Archives de catégorie : Magasins

Narazuhiko-jinja

Une balade insolite dans le quartier de Kitamachi

Quelles images vous viennent à l’esprit lorsque vous pensez à Nara ? Que visiter à Nara ? Le Grand Bouddha du temple Todai-ji, le sanctuaire shinto aux lanternes, le parc aux daims ou le vieux quartier de Naramachi ? Je vous présente dans cet article le quartier de Kitamachi, quartier peu connu mais agréable pour les balades.

Comment se rendre au quartier de Kitamachi

Le quartier de Kitamachi est situé au nord de la gare de Kintetsu-Nara et s’étend au nord-ouest du temple Todai-ji. En tant que porte d’entrée nord de Nara, son ancienne route principale reliant Kyoto à Nara était autrefois bordée d’auberges et de magasins. Il peut être difficile d’imaginer l’atmosphère animée que ce quartier dégageait autrefois, mais quelques vieilles maisons en bois subsistent encore le long de cette route. Pour se rendre au quartier de Kitamachi, si vous êtes au temple Todai-ji, dirigez-vous vers l’ouest de la salle du Bouddha.

À l’ouest et au nord-ouest de la salle du Bouddha, se trouvent plusieurs endroits peu fréquentés par les touristes tels que le pavillon Kaidan-do, le bâtiment du trésor Shoso-in, la porte Tegai-mon, etc.

Kaidan-do

Kaidan-do
La salle d’ordination
Vous pourrez y rencontrer des chefs-d’œuvre créés au VIIIème siècle, les quatres statues en argile de dieux gardiens des points cardinaux appelés shitenno.

Paysage automnal

Étang Daibutsu-ike
Un endroit parfait pour admirer les belles couleurs d’automne

Shoso-in

Shoso-in
Trois bâtiments qui renferment des trésors impériaux du VIIIème siècle
Vous pourrez voir un ancien style de construction japonaise réalisé en croisant et en empilant des rondins de bois de section triangulaire.

Tegai-mon

Tegai-mon
Une des portes d’entrée du temple Todai-ji et un symbole du quartier
C’est le seul vestige évoquant ce qu’était l’architecture d’ensemble du Todai-ji au VIIIème siècle.

Que voir dans le quartier de Kitamachi

Par rapport au quartier de Naramachi, il y a moins de touristes dans ce quartier, où l’histoire côtoie la vie quotidienne des habitants locaux. Il est aussi intéressant d’y explorer le dédale de ruelles.

Jizo soleil couchant
Jizo soleil couchant

On croise souvent des statuettes en pierre de jizo au coin des rues au Japon et ici, vous pourrez également voir une statue de grande taille, le jizo “Soleil couchant”. Il protège des habitants locaux avec son sourire apaisant depuis le XVIème siècle.

Savez-vous qu’il y a une petite ferme d’élevage à deux pas du centre-ville de Nara ? C’est une autre curiosité du quartier. La ferme Uemura fondée en 1884 fait l’élevage d’une trentaine de vaches laitières. L’animal qui nous évoque Nara n’est pas uniquement le daim. Elle est située juste en face du temple Hannya-ji, autrement appelé le temple de cosmos. Dans ce quartier, il y règne une ambiance reposante.

Camphrier géant
Camphrier géant

Poussons ensuite jusqu’au sanctuaire shinto Narazuhiko-jinja situé au nord de la ferme Uemura. Un spot méconnu mais très apprécié des locaux… Ce camphrier vieux de 1300 ans se dresse avec majesté derrière le sanctuaire principal. La zone autour de cet arbre sacré dégage une ambiance mystique et vous aurez l’impression d’être dans le décor d’un film Ghibli. 

Ancienne prison de Nara

Le quartier de Kitamachi est également parsemé de bâtiments de valeur historique et culturelle. L’ancienne prison de Nara est l’une des cinq prisons de style occidental construites au début du XXème siècle. Symbole de la modernisation du Japon qui a ouvert ses portes aux puissances occidentales, elle a été utilisée jusqu’en 2017 dans un but de réinsertion des prisonniers dont la plupart étaient des jeunes dans la vingtaine. Elle sera rénovée en hôtel de luxe par Hoshinoya, un hôtelier japonais. J’attends avec impatience son ouverture prévue pour le printemps 2026.

