de la suie. Quand l’huile végétale s’emploie, on allume une mèche en jonc placée dans une coupelle d’huile de la poterie et couvre la poterie pour prélever la suie. On fait la pâte de sumi en ajoutant la colle gélifiante et le parfum à la suie obtenue. Elle est pétrie, roulée et ensuite placé dans un moule en bois sculpté de motifs et de caractères chinois. Le bâton d’encre façonné est séché pendant un à deux ans et poli à la finition.

J’ai visité l’atelier Kinko-en situé à trois minutes à pied de la gare JR de Nara. L’artisan m’a expliqué comment fabriquer le sumi. Voici une démonstration de fabrication de bâton d’encre réalisé avec de la suie d’huile de colza.

Plus d’infos : https://kinkoen.jp/en/experience/

Au fil du temps, la demande de bâtons d’encre a fortement chuté en raison du développement d’une grande variété de papeterie. Aujourd’hui, il n’y a que neuf fabricants de bâtons d’encre dans tout le pays, dont huit à Nara. Dans le cours de calligraphie à l’école primaire, l’encre liquide de carbone est utilisée plutôt que l’encre solide. La situation actuelle est assez difficile pour les fabricants de bâtons d’encre. Mais l’encre traditionnelle sumi n’est pas un simple outil de calligraphie ou de peinture. En calligraphie, on peut se calmer et se concentrer en frottant le bâton d’encre sur la pierre. Le sumi est également apprécié comme un des objets d’art représentant la culture japonaise depuis les temps anciens en raison de sa décoration méticuleuse et de son parfum unique. Je voudrais vous faire découvrir les différents charmes de cet artisanat traditionnel japonais.

Forger

Découvrir le Japon à travers les ateliers d’artisans-La ville de Sakai, haut-lieu de la fabrication de couteaux japonais

Sakai est une vieille ville marchande et artisanale située à environ 15 kilomètres au sud de la ville d’Osaka. Pendant l’époque médiévale, elle a prospéré grâce au commerce et a été une ville autonome administrée par des citoyens marchands. Sakai est devenue la ville la plus riche du Japon avec Imai à Nara. À propos du quartier d’Imai :https://japonhautecouture.com/autres/le-quartier-dimai-un-voyage-dans-le-temps-a-lepoque-dedo/

Lorsque les armes à feu et le tabac ont été introduits du Portugal au Japon au milieu du XVIème siècle, Sakai est devenue une base de fabrication d’armes à feu et de couteaux pour couper les feuilles de tabac. Les couteaux tranchants fabriqués à Sakai ont ainsi une grande renommée. Aujourd’hui, la plupart des couteaux japonais utilisés par les cuisiniers professionnels pour la préparation culinaire sont originaires de Sakai. Dans la cuisine japonaise washoku qui est aussi un régal pour les yeux, la beauté de la coupe des ingrédients est très importante. Il existe environ 300 types de couteaux japonais correspondant à une utilisation précise. Chacun est bien adapté aux ingrédients à découper.

Voici l’atelier de forge Mizuno, qui a été fondé en 1872. Actuellement, le maître de 5ème génération forge les couteaux et les sabres japonais en utilisant des techniques traditionnelles. Les couteaux de cuisine typiques de Sakai sont fabriqués en joignant un morceau d’acier au fer doux et en forgeant à l’aide d’un maillet et d’un marteau à ressort (machine à forger).

Atelier de forge Mizuno
Atelier de forge Mizuno

Dans cet atelier, j’ai vu une démonstration de forgeage d’un couteau à sashimi à simple tranchant (couteau pour la découpe des poissons). Un morceau d’acier est joint au fer doux qui a été chauffé au rouge, en utilisant un adhésif spécial appelé tansetsuzai. La lame est chauffée à une température d’environ 850 degrés dans le four au coke avant d’être martelée. Le contrôle de la température est importante. Dans l’étape suivante, la pointe de la lame est martelée et façonnée et puis, la partie de la lame insérée dans le manche appelée nakago est façonnée. La lame est enfin chauffée et martelée pour façonner la forme finale du couteau.

Le Couteau fuguhiki spécialisé dans le sashimi du poisson-globe, fugu a été conçu par cet atelier de forge. Il permet de couper très finement la chair du fugu fibreuse et coriace.
Si vous vous intéressez à la culture des couteaux japonais, l’atelier de forge Mizuno est incontournable à visiter.

