Archives de mot-clé : architecture

Les machiya en voie de disparition

Machiya (ancienne résidence de la famille Kawasaki)

Quels sont les types d’habitat qui nous font découvrir le style de vie traditionnel japonais ? Le machiya, ancienne maison en bois de marchands est un des représentants. Appelé « lit d’anguille » en raison de sa façade étroite et de son intérieur profond, il sert de logement et d’ateliers aux habitants. On y trouve des astuces variées pour le confort transmises de génération en génération. Surtout à Kyoto, ville au patrimoine riche, non seulement les temples et les sanctuaires mais aussi les machiya construits avant 1950 jouent un rôle majeur dans la conservation du paysage historique de la ville.

Mais les machiya qui servaient de logement y sont en voie de disparition aujourd’hui. Certes, certains d’entre eux ont été rénovés en restaurants, boutiques et hôtels profitant de l’ambiance raffinée, mais de nombreux sont menacés de démolition en raison des coûts d’entretien et de réparation élevés. Selon un sondage effectué par la ville de Kyoto, au moins 5 602 machiya ont été perdus au cours des 7 dernières années de 2010 à 2016.

Même les machiya désignés comme bien culturel risquent d’être démoli. Je prends le bâtiment sur la photo (ancienne résidence de la famille Kawasaki) construit en 1926 pour exemple. Il y a plusieurs pièces de style japonais et de style occidental, une salle de thé de bon goût et un jardin magnifique. Il était utilisé comme musée du kimono. L’an dernier, sa propriété est passée à un agent mobilier de Tokyo et un projet de démolition a été révélé. C’est pour construire des installations d’hébergement ?

Situé dans un quartier bordé de chars décorés lors du festival de Gion, ce machiya constitue un élément important du paysage du quartier depuis longtemps. La ville de Kyoto a averti au propriétaire actuel de ne pas le démolir et pour l’instant, il reste intact. Mais cela n’empêche pas que la situation est inquiétante. Je ne veux pas voir la disparition des biens culturels précieux derrière l’essor du tourisme…

Hôtel Royal Classic Osaka, un nouvel édifice phare du quartier Sud d’Osaka

Hôtel Royal Classic Osaka

Hôtel Royal Classic Osaka construit sur le site de l’ancien théâtre de kabuki au centre d’Osaka. Il est directement relié à la station de Namba de la ligne Midosuji du métro d’Osaka. Son ouverture officielle est prévue pour décembre 2019.

Ce dessin créatif est issu du travail de Kengo Kuma, l’architecte qui a conçu le dessin du Nouveau stade olympique pour les Jeux olympiques d’été de 2020. Le dessin à pignon de la partie inférieure hérite de la façade de l’ancien théâtre.

De la fin des années 1920 au début des années 1930, Osaka a été appelé « Grand Osaka ». En 1925, Osaka a compté plus de deux millions d’habitants et ce qui en a fait la plus grande ville du Japon en dépassant la capitale Tokyo. L’architecture d’inspiration occidentale s’y épanouissait en tant que centre de la culture, de l’art et de l’industrie. Aujourd’hui, Nakanoshima, Yodoyabashi, Kitahama et Semba sont les quartiers connus comme des trésors de l’architecture rétro. Dans le quartier Sud aussi, il reste quelques bâtiments qui ont été construits à l’époque de « Grand Osaka ».

Nankai Building

Nankai Building, l’immeuble relié à la gare de Nankai Namba construit en 1932. Les colonnades corinthiennes sont belles.

Théâtre Shochikuza

Le théâtre Shochikuza situé à Dotonbori, quartier de divertissement le plus renommé d’Osaka. Il a été construit en 1923 prenant comme modèle la Scala de Milan.

L’ancienne demeure Omuro

Cette demeure se trouve dans un quartier résidentiel calme, à 2 minutes à pied de la station de tram Omuro Ninna-ji. Elle a été construite il y a 80 ans.

Dans la grande salle, on peut admirer le reflet de la nouvelle verdure du jardin sur une table. Il est autrement appelé « miroir de jardin ».

L’ajour à motif du mont Fuji dans une imposte est aussi magnifique. J’ai été impressionnée par ce travail délicat.

Mont Fuji

Le jardin est aménagé en utilisant la pente d’une colline. De la salle de thé construite sur une hauteur, on a une belle vue sur le jardin. J’aimerais y prendre une tasse de thé.

La cantine et le belvédère de la préfecture de Nara

La préfecture de Nara se trouve dans la rue principale est-ouest qui mène au sanctuaire shinto Kasuga-taisha. En face, on voit le temple Kofuku-ji. Comme c’est un organe administratif, la plupart des touristes passent devant sans y entrer. Mais il y a des endroits idéals pour la pause.

