Archives de mot-clé : sabre

Le wakizashi et le katana

Mon beau-père habite à Nara. Il m’a montré son sabre court, wakizashi et son sabre, katana. Il est né dans une ancienne famille de marchands qui tenait l’industrie textile. Son katana, c’est ce qu’il s’est fait faire par un forgeur de Gassan, une des écoles de forgeurs de sabre japonais.

Wakizashi et Katana

Ce forgeur fabrique des katana dans le département de Yamanashi.

Signature du forgeur

Les effets cristallins, hamon apparaissent lors de la trempe de la lame. Il y a deux types, nié et nioi. Le nié est constitué de grosses particules visibles à l’œil. Le nioi, composé de particules très fines, présente des traînées brumeuses.

L’étui à katana est appelé koshiraé en japonais. C’est la lame en bois, takémitsu qui y est mise. La vraie lame est conservée dans le fourreau en bois blanc de magnolia, shirasaya. C’est pour la protéger de la rouille.

Fourreau et étui

Le musée de sabre japonais de l’école de Gassan

Gassan est l’une des écoles de forgeurs de sabre japonais, qui a une histoire de plus de 800 ans. Le nom Gassan provient du mont Gassan situé dans la préfecture de Yamagata. L’école de Gassan y forgeait principalement des sabres de défense personnelle pour les pratiquants du shugendo. Les membres de la famille Gassan continuent à produire des sabres en perpétuant la technique traditionnelle. Le musée Gassan se trouve en banlieue de Nara, le long du chemin Yamanobe. Il est ouvert uniquement le samedi de mars à novembre (fermé en août).

Entrée du musée

Les beaux sabres y sont présentés. J’ai été impressionnée par le motif de dragon sculpté sur les lames. Le sabre japonais est à la fois une arme et un objet d’art représentant l’esprit sublime des samouraïs. Si vous vous intéressez au sabre japonais, c’est un endroit idéal.

La forge est à côté du musée. On ne peut pas y voir la fabrication des lames, mais l’acier tamahagane, les outils utilisés et le procédé de fabrication y sont montrés au public.