Jardin Yoshiki-en

Les couleurs de l’automne au jardin Yoshiki-en à Nara

Yoshiki-en, un jardin de promenade niché au cœur de la ville de Nara. Il est à côté du jardin Isui-en. Un temple annexe du temple Kofuku-ji se trouvait à l’origine sur ce site. Le jardin et les bâtiments actuels remontent au début du XXème siècle. On y découvre trois ambiances différentes : le jardin autour d’une pièce d’eau, celui de mousse et celui des fleurs pour la cérémonie du thé.

Dans le jardin aménagé autour d’une pièce d’eau, le relief de terrain datant de l’époque d’Edo est mis en valeur. Assis sur la véranda, on ne se lassera pas de contempler ce jardin.

Le jardin de mousse s’étale devant un pavillon de thé au toit de chaume. En automne, le contraste des couleurs rouges des érables avec les couleurs vertes des mousses est impressionnante.

L’année prochaine, son quartier environnant sera aménagé pour construire un hôtel de luxe. Les nouveaux établissements hôteliers poussent comme des champignons à Nara. Ce coin de tranquillité sera-t-il bien préservé ?

Quartier d'Imai

Le quartier d’Imai, un voyage dans le temps à l’époque d’Edo

Le quartier d’Imai, ancienne ville commerçante et autonome est situé dans la ville de Kashihara, la deuxième plus grande ville de la préfecture de Nara. Formé pendant l’époque de guerres intestines du XVIème siècle autour du temple bouddhiste Shonen-ji, il a aussi été une ville de forteresse entourée par les douves. Les rues n’y sont pas tout à fait droites. Cela a aidé les habitants à échapper aux attaques des envahisseurs. Pendant l’époque d’Edo, il a prospéré en tant que ville commerçante située entre Nara et Osaka. L’alignement des maisons traditionnelles de l’époque d’Edo est bien conservé dans ce quartier calme qui s’étend sur 600 mètres d’est en ouest et 310 mètres du nord au sud. On ne trouve qu’à ce quartier d’Imai la rangée de maisons telle qu’elle a été à l’époque d’Edo. Vous aurez l’impression de faire un saut dans le passé. Ralentissez vos allures pour goûter à la rangée de maisons historiques qui témoignent du style de vie d’autrefois. Dans certaines rues, les poteaux électriques sont enterrés sous terre afin que le paysage traditionnel ne soit pas détruit (Ceci est rare au Japon, même à Kyoto et Nara qui sont connues comme villes anciennes).

Le système de classe sociale hiérarchisée était rigoureux à l’époque. Les commerçants, même assez riches pour prêter de l’argent aux samouraïs, étaient placés au bas des rangs de ce système. Les maisons traditionnelles des commerçants se caractérisaient par un plafond bas au premier étage afin d’éviter de regarder de haut les samouraïs marchant dans la rue lors de la procession des seigneurs appelés daimyo. Au fil du temps, les commerçants ont été autorisés à construire des maisons avec un haut plafond au premier étage.

À première vue, toutes les maisons se ressemblent. Mais en les regardant de près, vous constaterez une variété dans le dessin du mur extérieur du premier étage, la façade et la toiture. Huit maisons sont désignées comme bien culturel classé d’État, dont certaines sont ouvertes au public.

Voici la demeure de la famille Imanishi datant de 1650. Cette famille qui est de sang d’une famille de samouräi servait de chef d’administration du quartier d’Imai. Certes, son entrée du nord a une apparence de maison traditionnelle de commerçant, mais l’apparence de son côté ouest muni de tuiles majestueuses a l’air d’un château. À l’intérieur, il a un sol spacieux de terre battue appelé doma qui servait de tribunal. On y procédait aux interrogatoires des prévenus. En haut, il y a des pièces qui servaient de prison où les prévenus auraient été fumés d’en bas et forcés à avouer.

Voici l’ancienne maison de la famille Kometani qui faisait commerce de quincaillerie. Datant du milieu du XVIIIème siècle, elle est de style maison de ferme. Par rapport aux autres maisons, son apparence extérieure est simple. À l’intérieur, il y a un vaste espace de doma. Des portes coulissantes en bois sont utilisées comme cloison des pièces au lieu de fusuma, châssis coulissants en bois tendus de papier.

