Archives de mot-clé : temple

Le temple Todai-ji part7

Un portique en pierre, torii fait face au pavillon Hokke-do. C’est l’entrée nord du sanctuaire shinto Tamukeyama-hachimangu renommé pour ses feuilles rouges d’automne. Aujourd’hui indépendant, il a été construit à l’origine en tant que sanctuaire tutélaire du temple Todai-ji.

La présence fréquente d’un sanctuaire shinto à l’intérieur d’un temple bouddhiste témoigne du culte mixte. Le shintoïsme qui est la religion traditionnelle du peuple japonais et le bouddhisme d’origine étrangère ont coexisté au Japon pendant de longues années.

Dans les sanctuaires shinto, des animaux variés servent de messager divin. Ici, c’est le pigeon qui travaille comme messager divin. Il y a partout le motif de pigeons, des lanternes, des ex-voto, des ornements du toit, etc…

La réouverture du temple Koto-in

Temple Koto-in

Koto-in, un des sous-temples de Daitoku-ji est le site serein où je peux me détendre complètement chaque fois que je visite. Il était fermé en raison des travaux de restauration depuis l’été 2017, mais il a finalement été rouvert.

Voie d’accès au temple

La voie d’accès au temple recouverte d’un pavage de pierre, c’est ce que je vous conseille de voir absolument. Entourée par des érables et des bambous, elle s’étale tout droit au temple. Vous y ressentirez une ambiance paisible, éloignée du tumulte de la ville. Cette année, le rougissement des feuilles d’érables japonais est retardé… On pourra l’admirer peut-être à la fin novembre.

Son jardin surnommé le jardin des érables est modeste et de bon goût. Il n’y a pas de thèmes difficiles à comprendre, tels que la légende chinoise ou le monde du bouddhisme, etc. Vous ne vous lasserez pas de le contempler.

Horin-ji, le temple des daruma

Plein de darumas

Savez-vous ce que c’est, un daruma ? C’est une figurine en papier mâché, de forme arrondie, sans bras ni jambes. Coloré en rouge de bon augure à l’exception du visage, le daruma est inspiré de la position de méditation du moine indien Bodhidharma qui a fondé le bouddhisme zen. Selon la légende, Bodhidharma a médité pendant neuf ans face au mur en pierre et a perdit l’usage des bras et des jambes. Le daruma qui revient à sa postion initiale même si on le renverse est le symbole de persévérance.

Horin-ji situé à l’ouest du centre-ville de Kyoto est un temple zen fondé au XVIIIème siècle. C’est un petit temple, mais vous y serez étonné d’un paysage unique. Il abrite 8 000 figurines daruma. De darumas d’environ 2 mètres de haut à ceux de taille de paume… Ce temple est plein de darumas.

Pas seulement des figurines. Il sera intéressant de trouver des motifs de daruma cachés qui sont éparpillés un peu partout dans l’enceinte.

Jardin zen

Le jardin zen situé au sud du bâtiment principal vous permettra de goûter la tranquillité. Ce sera un bon endroit pour la méditation.

Bouddha couché

Horin-ji abrite aussi une belle statue de bouddha couché. Elle dort sous la couette. On peut la toucher. Il est dit qu’elle accorde le bonheur, la vertu et la longévité.

Le temple Todai-ji part6

Hokke-do

Hokke-do autrement appelé Sangatsu-do est à côté du sud de Nigatsu-do. Ce bâtiment est le plus ancien du temple Todai-ji. À l’origine, il était constitué de deux salles indépendantes l’une de l’autre, le raido (salle de prières) et le shodo (salle principale où sont conservés les statues de Bouddha).

Belle harmonie

Si vous le regardez de près, vous remarquerez que les couleurs des tuiles sont différentes à gauche et à droite. Le shodo, partie de gauche est une architecture du VIIIème siècle, mais le raido, partie de droite a été reconstruite au XIIème siècle. Ces deux architectures de différentes époques sont reliés et présentent une belle harmonie.

Statues de Bouddha de Hokke-do

Peu de touristes visitent Hokke-do. C’est parce que la visite est payante ? Les dix statues de Bouddha qu’il abrite, toutes sont de l’époque de Nara (VIIIème siècle) et représentent la quintessence de la statuaire de cette époque, la statuaire en laque sèche creuse. La principale statue, Fukukensaku Kannon, divinité de la compassion à huit bras et trois yeux de 3,6 mètres de haut se dresse d’un air imposant au centre. Une corde à la main, elle est prête à aller n’importe où pour secourir ceux qui souffrent et pour exaucer leur vœux. Il y a un espace où on peut s’asseoir pour se plonger dans l’ambiance majestueuse émanée par ces statues précieuses.

