Archives de l’étiquette : artisanat

Œuvres du kintsugi

La laque et l’art du kintsugi

La laque appelée urushi en japonais est faite de la sève récoltée sur l’arbre à laque. L’urushiol, le composant principal de la sève, s’oxyde et durcit, ce qui rend la laque très durable, résistante à l’eau, isolante et antiseptique. Elle est utilisée depuis les temps anciens au Japon comme adhésif, enduit et élément de décoration. La relation entre les Japonais et la laque remonte à la période Jomon(-13 000 av. J-C à -400 av. J-C). Les ornements et les objets usuels enduits de laque ont été exhumés dans des sites archéologiques de cette période. Tout au long des siècles, la laque est utilisée non seulement pour les objets quotidiens (bols, assiettes, vase, etc.) mais aussi pour les bâtiments, les statues de Bouddha et les œuvres d’art et fait partie intégrante de la culture japonaise.

On collecte la sève de l’arbre à laque en incisant le tronc. La sève laiteuse suinte des entailles. Après avoir été collectée, elle est filtrée et purifiée. Au Japon, sa collecte se fait à partir d’arbres à laque ayant atteint une dizaine d’année, de juin à septembre et encore en novembre. Une fois que la sève est récoltée, le tronc est abattu. Seulement environ 200 millilitres de sève peuvent être extraits de chaque arbre. À mesure que la sève suinte du tronc, elle change rapidement de couleur et se coagule pour protéger la vie de l’arbre. Ceci est similaire à la façon dont le sang humain forme des croûtes. Une goutte de laque, qui est considérée comme une goutte de sang, est très précieuse.

Arbre à laque
Arbre à laque

Autrefois, il y avait des arbres à laque partout au Japon et la laque était un des matériaux familiers. Mais la demande de laque a diminué au fil du temps et aujourd’hui, environ 97 % de la laque utilisée au Japon proviennent de Chine et seule 2 % environ sont d’origine japonaise. Pour restaurer les trésors nationaux et les biens culturels importants, on utilise la laque japonaise qui conserve un haut niveau de qualité.

Le kintsugi est une technique traditionnelle japonaise de réparation des céramiques, des objets en verre ou des laques ébréchés ou brisés au moyen de laque. La partie réparée est ensuite saupoudrée de poudre d’or (mais selon le cas, d’autres matériaux naturels comme poudre d’argent, laque colorée, nacres incrustées, etc. sont également utilisés). Autrefois, on utilisait quotidiennement la laque comme adhésif pour réparer la vaisselle ébréchée ou abîmée. L’art du kintsugi qui ajoute un élément décoratif à la réparation a été cultivé par les maîtres de thé au XVème siècle. Ils auraient trouver de nouveaux paysages aux fissures et aux ébréchures. Le kintsugi peut offrir une nouvelle vie aux objets cassés. Il est ainsi apprécié comme technique qui contribue à réduire l’impact environnemental causé par des produits jetables en plastique. Il y a aussi le kintsugi simple et moderne dans lequel on utilise la résine synthétique au lieu de la laque comme adhésif. Il est facile comparé au kintsugi traditionnel. Mais ce qui est important dans l’art du kintsugi, ce n’est pas seulement d’embellir les parties réparées d’or mais aussi d’utiliser des matériaux naturels.

Bol réparé avec le kintsugi
Bol réparé avec le kintsugi

Si vous voulez faire l’expérience du kintsugi traditionnel, l’atelier Shitsugei-sha situé près du temple Daitoku-ji à Kyoto est incontournable à visiter.

Narasumi

Découvrir le Japon à travers les ateliers d’artisans-Narasumi, le bâton d’encre fabriqué dans la ville de Nara

Le bâton d’encre appelé sumi en japonais est un des instruments utilisés pour la calligraphie japonaise. L’encre est obtenue en frottant le bâton d’encre sur le bloc de pierre en forme de palette avec de l’eau. Le sumi a son origine dans la Chine d’il y a plus de 2 000 ans. En 610, il aurait été introduit au Japon, dans la région Asuka où se trouvait l’ancienne capitale japonaise. Autrement dit, le sumi japonais a plus de 1 400 ans d’histoire. Au VIIIème siècle où la nouvelle capitale japonaise a été établie à Nara, la copie à la main des sutras bouddhistes s’est pratiquée sous l’influence de la culture bouddhique et l’industrie de fabrication des bâtons d’encre a prospéré. Nara est ainsi considéré comme berceau du bâton d’encre. De nos jours, environ 95 % des bâtons d’encre traditionnels sont fabriqués à Nara.

