Archives de l’étiquette : osaka

Une balade culturelle à Nakanoshima, oasis urbaine d’Osaka

Nakanoshima est facilement accessible en métro depuis le quartier Nord, un des deux principaux quartiers d’Osaka. C’est une île étroite d’environ trois kilomètres de long encadrée par les rivières Dojima et Tosabori. En servant de stockage des marchandises pendant l’époque d’Edo (1603-1867), Nakanoshima s’est développé comme centre d’échanges commerciaux du pays et aujourd’hui accueille le cœur administratif, économique et culturel d’Osaka. Le réaménagement du quartier Ouest de Nakanoshima qui abrite des musées et des bureaux est en cours, mais je préfère son quartier Est parsemé d’établissements culturels rétro d’inspiration occidentale.

Le musée de la céramique orientale situé à l’est de la salle publique centrale renferme une collection impressionnante de céramiques coréennes et chinoises ainsi que des œuvres japonaises. Vous pouvez prendre des photos ici, ce qui est rare dans les musées japonais. Voici quelques œuvres représentatives.

Céladon avec des taches brunes de fer

Céladon avec des taches brunes de fer sur la glaçure (Chine du XIVème siècle). Ce type de céladon pour le contenant d’alcool a été utilisé comme vase à l’occasion de la cérémonie du thé au Japon.

Yuteki Tenmoku, bol à thé avec des taches argentées

Bol à thé avec des taches d’or, d’argent et bleu foncé scintillantes (Chine du XII-XIIIème siècle). Ces taches ressemblent aux gouttes d’huile sur la surface d’eau.

Pot à motif de poissons et de plantes aquatiques

Pot à motif de poissons et de plantes aquatiques dans un étang de lotus (Chine du XIVème siècle). Il a été utilisé comme contenant de liquide. Le poisson est un motif de bon augure symbolisant l’abondance.

Boîte à motif de phénix

Céladon à motif de phénix incrusté (Corée du XIIIème siècle). Cette boîte couverte carrée a été utilisée pour ranger les ustensiles cosmétiques.

Aiguière de l'époque du Royaume de Goryeo

Aiguière, céladon à motif de garçons grimpant sur la lierre et de plantes imaginaires et stylisées (Corée du XII-XIIIème siècle). Ce motif symbolise le souhait de la prospérité de la descendance.

Deux figurines de lutteurs de Sumo

Deux figurines de lutteurs de sumo de style Kakiémon (Japon, années 1680). Les porcelaines Kakiémon étaient cuites dans les ateliers d’Arita dans la préfecture de Saga durant le milieu du XVIIème siècle. Exportées vers l’Europe, elles ont attiré les aristocrates royaux. Le style Kakiémon se caractérise par sa beauté de couleur blanche laiteuse du fond et par sa composition décorative décentrée.

Pot, faïence avec glaçure de trois couleurs

Pot de médicament, faïence avec glaçure de trois couleurs (Japon du VIIIème siècle). Les glaçures blanches et jaunes sont parsemées sur le fond enduit de glaçure verte.

Ensemble de cinq bols en forme de bateau

Ensemble de cinq bols en forme de bateau de style Oribé (Japon du début du XVIIème siècle). Le bol en forme de bateau est unique au style Oribé. Les deux bords de chaque pièce sont enduits de glaçure verte tandis que le centre est décoré de dessins de kaki suspendus et de motifs géométriques.

Ensemble de cinq bols

Ensemble de cinq bols d’Ogata Kenzan (Japon du XVIIIème siècle) unifiant la forme et le dessin avec des fleurs de camélia. Sur la base, il y a la signature de Kenzan.

Malgré sa collection extraordinaire de céramique, ce musée est peu fréquenté. Vous pourrez vous détendre et apprécier les œuvres tout à loisir.

À côté du musée, la forêt des livres d’enfants Nakanoshima conçue par Ando Tadao, l’un des architectes les plus connus du Japon a ouvert ses portes en juillet 2020. Elle abrite plus de 18 000 livres tels que des livres d’images et des œuvres littéraires pour enfants. Ces livres sont répartis en 12 thèmes. À l’intérieur de ce bâtiment gris en béton armé, il y a partout des endroits « secrets » conçus pour que les enfants puissent avoir du plaisir à lire. Il est aussi possible de lire sur la pelouse du parc Nakanoshima si le temps le permet.

Que faire à Osaka, la troisième plus grande ville du Japon ? Visiter Dotonbori ou Shinsekai ? Oui, ce sont des quartiers emblématiques d’Osaka. Manger takoyaki (petites boules de poulpes) ou okonomiyaki (galette japonaise) ? Oui, ce sont les spécialités à déguster à Osaka. Mais si vous voulez découvrir une autre facette d’Osaka, Nakanoshima et ses alentours abritant aussi des architectures rétro valent la peine d’être visités.

Le musée de la distillerie Yamazaki

Whisky japonais

Le saké fait à partir de riz est un alcool représentatif japonais. Aujourd’hui, il gagne de la popularité à l’étranger. Mais c’est sans doute le whisky japonais qui acquiert plus de notoriété sur le marché mondial. Le nombre d’amateurs de whisky japonais est en augmentation. Yamazaki fabriqué par le groupe Suntory se classe parmi les meilleurs whiskies du monde.