Cantine de la préfecture de Nara

La cantine en libre-service de la préfecture de Nara.Elle n’a l’air de rien… Mais elle est ouverte au grand public, pas uniquement au personnel de la préfecture. Comme déjeuner, elle offre trois types de plats du jour à 520 yens chacun. On peut y manger aussi à la carte (des nouilles, des bols de riz, donburi, et du riz au curry, etc). Chaque semaine, la carte du lundi au vendredi y est affichée. On achète des tickets de repas au distributeur. On y mange bien à un prix abordable. Cette cantine se trouve au 5ème étage du bâtiment principal de la préfecture. On a donc d’ici, une belle vue sur la ville de Nara en mangeant.

Belvédère de la préfecture de Nara

À l’étage du dessus (au dernier étage du bâtiment), il y a un espace de pelouses qui offre une jolie vue panoramique sur Nara. C’est un endroit peu connu et pourtant très agréable et reposant. Que diriez-vous d’y passer ? Les beaux paysages de Nara vous accueilleront.

Vue panoramique sur Nara

La pagode en bois vs la pagode en pierre

La pagode qu’on voit au Japon est la fusion du stupa indien, monument où sont vénérées les reliques du Bouddha et de la tour d’observation chinoise. Construite principalement en bois, elle est constituée d’un socle, d’un corps et d’une flèche. Elle comporte plusieurs étages (impaires), le plus souvent cinq. À l’intérieur, il y a un pilier central, mais sans escalier. La pagode de style japonais est donc destinée à être admirée de l’extérieur comme architecture symbolique du bouddhisme.
N’y a-t-il pas de pagodes en bois à sept étages ou plus au Japon ? Si, mais la pagode en bois à sept étages n’existe plus.

Au sanctuaire shinto Tanzan-jinja situé en banlieue de Nara, il y a une pagode à treize étages. C’est la seule pagode en bois à treize étages au monde. Reconstruite au XVIème siècle, mais son aspect élégant et balancé vous coupera le souffle.

Pagode à treize étages

Chez nous, les pagodes à sept étages ou plus sont construites principalement en pierre. Je vous présente des représentants.
Voici la plus haute pagode en pierre à treize étages au Japon. Elle se trouve au banc de sable de la rivière Uji (Kyoto), pas dans l’enceinte du temple bouddhiste. Elle a été construite afin de prier pour le repos de l’âme des poissons capturés et pour la sécurité du pont qui franchit la rivière Uji.

Pagode en pierre à Uji

Voici la pagode en pierre à treize étages au temple Hannya-ji (Nara). Elle date du XIIIème siècle. La pagode simple qui se dresse, entourée de cosmos est belle.

Pagode en pierre au temple Hannya-ji

L’ancienne prison de Nara rénovée en hôtel de luxe

L’ancienne prison de Nara est l’une des cinq prisons modernes construites à l’ère Meiji au début du XXème siècle. Les bâtiments en brique de cette époque restent tels quels. En raison de son apparence élégante, on ne peut pas imaginer que ce soit une prison. Mais à l’intérieur, cinq bâtiments de cellules s’étendent en étoile depuis le poste de gardien disposé au centre. C’est une vraie prison. Elle était utilisée jusqu’en 2017. Il est dit que ces cellules seront rénovées en chambre. Alors, le poste de gardien sera rénové en réception ? L’ouverture de l’hôtel est prévue pour 2021.

Ancienne prison de Nara

Les tuiles anciennes au temple Gango-ji

Tuiles anciennes

Au temple Gango-ji situé au centre de Naramachi, ancien quartier de Nara. Il existe encore des tuiles anciennes datant du VIème siècle sur les toitures.

Tuiles rondes

Les tuiles rondes sont mises en gradins les unes sur les autres. Les tuiles rougeâtres ou noires ont été fabriquées il y a 1 400 ans.

Le temple Gango-ji est connu pour sa légende des ogres. 5 statuettes d’ogres se cachent dans son enceinte, et pourrez-vous les trouver ?

La couverture en tuile

La couverture traditionnelle en tuile

La couverture traditionnelle en tuile en argile au temple bouddhiste.
Les tuiles plates et les tuiles rondes y sont encastrées les unes dans les autres.
Les tuiles d’avant-toit sont souvent décorées de motifs de tourbillons représentant le souhait de prévention des incendies, de motifs des emblèmes familiaux appelés kamon,etc.

Remarquez aussi des ornements variés des toits. Il y a un démon japonais,oni, pour chasser les mauvais esprits, un dragon considéré comme divinité tutélaire de l’eau, un ermite debout sur la carapace d’une tortue représentant l’éternité, etc.
Il peut y avoir des découvertes inattendues.

L’ancienne résidence du photographe, Irie Taikichi

Irie Taikichi (1905-1992) est photographe né à Nara. Il a pris des photos de sites historiques de son pays natal pendant plus de 50 ans. Grâce à ses photos, le beau paysage de Nara s’est rendu célèbre.

L’ancienne résidence d’Irie Taikichi se trouve dans un quartier tranquille et charmant, près du temple Todai-ji. Il y a travaillé, pris plaisir à son passe-temps et fait des échanges culturels avec de nombreux artistes. Ce n’est pas grand, mais arrangé avec goût. C’est peu connu et pourtant très agréable.

L’ancienne résidence du photographe, Irie Taikichi