Actuellement au Japon, de nombreux bâtiments de valeur historique et culturelle risquent d’être démolis en raison de difficultés d’entretien. C’est dommage qu’ils soient vendus l’un après l’autre à des investisseurs étrangers malgré que les Japonais eux-mêmes doivent réfléchir à comment mettre ces patrimoines en valeur.

Université pour femmes de Nara
Université pour femmes de Nara

Un bâtiment de style mi-japonais, mi-occidental… Voici la salle commémorative de l’université pour femmes de Nara, une autre construction du début du XXème siècle. À ce site se trouvait le bureau du magistrat de Nara pendant l’époque d’Edo. En face, il y avait un magasin, un témoin de l’époque, mais c’est dommage qu’il ait été détruit…

Bonnes adresses dans le quartier de Kitamachi

KOJOATO 工場跡事務室

Un café calme et reposant installé dans le bureau et la salle d’emballage d’une ancienne usine de boisson au yaourt construite en 1925. Son nom KOJOATO signifie « site d’usine ». On y voit ici et là des équipements datant des origines. Pour mettre en valeur le patrimoine culturel de la modernisation, des expositions temporaires et des concerts sont également organisés sur ce site.


  • À deux pas de la porte Nord du pavillon Kaidan-do
  • Heures et jours d’ouverture
    11h-18h (vendredi)
    8h30-17h30 (samedi, dimanche et jours fériés)

Tachibana お食事処たちばな

Un restaurant cosy à l’ambiance nostalgique installé dans une vieille maison. Quand j’y suis allée déjeuner, tous les plats du jour avaient été épuisés. Mais on m’a préparé de bons petits plats.


  • À 100 mètres au sud du sanctuaire shinto Narazuhiko-jinja
  • Heures et jours d’ouverture
    Tous les jours sauf mardi et les premier et deuxième mercredis
    11h-15h

KITOKITO 器人器人

Un magasin de poteries artisanales qui se niche au fond d’une ruelle du quartier. Il vous propose des poteries chics pour l’usage quotidien à des prix raisonnables. La patronne est sympathique.


  • À 5 minutes à pied de l’arrêt de bus Tegai-cho
  • Heures et jours d’ouverture
    Tous les jours sauf jeudi
    11h-18h

HOTOKI, Kyoto

HOTOKI
HOTOKI

Situé dans le quartier d’Iwakuwa, au nord du centre de Kyoto, HOTOKI est à la fois un atelier de poterie Kiyomizu-yaki, une boutique et un café.

Kiyomizu-yaki est l’une des poteries traditionnelles de Kyoto, Kyo-yaki. La poterie Kiyomizu-yaki est souvent associée à des designs élégants et décoratifs, mais en fait, elle est d’une extrême variété. Elle n’a pas de style ou de technique spécifique. Son histoire remonte au XVIème siècle, lorsque la cérémonie du thé a connu une grande vogue. À Kyoto (ancienne capitale du Japon), où il n’y avait pas assez d’argile à poterie, des matériaux ont été apportés de tout le pays. Des potiers de premier ordre ont également été réunis à Kyoto de tout le pays. Ils ont fabriqué des poteries en utilisant leurs propres techniques à la demande des hommes puissants et des hommes cultivés. Dans ce contexte historique, la poterie Kiyomizu-yaki regorge de techniques provenant de tout le pays.

La vaisselle de Kiyomizu-yaki créée dans l’atelier HOTOKI et son atelier jumelé TOKINOHA Ceramic Studio se caractérise par son design simple, dépouillé mais chic, et convient pour des usages quotidiens.

Atelier
Atelier

HOTOKI vous propose trois expériences de fabrication de poterie Kiyomizu-yaki (le modelage à la main, le tournage et l’expérience à partager en famille) parmi lesquelles vous pouvez choisir. Dans un espace à l’ambiance détendue et calme réservé à un groupe, M. Hisashi Kiyomizu, un potier professionnel, vous fera découvrir les charmes de poterie en vous apprenant les principales étapes de la poterie.