Distillerie Yamazaki

La distillerie Yamazaki est située au pied du mont Tenno dans le sud-est de Kyoto. Une source d’eau pure aux environs de la distillerie permet de fabriquer les whiskies de qualité. Il y a une visite guidée de la distillerie (audioguide en français disponible). L’explication du processus de fabrication et la dégustation y sont comprises (80 min, 1 000 yens). La réservation est obligatoire. Très populaire, il vaut mieux la faire un à deux mois avant la date souhaitée.

Intérieur du musée

Même s’il n’y a pas de places disponibles, une visite libre du musée adjacent (gratuit) vous permettra d’apprendre l’histoire du whisky japonais et d’explorer le monde du whisky Yamazaki (réservation nécessaire quand même).

Le clou de la visite, c’est la « librairie de whisky » dont le mur est entièrement décoré avec une grande variété de whiskies. Vous pouvez aussi voir des alambics et des cuves de brassage qui étaient utilisés autrefois.

Comptoir de dégustation

Et ne manquez pas de passer au comptoir de dégustation à la fin de la visite.

  • Pour se rendre à la distillerie Yamazaki depuis la gare JR Kyoto, prenez le train JR à destination d’Osaka et descendez à la gare JR Yamazaki (15 min, 220 yens). Elle est située à 10 minutes à pied de cette gare.
  • En plus de la distillerie, il est également recommandé de visiter la villa-musée d’art Asahi Beer Oyamazaki et Chochikukyo, maison de style mi-japonais, mi-occidental appropriée au climat japonais conçue par Fujii Koji en 1928.

Le nagaya et la vie urbaine

Nagaya dans le quartier de Nakatsu

Le nagaya, savez-vous ce que c’est ? C’est un genre de logement collectif japonais. Il est composé de plusieurs petites maisons collées dans un même bâtiment. Chaque habitation a sa propre entrée qui donne sur la rue. À l’origine, le nagaya s’est développé comme habitation urbaine à l’époque d’Edo (1603-1867). La plupart des marchands et artisans des villes vivaient dans des nagaya construits dans des ruelles. Le nagaya était aussi utilisé comme logements pour les samuraï subalternes. Les habitants de nagaya bavardaient au puits commun, échangeaient des informations et constituaient une petite communauté, un lieu de fréquentation de quartier.

Le nagaya se caractérisait par son intérieur étroit et sombre, mais aujourd’hui, on y voit des astuces variées pour introduire la lumière naturelle ou pour agrandir visuellement les espaces. La rénovation adaptée aux modes de vie modernes apporte un nouveau souffle au nagaya. Ces derniers temps, la rénovation des nagaya anciens en bureau, café ou magasin est en plein boom. Quels sont les charmes du nagaya d’aujourd’hui ? L’ambiance rétro ? À travers la vie dans des nagaya, on peut retrouver ce qui était normal autrefois mais perdu avec le temps, les liens avec le voisinage, la notion d’entraide, la solidarité, etc…

Dans le quartier de Nakazakicho et de Nakatsu, 10 à 15 minutes à pied d’Umeda, centre du quartier Nord à Osaka, il reste encore des endroits empreints de nostalgie. Épargnés par les bombardements aériens de la seconde guerre mondiale, les nagaya et les bâtiments anciens rénovés sont éparpillés parmi les immeubles d’habitation. Le temps s’y écoule lentement. Ce sont des quartiers sympathiques à explorer.

Ukiyo-koji : une ruelle rétro à Osaka

Ruelle Ukiyo-koji

La ruelle Ukiyo-koji avec des lanternes rouges éclairées. Elle fait face à la rue Dotonbori, une rue très animée du quartier Sud d’Osaka, mais il se dégage une ambiance calme en retrait du tumulte du quartier. Ce contraste est à ne pas manquer.

Vous pourrez y retracer un peu l’histoire de Dotonbori. Les vieilles photos et les images en relief vous permettront de faire un saut temporel au début du XXème siècle. Aujourd’hui, Dotonbori où les enseignes géantes des restaurants se font remarquer est considérée comme rue des nourritures. Mais elle abritait autrefois de nombreux théâtres de kabuki ou de marionnettes et était appelée « Broadway du Japon ». Les théâtres ont été construits du côté sud de la rue, et les billetteries et les salons de thé pour les spectateurs ont été construits du côté nord.

Ukiyo-koji vous mène à Hozenji-Yokocho, une ruelle pavée à l’ambiance agréable. C’est un bon endroit pour faire une petite promenade à l’écart de l’effervescence de Dotonbori.

Anciens quartiers de geishas autour de Dotonbori

Autour de Dotonbori

Ainsi bien que Kyoto, il y avait des quartiers de geishas à Osaka. Dans le quartier sud, ces quartiers ont prospéré de l’époque Edo (XVIIème siècle) à la seconde guerre mondiale avec les théâtres construits autour de Dotonbori autrement appelé « broadway du Japon ».