Voici la maison de la famille Takagi qui a été à l’origine un fabricant du saké. Datant de la fin de l’époque d’Edo (XIXème siècle), elle est munie d’un salon appelé zashiki au rez-de-chaussée. C’est la première famille de marchands dans le quartier d’Imai à être autorisée à disposer ce type de pièce dans la maison.

  • Le quartier d’Imai est facile d’accès depuis Kyoto (70 minutes, 900 yens) et Nara (35 minutes, 45 yens). Prenez le train express sur la ligne Kintetsu jusqu’à la gare Yagi-nishiguchi. Imai se situe à 5 minutes à pied de cette gare.
  • Il est possible que la visite soit refusée par le propriétaire de la maison selon les circonstances, parce que ces maisons sont privées (sauf l’ancienne maison de la famille Kometani). En cas de la visite de la demeure de la famille Imanishi, il est conseillé de réserver en ligne à l’avance.
  • La visite de certaines maisons sont payantes (ex. le prix de la visite de la demeure de la famille Imanishi est de 500 yens).
Exposition des pâtisseries traditionnelles de Kyoto

L’exposition des kyogashi, les pâtisseries traditionnelles de Kyoto

Toutes les essences de la culture japonaise sont condensées dans ces œuvres d’art comestibles de la taille de quelques bouchées. Cette exposition des kyogashi sur le thème de la littérature et de la peinture classiques japonaises se tient chaque année en automne. On peut y admirer des pâtisseries créatives. Le thème de cette année est le tsurezuregusa, un recueil d’essais écrits par le moine Yoshida Kenko il y a environ 700 ans. Ses essais portent sur la beauté de la nature, des incidents humoristiques quotidiens et le caractère éphémère de la vie. Dans un paragraphe, il se demande si la beauté ne consiste que dans la perfection et écrit : Les fleurs de cerisier ne sont-elles merveilleuses que lorsqu’elles sont en pleine floraison ? La lune ne vaut-elle pas la peine d’être vue à moins que ce ne soit une belle pleine lune ? Ce type de sens esthétique mène au concept wabi-sabi qui consiste à apprécier la beauté de l’imperfection.

La salle d’exposition, Yuuhisai-Koudoukan mérite également d’être visitée. C’est un endroit calme et relaxant. Goûtez l’ambiance délicate des kyogashi qui y sont présentés comme des bijoux.

Ancienne villa de la famille Mitsui

Ancienne villa de la famille Mitsui

Ancienne villa de la famille Mitsui (une des plus puissantes familles marchandes de l’époque d’Edo) nichée au cœur de la ville de Kyoto. Elle est située au sud du sanctuaire shinto Shimogamo-jinja. À ce site, il y avait un sanctuaire pour vénérer les âmes des ancêtres de la famille Mitsui. Cette villa était utilisée par la famille pour le repos lors de la visite du sanctuaire.

Elle se compose d’un bâtiment principal avec une tour de guet, d’un bâtiment d’entrée et d’un pavillon de thé. La famille avait à l’origine une demeure dans le quartier de Kiyamachi. Son bâtiment principal construit en 1880 a été déplacé à ce site en 1924. Le jardin n’est pas grand, mais il est beau à chaque saison. C’est agréable d’y faire une promenade. De l’intérieur du bâtiment, vous aurez aussi une belle vue sur le jardin.

Le pavillon de thé abrite deux types de pièces, l’une pour la cérémonie du thé matcha (thé vert en poudre) et l’autre pour celle du thé sencha (thé infusé). Cette dernière donne sur le jardin et crée une ambiance ouverte et décontractée. Il était un peu tôt pour admirer les feuilles rouges d’automne, mais j’ai pu trouver un petit paysage d’automne dans la pâtisserie japonaise qui s’inspire de feuilles d’érable et de ginkgo flottant sur l’eau.

Pavillon d'or

Visiter le temple d’or autrement

Le temple d’or est l’un des sites les plus visités et les plus emblématiques de la ville de Kyoto. Il est recommandé comme un des incontournables lors d’un voyage pour Kyoto. Avant la pandémie de Covid-19, j’emmenais souvent des touristes dans ce temple pour les guider.