Mes créations
Mes créations

J’ai fait l’expérience de modelage à la main et fabriqué deux pièces, un bol et un petit bol à riz. Pour le bol, la technique du moule en plâtre, kataokoshi est utilisée. Pour le petit bol à riz, la technique tebineri semblable à celle du colombin est utilisée. On crée des boudins d’argile et en superpose pour obtenir la forme. L’atelier se charge également des cuissons et de l’émaillage (l’émail peut être choisi parmi 7 couleurs).

Après l’expérience, c’est la pause-café avec votre tasse de Kiyomizu-yaki préférée dans l’espace café attenant à l’atelier.


  • Le quartier d’Iwakura
    À 7 minutes à pied de la sortie 3 de la station Kokusaikaikan sur la ligne Karasuma
  • Heures et jours d’ouverture
    10h-18h (ouvert vendredi, samedi, dimanche et jours fériés)
  • Infos sur l’expérience de poterie
    La réservation en ligne est nécessaire.

Types d’expérienceModelage à la mainTournage à l’aide du tour de potier électrique
Prix (*1)8 800 yens7 700 yens
Créations2 pièces (bol, assiette, tasse, vase, etc)3 à 4 pièces (bol, tasse, vase, etc) (*2)
Temps requis (*3)70 minutes70 minutes
AchevéDans environ 2 à 3 moisDans environ 2 à 3 mois
Expédition à l’étrangerPossiblePossible

(*1) Les frais d’expérience, les frais de cuisson et les boissons sont inclus, mais les frais d’expédition ne sont pas inclus.

(*2) Vous pouvez sélectionner une pièce à cuire parmi les pièces que vous avez
réalisées. Les frais de cuisson supplémentaires sont de 1 650 yens par pièce.

(*3) L’expérience et la pause-café sont inclues.

Sabres fascinants

Gallery Tozando-Modern Japanese Art Sword Shop 現代美術刀剣店-ギャラリー東山堂, Kyoto

Gallery Tozando
Gallery Tozando

Le premier magasin au Japon où vous pouvez acheter des katana modernes appréciés comme œuvres d’art…

Une trentaine de katana fascinants y sont exposés. Toutes ces œuvres sont réalisées par des forgerons appartenant à All Japan Swordsmith Association.

Créé par le forgeron Ohno Yoshimitsu, cette œuvre d’art n’est pas à vendre. C’est la réplique du sabre Sanchômô 山鳥毛, un des sabres préférés d’Uesugi Kenshin (seigneur féodal du XVIème siècle). Le motif hamon reproduit par M. Ohno est dynamique et magnifique.


  • Dans la rue Marutamachi-dori, près du magasin Tozando connu pour son équipement
    de kendo
    7 minutes à pied au nord-est du sanctuaire shinto Heian-jingu ou à 10 minutes à pied
    de la sortie 4 de la gare Jingu-Marutamachi sur la ligne Keihan

  • Heures et jours d’ouverture
    11h-18h (tous les jours sauf lundi)
Création de kumihimo

Shouen Kumihimo 昇苑くみひも, Kyoto

Le kumihimo, c’est l’art du tressage traditionnel japonais. On crée des cordons en entrelaçant plusieurs faisceaux de fil de soie. Depuis longtemps, ces cordons tressés ont été largement utilisés pour les accessoires des rituels shinto et bouddhiste, pour les casques d’armure de samouraïs et les lanières d’épée, etc. Ils sont également utilisés en tant qu’obijime, cordon décoratif pour fixer l’obi, la ceinture de kimono.

Shouen Kumihimo, atelier traditionnel de kumihimo fondé en 1948, se trouve dans la ville d’Uji, à environ 20 minutes en train de la gare JR de Kyoto. Il vous propose une large gamme de produits kumihimo pour les bijoux et la décoration d’intérieur.

Il y a aussi l’atelier de création de kumihimo à la main pour les débutants. On crée un cordon pour un phone-strap, un bijou de sac ou un bracelet à l’aide de support carré en bois muni de bobines de fil, tama (environ 1h, réservation nécessaire, 2 500 yens). Un peu difficile au début, mais une fois qu’on s’habitue au rythme ça marche.