Suie de pin (droite) et Suie de l'huile végétale (gauche)
Suie de pin (droite) et Suie d’huile végétale (gauche)

Le sumi traditionnel qui se présente sous forme solide est confectionné à partir de suie du bois de pin ou d’huile végétale (principalement issue de colza ou de sésame) et de colle d’origine animale appelée nikawa. Pour atténuer l’odeur de colle, on ajoute aussi le parfum (ex. l’essence de camphre). La fabrication de sumi brut commence par le prélèvement de la suie. Quand l’huile végétale s’emploie, on allume une mèche en jonc placée dans une coupelle d’huile de la poterie et couvre la poterie pour prélever la suie. On fait la pâte de sumi en ajoutant la colle gélifiante et le parfum à la suie obtenue. Elle est pétrie, roulée et ensuite placé dans un moule en bois sculpté de motifs et de caractères chinois. Le bâton d’encre façonné est séché pendant un à deux ans et poli à la finition.

J’ai visité l’atelier Kinko-en situé à trois minutes à pied de la gare JR de Nara. L’artisan m’a expliqué comment fabriquer le sumi. Voici une démonstration de fabrication de bâton d’encre réalisé avec de la suie d’huile de colza.

Plus d’infos : https://kinkoen.jp/en/experience/

Au fil du temps, la demande de bâtons d’encre a fortement chuté en raison du développement d’une grande variété de papeterie. Aujourd’hui, il n’y a que neuf fabricants de bâtons d’encre dans tout le pays, dont huit à Nara. Dans le cours de calligraphie à l’école primaire, l’encre liquide de carbone est utilisée plutôt que l’encre solide. La situation actuelle est assez difficile pour les fabricants de bâtons d’encre. Mais l’encre traditionnelle sumi n’est pas un simple outil de calligraphie ou de peinture. En calligraphie, on peut se calmer et se concentrer en frottant le bâton d’encre sur la pierre. Le sumi est également apprécié comme un des objets d’art représentant la culture japonaise depuis les temps anciens en raison de sa décoration méticuleuse et de son parfum unique. Je voudrais vous faire découvrir les différents charmes de cet artisanat traditionnel japonais.

Forger

Découvrir le Japon à travers les ateliers d’artisans-La ville de Sakai, haut-lieu de la fabrication de couteaux japonais

Sakai est une vieille ville marchande et artisanale située à environ 15 kilomètres au sud de la ville d’Osaka. Pendant l’époque médiévale, elle a prospéré grâce au commerce et a été une ville autonome administrée par des citoyens marchands. Sakai est devenue la ville la plus riche du Japon avec Imai à Nara. À propos du quartier d’Imai :https://japonhautecouture.com/autres/le-quartier-dimai-un-voyage-dans-le-temps-a-lepoque-dedo/

Lorsque les armes à feu et le tabac ont été introduits du Portugal au Japon au milieu du XVIème siècle, Sakai est devenue une base de fabrication d’armes à feu et de couteaux pour couper les feuilles de tabac. Les couteaux tranchants fabriqués à Sakai ont ainsi une grande renommée. Aujourd’hui, la plupart des couteaux japonais utilisés par les cuisiniers professionnels pour la préparation culinaire sont originaires de Sakai. Dans la cuisine japonaise washoku qui est aussi un régal pour les yeux, la beauté de la coupe des ingrédients est très importante. Il existe environ 300 types de couteaux japonais correspondant à une utilisation précise. Chacun est bien adapté aux ingrédients à découper.

Voici l’atelier de forge Mizuno, qui a été fondé en 1872. Actuellement, le maître de 5ème génération forge les couteaux et les sabres japonais en utilisant des techniques traditionnelles. Les couteaux de cuisine typiques de Sakai sont fabriqués en joignant un morceau d’acier au fer doux et en forgeant à l’aide d’un maillet et d’un marteau à ressort (machine à forger).

Atelier de forge Mizuno
Atelier de forge Mizuno

Dans cet atelier, j’ai vu une démonstration de forgeage d’un couteau à sashimi à simple tranchant (couteau pour la découpe des poissons). Un morceau d’acier est joint au fer doux qui a été chauffé au rouge, en utilisant un adhésif spécial appelé tansetsuzai. La lame est chauffée à une température d’environ 850 degrés dans le four au coke avant d’être martelée. Le contrôle de la température est importante. Dans l’étape suivante, la pointe de la lame est martelée et façonnée et puis, la partie de la lame insérée dans le manche appelée nakago est façonnée. La lame est enfin chauffée et martelée pour façonner la forme finale du couteau.

Le Couteau fuguhiki spécialisé dans le sashimi du poisson-globe, fugu a été conçu par cet atelier de forge. Il permet de couper très finement la chair du fugu fibreuse et coriace.
Si vous vous intéressez à la culture des couteaux japonais, l’atelier de forge Mizuno est incontournable à visiter.