Style de construction azekura

Connaissez-vous le style de construction, azekura ? Il s’agit d’un ancien style de construction japonaise réalisé en croisant et en empilant des rondins de bois de section triangulaire. Au temple Todai-ji, Shoso-in qui servait d’entrepôt d’objets d’art recueillis par l’empereur Shomu (fondateur de Todai-ji ) et son épouse est le meilleur représentant de ce style de construction. Un des exemples du style azekura se trouve aussi près de Hokke-do. C’est comme une cabane carrée, mais elle servait à entreposer le soûtra autrefois. Vous pourrez y regarder de près le détail du style azekura.

Le temple Todai-ji part5

Nigatsu-do

Les bâtiments historiques sont éparpillés aux environs de la salle du Bouddha. Ce bâtiment sur pilotis, Nigatsu-do est à ne pas manquer. Pas trop de monde, vous pourrez vous y relaxer.

Chemin menant à Nigatsu-do

Le chemin menant à Nigatsu-do qui se trouve derrière la salle du Bouddha est l’un de mes endroits préférés au temple Todai-ji. Entouré de murs de terre, il dégage une ambiance paisible. Le long du chemin, il y a une petite rizière où l’on cultive du riz pour faire des gâteaux de riz utilisés lors des rites. Vous pourrez voir un petit paysage rural de la plantation de riz de printemps à la récolte de riz d’automne.

De la terrasse de Nigatsu-do, vous aurez une belle vue sur la ville de Nara. Remarquez aussi des lanternes suspendues.

De la terrasse de Nigatsu-do

À Nigatsu-do, la cérémonie bouddhiste pour confesser nos péchés au bouddha principal, shuni-e se déroule en mars depuis plus de 1 200 ans. Les torches sont brandies sur la terrasse par les moines et les flammèches sont jetées… Cela est l’un des spectacles majeurs de cette cérémonie.

Flammèches de torches

Le temple Todai-ji part4

Maquette de l’enceinte du temple

À l’arrière de la salle du Bouddha, il y a la maquette miniature du temple original. Autrefois, deux pagodes à sept étages de cent mètres de haut s’y trouvaient.

Elles n’existent plus, mais une pagode a été créée en les prenant comme modèle lors de l’exposition universelle d’Osaka de 1970. Un grand ornement en métal qui se trouve à l’est de la salle du Bouddha est la flèche de cette pagode. Elle a été offerte au temple après l’exposition. À côté, un chapiteau aux lions du pilier d’Ashoka (empereur de l’Inde antique et protecteur du bouddhisme) dégage une ambiance mystérieuse. Une capsule temporelle qui contient des messages au futur est enterrée au-dessous. Elle sera ouverte en 2038, le 1500ème anniversaire de l’introduction du bouddhisme au Japon.

Marches de chat

On quitte le grand Bouddha et continue la visite du temple. Voici l’un de mes endroits préférés, les « marches de chat ». Très calme. Mais on deviendra un chat si on trébuche selon une anécdote. Faites attention.

La cloche gigantesque créée au VIIIème siècle est au-delà des marches. Suspendue au campanile, il est possible de la voir du dessous. Elle est sonnée tous les soirs à 20h.

Le temple Todai-ji part3

Cette fois, je vous présente les statues bouddhiques qui se tiennent autour du grand Bouddha. En plus du grand Bouddha, l’actuelle salle du Bouddha abrite 4 statues bouddhiques. Toutes sont magnifiques et géantes.

Qui sont assis de chaque côté du grand Bouddha ? À sa gauche se tient le bodhisattva Nyoirin-Kannon qui exauce nos vœux et à sa droite, le bodhisattva Kokuzo qui nous accorde la sagesse et la mémoire. Ce sont des statues en bois doré créées au XVIIIème siècle. Environ 7 mètres de haut, elles sont assez grandes.

Derrière le grand Bouddha flanqué de ces bodhisattvas, deux statues qui font partie des quatre rois célestes, le dieu gardien de l’ouest, Koumoku-ten et celui du nord, Tamon-ten créés au début du XIXème siècle se tiennent debout en armure. Le Koumoku-ten tient un rouleau d’écriture et un pinceau pour noter nos péchés. Le Tamon-ten tient une pagode et un trident. Certains disent qu’ils ont des visages effrayants, mais j’aime leurs regards perçants.