  • La ville d’Uji, dans la préfecture de Kyoto
    À 8 minutes à pied de la gare JR d’Uji ou à 12 minutes à pied de la gare d’Uji sur la
    ligne Keihan
    , près de la rue commerçante Ujibashi-dori
  • Heure et jours d’ouverture
    10h-17h (tous les jours sauf mardi)
Couleurs et formes variées

JINBO PEARLS 神保真珠商店, Shiga

Les perles du lac Biwa… Ce sont des perles d’eau douce cultivées dans le lac Biwa, le plus grand lac du Japon situé au cœur de la préfecture de Shiga. Il y a une grande variété de formes, de couleurs et de tailles.

Les perles du lac Biwa sont issues des mollusques bivalves Hyriopsis Shlegeli appelées Ikechogai en japonais. Il faut environ trois ans pour que les mollusques grandissent et encore trois ans pour que les perles poussent à l’intérieur des mollusques, dans le lac Biwa.

JINBO PEARLS, qui a été à l’origine un détaillant spécialisé dans les perles du lac Biwa, a ouvert son magasin de perles en 2014. Il propose deux types de perles : les perles nucléées qui contiennent des noyaux de différentes formes et les perles non nucléées qui sont totalement en nacre sans noyaux.

L’histoire des perles de culture du lac Biwa remonte aux années 1930. Il fut un temps où elles étaient très appréciées en Europe et aux États-Unis grâce à leur haute qualité. À leur âge d’or, environ six tonnes de perles ont été produites et exportées à l’étranger. Pourtant dans la seconde moitié des années 1980, en raison de la détérioration de la qualité de l’eau du lac Biwa, les mollusques Ikechogai ont été menacées d’extinction et la production des perles a connu une forte baisse. Mais grâce aux perliculteurs locaux qui s’attaquent à l’amélioration de l’environnement aquatique du lac Biwa, un nouveau chapitre de la perle du lac Biwa commence lentement mais sûrement. JINBO PEARLS continue à nous faire découvrir son charme unique en étroite collaboration avec les perliculteurs.

Il y a aussi les perles vintage. Récoltées il y a plus de 30 ans, elles ont toujours un beau lustre.


  • La ville de Otsu, dans la préfecture de Shiga
    À 7 minutes à pied de la sortie nord de la gare JR de Otsu (10 minutes en train de
    Kyoto) ou à 5 minutes à pied de la gare de Shimanoseki sur la ligne Keihan Ishiyama
    Sakamot
    o

  • Heures et jours d’ouverture
    10h-18h (tous les jours sauf mardi, les 2e et 4e mercredis et jours fériés)
Tenma Kiriko

Atelier de Tenma Kiriko Shouei 天満切子工房 昌榮, Osaka

Le kiriko est l’art de taille du verre iro-kise, le verre clair recouvert d’une couche de verre légèrement coloré. Il consiste à tailler la surface du verre à l’aide d’un disque de coupe en diamant pour créer des motifs et des lignes sur l’œuvre en verre. Le verre est lissé avec une pierre à aiguiser et poli soigneusement jusqu’à obtenir un lustre parfait. L’Edo Kiriko désigné comme artisanat traditionnel japonais et le Satsuma Kiriko sont célèbres, mais connaissez-vous le Tenma Kiriko, un type de kiriko unique créé dans le quartier de Tenma, Osaka ?

Situé à l’est du quartier Nord connu comme quartier à activité intense, Tenma abrite le sanctuaire Osaka Tenman-gu. À côté de sa porte principale, se dresse un monument indiquant que le quartier de Tenma est le berceau de l’artisanat du verre à Osaka. La méthode de fabrication du verre aurait été apportée à Osaka par un marchand de Nagasaki vers le milieu du XVIIème siècle. Surtout dans le quartier de Tenma, l’artisanat du verre s’est développé grâce au transport fluvial jusqu’au début des années 1940.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’industrie du verre a décliné à Osaka et beaucoup de verriers ont quitté leur métier. Dans ce contexte, un artisan verrier a apporté un nouveau effet visuel au kiriko traditionnel il y a environ 20 ans. C’est le Tenma Kiriko. Il se distingue par la beauté du reflet de la lumière créée par les techniques de découpe ronde et simple. L’atelier Shouei, tout en préservant les techniques du créateur du Tenma Kiriko, continue à transmettre son charme artistique et ludique.

