Archives de l’étiquette : sabre

L’exposition de sabres japonais Yasutsuna et Kohoki

Exposition de sabres japonais

Une exposition de sabres japonais précieux se tient au musée Kokuho-den du sanctuaire shinto Kasuga Taisha à Nara jusqu’au dimanche 1 mars. Vous pourrez y apprécier la beauté et la puissance des sabres Kohoki (la dénomination des sabres forgés par la famille de Yasutsuna).

Yasutsuna est l’ancêtre des forgerons de la région Hoki (ouest de l’actuel préfecture de Tottori) qui se sont imposés dans la seconde moitié de l’époque de Heian (le Xème-le XIIème siècle). Il est également considéré comme le premier forgeron à avoir fabriquer des sabres à lame courbe.

Tamahagane de haute qualité

Dans la région Hoki riche en sable ferrugineux, de l’acier de haute qualité utilisé pour les outils agricoles ou les sabres était produit au pied du mont Daisen depuis longtemps au moyen du procédé traditionnel tatara. Des vestiges liés au tatara y subsistent encore en divers endroits.

Les sabres Kohoki très appréciés par des samouraïs ont été dédiés aux divinités shinto. Le sanctuaire shinto Kasuga Taisha possède des sabres anciens et la découverte d’un des sabres Kohoki dans son entrepôt a été l’occasion d’organiser cette exposition.

Le sabre phare de cette exposition est le « Dojigiri Yasutsuna », sabre légendaire qui aurait été utilisé par un samouraï pour trancher la tête d’un démon. On peut apprécier ce chef-d’œuvre de Yasutsuna de toute les directions. La teinte sombre du métal de base, les effets de brillance portant de petits motifs irréguliers… Il est à ne pas manquer.

  • Le prix du billet d’entrée du musée est de 1 000 yens.
  • Le musée a deux étages. Il est permis de prendre des photos au rez-de-chaussée où est exposée la copie du Dojigiri Yasutsuna.
Copie du Dojigiri Yasutsuna, très ressemblant

Le wakizashi et le katana

Mon beau-père habite à Nara. Il m’a montré son sabre court, wakizashi et son sabre, katana. Il est né dans une ancienne famille de marchands qui tenait l’industrie textile. Son katana, c’est ce qu’il s’est fait faire par un forgeur de Gassan, une des écoles de forgeurs de sabre japonais.

Wakizashi et Katana

Ce forgeur fabrique des katana dans le département de Yamanashi.

Signature du forgeur

Les effets cristallins, hamon apparaissent lors de la trempe de la lame. Il y a deux types, nié et nioi. Le nié est constitué de grosses particules visibles à l’œil. Le nioi, composé de particules très fines, présente des traînées brumeuses.

L’étui à katana est appelé koshiraé en japonais. C’est la lame en bois, takémitsu qui y est mise. La vraie lame est conservée dans le fourreau en bois blanc de magnolia, shirasaya. C’est pour la protéger de la rouille.

Fourreau et étui

Le musée de sabre japonais de l’école de Gassan

Gassan est l’une des écoles de forgeurs de sabre japonais, qui a une histoire de plus de 800 ans. Le nom Gassan provient du mont Gassan situé dans la préfecture de Yamagata. L’école de Gassan y forgeait principalement des sabres de défense personnelle pour les pratiquants du shugendo. Les membres de la famille Gassan continuent à produire des sabres en perpétuant la technique traditionnelle. Le musée Gassan se trouve en banlieue de Nara, le long du chemin Yamanobe. Il est ouvert uniquement le samedi de mars à novembre (fermé en août).

Entrée du musée

Les beaux sabres y sont présentés. J’ai été impressionnée par le motif de dragon sculpté sur les lames. Le sabre japonais est à la fois une arme et un objet d’art représentant l’esprit sublime des samouraïs. Si vous vous intéressez au sabre japonais, c’est un endroit idéal.

La forge est à côté du musée. On ne peut pas y voir la fabrication des lames, mais l’acier tamahagane, les outils utilisés et le procédé de fabrication y sont montrés au public.