Quartier Kuroemon-cho

Le quartier Kuroemon-cho situé au côté ouest de l’avenue Midosuji. Autrefois, c’était l’un des deux plus grands quartiers de geishas installés autour de Dotonbori. Aujourd’hui, des restaurants s’y dressent nombreux.

Dans un coin du quartier, trois statues de jizo sont vénérées.
Les geishas, les commerçants ou les acteurs de kabuki fréquentaient ce quartier pour prier le jizo de gauche qui leur promet la prospérité des affaires et la réussite sociale. Après-guerre, il protège les locaux avec les deux autres jizo.

Qu’est-ce que c’est ?

Devant l’hôtel Dotonbori, il y a quatre objets gigantesques. Ils représentent de gauche à droite, un Oriental, un Africain, un Arabe et un Occidental. Au début des années 1990 lorsque ces statues ont été construites, il n’y avait pas autant de touristes étrangers qu’aujourd’hui au Japon. L’hôtel prévoyait l’avenir de Dotonbori ?

Quartier Soemon-cho

Le quartier Soemon-cho était un des grands quartiers de geishas autour de Dotonbori avec le quartier Kuroemon-cho. Il s’est beaucoup transformé et s’anime aujourd’hui comme quartier de host-clubs. On voit le ciel bleu grâce à l’enfouissement des fils électriques. C’est peut-être pour retrouver son charme passé ? Au Japon, c’est impossible de ne pas remarquer des fils et des câbles électriques suspendus dans les airs. Cela gâche le paysage malgré la propreté des rues. Le Japon est actuellement loin derrière l’Europe, le Singapour ou Hong Kong où 100 % des lignes électriques sont enterrées sous terre, 8 % dans les 23 arrondissements de Tokyo et 6 % dans la ville d’Osaka.

Exposition sur la collection de l’estampe japonaise, ukiyo-e

Exposition sur ukiyo-e

Les estampes japonaises ukiyo-e recueillies par Mary Ainsworth (collectionneuse américaine) sont exposées au musée municipal des beaux-arts d’Osaka jusqu’au 29 septembre 2019.

Cette collection contient les chefs-d’œuvre de Katsushika Hokusai et de Utagawa Hiroshige qui ont acquis une haute réputation à l’étranger et qui ont exercé une influence sur les impressionnistes.

Des œuvres « primitives » sont rares et magnifiques. Vous pourrez pleinement profiter de l’histoire et du charme d’ukiyo-e.

Le musée municipal des beaux-arts d’Osaka est situé dans le parc de Tenno-ji, à l’est du quartier de Shinsekai.

Tower Knives Osaka

Tower Knives Osaka

Si vous cherchez des couteaux japonais, que diriez-vous de visiter ce magasin Tower Knives Osaka situé à côté de la tour Tsutenkaku dans le quartier de Shinsekai ? Il propose une large gamme de couteaux de cuisine, de ciseaux et de coupe-ongles. Il est ouvert tous les jours de 10h à 18h.

Vous y trouverez aussi la gamme de Higonokami, couteau pliant traditionnel japonais. Originaire de la ville de Miki dans la préfecture de Hyogo, Higonokami était utilisé comme taille-crayon. Jusqu’au début des années 1960, il y avait un certain nombre de forgerons, mais aujourd’hui, il n’y a qu’un seul fabricant de Higonokami (Nagao Kanekoma).

Higonokami

Hôtel Royal Classic Osaka, un nouvel édifice phare du quartier Sud d’Osaka

Hôtel Royal Classic Osaka

Hôtel Royal Classic Osaka construit sur le site de l’ancien théâtre de kabuki au centre d’Osaka. Il est directement relié à la station de Namba de la ligne Midosuji du métro d’Osaka. Son ouverture officielle est prévue pour décembre 2019.

Ce dessin créatif est issu du travail de Kengo Kuma, l’architecte qui a conçu le dessin du Nouveau stade olympique pour les Jeux olympiques d’été de 2020. Le dessin à pignon de la partie inférieure hérite de la façade de l’ancien théâtre.

De la fin des années 1920 au début des années 1930, Osaka a été appelé « Grand Osaka ». En 1925, Osaka a compté plus de deux millions d’habitants et ce qui en a fait la plus grande ville du Japon en dépassant la capitale Tokyo. L’architecture d’inspiration occidentale s’y épanouissait en tant que centre de la culture, de l’art et de l’industrie. Aujourd’hui, Nakanoshima, Yodoyabashi, Kitahama et Semba sont les quartiers connus comme des trésors de l’architecture rétro. Dans le quartier Sud aussi, il reste quelques bâtiments qui ont été construits à l’époque de « Grand Osaka ».

Nankai Building

Nankai Building, l’immeuble relié à la gare de Nankai Namba construit en 1932. Les colonnades corinthiennes sont belles.

Théâtre Shochikuza

Le théâtre Shochikuza situé à Dotonbori, quartier de divertissement le plus renommé d’Osaka. Il a été construit en 1923 prenant comme modèle la Scala de Milan.