En versant une boisson dans le verre Tenma Kiriko, on peut admirer le jeu de lumière. Les découpes simples servent de lentilles qui reflètent le motif gravé dans le fond du verre. C’est comme un kaléidoscope. Le Tenma Kiriko est assez beau comme objet de décoration en verre mais son charme unique est rehaussé lorsqu’il est utilisé.


  • Le quartier de Tenma
    À 6 minutes à pied de la sortie 6 de la station Minamimorimachi ou à 15 minutes à pied au sud-est de la sortie sud de la gare JR d’Osaka


  • Heures et jours d’ouverture
    Tous les jours sauf dimanche
    10h-19h (lundi, mercredi et jeudi)
    10h-18h (mardi et vendredi)


  • Petits infos
    La visite de l’atelier est possible (11h-12h ou 16h-17h).
    L’atelier propose l’expérience de gravure sur verre (environ 2h, réservation nécessaire).
    -La gravure des motifs de fleurs sur verre clair (2 000 yens)
    -La gravure des motifs ronds ou rayures sur verre iro-kise (5 000 yens)

Oharibako おはりばこ, Kyoto

Une belle boutique-atelier des accessoires de tsumami-zaiku (boutique au rez-de-chaussée et atelier au premier étage).

Qu’est-ce que le tsumami-zaiku ? C’est un artisanat traditionnel japonais qui consiste à pincer et plier de petits morceaux carrés de tissus en soie à l’aide de pinces fines pour former les pétales. Ceux-ci sont ensuite assemblés pour former les fleurs. Cette technique est utilisée depuis l’époque d’Edo pour fabriquer les épingles à cheveux pour femmes, kanzashi portés dans les cheveux lorsqu’on porte un kimono. Ces accessoires de tsumami-zaiku agrémentent les coiffures des filles en kimono lors de Shichi-Go-San (festival pour célébrer la bonne croissance des enfants de 7, 5 et 3 ans) ou de Seijin-shiki (cérémonie marquant le passage à l’âge adulte). Ils peuvent également être utilisés comme broches.

C’est ma fille. Elle s’est fait prendre en photo en kimono avant la cérémonie Seijin-shiki.

La boutique vous propose aussi une expérience de tsumami-zaiku pour créer votre propre ornement de cheveux (3 300 yens par personne).


  • Juste en face de la porte de Daitoku-ji, un célèbre temple zen du quartier de Murasakino
    À 2 minutes à pied de l’arrêt de bus Daitokuji-mae
  • Heures et jours d’ouverture
    10h-17h (tous les jours sauf mercredi)

CuteGlass Shop and Gallery, Osaka

CuteGlass Shop and Gallery
CuteGlass Shop and Gallery

Une maison en bois des années 1920 rénovée avec beaucoup de goût en galerie-boutique de récipients en verre, tenue par un fabricant de bouteilles en verre fondé en 1895.

Divers récipients en verre sont exposés dans l’espace menant de l’entrée au fond, qui était autrefois un espace en terre battue, doma.

Si vous cherchez des bouteilles d’herbier ou des flacons pour parfum d’ambiance, cette boutique est recommandée.

Les verres y sont également utilisés pour le déco. Il y a un ancien abri anti-aérien dans une pièce de style japonais.

Le kura, ancien entrepôt, sert aujourd’hui de galerie de bouteilles en verre à valeur historique et culturelle, par exemple, les mini bouteilles de pilules portables, les bouteilles en ouraline qui étaient exportées vers l’Asie du Sud-Est, etc.

Non loin de Nakanoshima, profitez également d’une promenade agréable dans ce quartier parsemé de vestiges de l’ère Grande Osaka (des années 1920 au début des années 1930), lorsque Osaka était la plus grande ville du Japon.


  • Le quartier de Semba
    À 2 minutes à pied de la sortie 6 de la station Kitahama sur la ligne Sakaisuji du métro d’Osaka ou à 5 minutes à pied de la sortie 11 de la station Yodoyabashi sur la ligne Midosuji du métro d’Osaka)
  • Heures et jours d’ouverture
    10h-19h30 (tous les jours sauf week-end et jours fériés)
    10h-18h00 (samedi)