Le temple Todai-ji part2

Le grand Bouddha, c’est le clou de la visite du temple Todai-ji. Les statues bouddhiques sont classées en quatre groupes : Nyorai, Bodhisattva, Myoo et Ten. Le grand Bouddha est un des exemples de Nyorai qui signifie « celui qui a atteint l’éveil ». Nyorai prend Shakyamuni, un prince indien qui a pris l’habit comme modèle.

Grand Bouddha

Voici le gros plan du grand Bouddha. Vous remarquerez des spécificités qui le différencie des hommes ordinaires. Les larges boucles enroulées appelées rahotsu représentent la sagesse. Ce sont comme des coquilles. Entre les sourcils, il y a une touffe de poils enroulée appelée byakugo qui émet la lumière. Les oreilles du grand Bouddha sont percées. Ce sont des trous de piercing.

Statuettes de Bouddha sur l’auréole

Sur l’auréole du grand Bouddha, seize statuettes de Bouddha sont disposées. Ces petits Bouddhas, kebutsu travaillent pour le salut de tout ce qui vit en tant que remplaçant du grand Bouddha.

Le grand Bouddha est assis sur les pétales de lotus. Le même dessin représentant le monde bouddhique est gravé au burin sur chaque pétale.

Papillon à huit pattes

Pourrez-vous trouver une paire de papillons à huit pattes qui se pose sur des vases ? Le papillon du temple Todai-ji n’est-il pas un insecte ? C’est mystérieux.

Le temple Todai-ji part1

Grand Bouddha de Nara dans une salle

Le temple Todai-ji célèbre pour le grand Bouddha. Vous serez attiré par son air majestueux. Mais ne vous contentez pas de l’apprécier. Ce temple regorge de choses à voir. Je vous en présente dans mes blogs.

Au bord de l’étang du miroir

La photo prise du bord de l’étang du miroir. Une fois la grande porte du Sud franchie, avancez un peu à droite. Vous pourrez y goûter le paysage magnifique autour de la salle du Bouddha. La plupart des visiteurs vont tout droit sur l’allée d’accès au temple. Pas beaucoup de monde au bord de l’eau.

Déesse de la terre

La porte intérieure construite au XVIIIème siècle abrite deux statues de dieux gardiens. Qu’est-ce qu’on voit aux pieds du dieu gardien de droite ? Il est soutenu par une déesse de la terre accompagnée de deux démons. Elle est costaude.

Salle du Bouddha

La salle du Bouddha où le grand Bouddha accueille les visiteurs. C’est l’édifice en bois le plus gigantesque du monde.

Belle architecture

Les traverses sont encastrées dans les piliers. Remarquez aussi la structure qui supporte le poids de l’avant-toit. Sans utiliser de matériel, les pièces en bois sont assemblées comme un puzzle en trois dimensions.

Lanterne octogonale

Une lanterne octogonale en bronze qui se trouve sur le parvis de la salle du Bouddha. Elle date du VIIIème siècle. Quatre faces sont ornées de bodhisattvas musiciens et les quatre autres de lions bondissants au milieu des nuages.

Statue de Binzuru

La statue en bois de Binzuru (un des disciples du Bouddha) qui se trouve sur la droite des marches à l’entrée de la salle du Bouddha. Selon une légende, Binzuru avait abusé de sa puissance surnaturelle et a été excommunié par le Bouddha. C’est pourquoi il est à l’extérieur. Il s’est peut-être repenti et aujourd’hui, il est vénéré comme guérisseur de la maladie. Si vous avez mal aux genoux, frottez ses genoux.

À la recherche de la sérénité de la nature

Au temple Akishino-dera, la cachette située au nord-ouest du centre-ville de Nara.

Temple Akishino-dera

Il offre un paysage paisible et agréable avec un jardin couvert de mousse. La lumière du soleil qui passe entre les arbres sur la mousse veloutée est très jolie…

Ce temple abrite la statue de la déesse de l’art, Gigei-ten. Elle est autrement appelée « la muse orientale ». Beaucoup de gens sont émerveillés par son sourire gracieux. Sa tête et le reste du corps ont été créés à différentes époques, mais tout un ensemble crée une belle harmonie.

Déesse Gigei-ten