Il y avait toujours beaucoup de touristes. À proximité de la porte intérieure, on peut voir le pavillon d’or qui se dresse tranquillement au bord de l’étang miroir. Tout le monde fait sa photo. Mais après l’avoir vu, en suivant le chemin balisé, la plupart des touristes passent avec peu d’intérêt pour les autres endroits de l’enceinte du temple. Parfois, il est difficile d’avancer au sein de la foule.

La situation sanitaire s’améliore petit à petit au Japon. Les touristes (japonais) sont depuis de retour à Kyoto. Pourtant, actuellement, le temple d’or n’est pas aussi bondé de touristes qu’avant.

De nombreux touristes étrangers envahiront-ils ce temple l’année prochaine ? Le chemin vers le pavillon d’or a été modifié. J’espère que cela réduira la saturation des touristes aux spots photo.

Les échoppes, les boutiques de souvenirs et les distributeurs automatiques apparaissent le long du chemin. Personnellement, je n’aime pas son ambiance très touristique et commerciale.

Le pavillon d’or, c’est le clou de la visite du temple. L’année dernière, les travaux de réfection du toit se sont achevés. La statue de phénix sur le toit a également été réparée avec de nouvelles feuilles d’or. Le pavillon d’or qui a retrouvé sa splendeur vous offre une vue à couper le souffle. Mais il y a d’autres choses intéressantes à voir. Explorons ensemble le temple d’or autrement, que ce soit votre première visite ou votre deuxième visite.

Le côté sud de l’étang miroir est le meilleur spot photo du pavillon d’or pour les touristes. Mais le shogun (le fondateur du pavillon d’or) profitait habituellement la vue sur le jardin du côté est de l’étang. Pourquoi ? Que peut-on voir d’ici ?

Le pavillon d’or comporte trois étages. Le rez-de-chaussée est de style des résidences de l’époque. Les premier et deuxième étages dorés sont de style des temples (espaces dédiés au Bouddha). C’est très beau. Mais remarquez aussi son côté nord. C’est plutôt peu intéressant à voir. Il n’y a pas de fenêtres. Pourquoi ?

Côté nord du pavillon d'or
Côté nord du pavillon d’or

Au nord du pavillon d’or vous trouverez deux compostions de pierres et une cascade qui représente une carpe remontant un torrent. De l’eau coule en minces filets vers la fossé étroite et ne se jette pas directement dans l’étang. Pourquoi ?

Le temple d’or abrite deux types de jardins. L’un est le jardin aménagé autour de l’étang miroir où se trouve le pavillon d’or. L’autre est le jardin supérieur aménagé autour de l’étang Anmintaku. La plupart des touristes ne s’y arrêtent pas en disant qu’il n’y a rien d’extraordinaire. Ces deux jardins ont été conçus à différentes époques. En les comparant, on peut voir comment le style de jardin japonais a évolué au fil du temps.

Étang Anmintaku
Étang Anmintaku
Voie décorée avec des hagi

Le hagi ou la lespédèze, l’une des sept fleurs d’automne

C’est le moment où le hagi est le plus beau au Japon. On peut admirer ses fleurs blanches ou violacées. Bien qu’il s’agisse d’une plante plutôt modeste et discrète, le hagi a un lien profond avec la culture japonaise depuis longtemps. De nombreuses plantes figurent dans le Manyo-shu (la première anthologie de poésie japonaise, environ 4 500 poèmes compilés au VIIIème siècle), et le hagi a été la plus appréciée d’entre elles.

Le sanctuaire shinto Nashinoki-jinja, situé près du parc Kyoto-gyoen est un endroit célèbre pour ses hagi. En septembre, on écrit un poème court lié au hagi sur une bande de papier et l’accroche à une branche fine de hagi. Au moment où les hagi sont en pleine floraison, la fête de hagi se déroule dans son enceinte (Cette année, en raison du Covid-19, elle a été annulée…).

Ohagi
Ohagi

Le nom ohagi, une pâtisserie traditionnelle japonaise d’automne provient du hagi.
Il s’agit de boulettes de riz enveloppées avec la pâte de haricots rouges sucrés. On déguste souvent l’ohagi pendant les sept jours avant et après l’équinoxe d’automne, aki-no-higan.