Archives de l’étiquette : événement

Toka-e

Toka-e, le festival des lanternes de Nara

Le festival Toka-e est une scène caractéristique estivale de Nara. Environ 20 000 bougies sont allumées autour du parc de Nara. Les toka sont des restes en forme de fleur qui se forment à l’extrémité d’une bougie après qu’elle ne soit éteinte. On dit que ces restes apportent la bonne fortune. On peut profiter d’une ambiance magique créée par la lueur des bougies.

Autour de l'étang Sarusawa
Autour de l’étang Sarusawa

Si vous séjournez à Nara, je vous recommande le ryokan (auberge traditionnelle japonaise) Edosan. Une rangée de bungalows est située dans le parc de Nara. Depuis sa fondation en 1907, il a été utilisé par de nombreux artistes. C’est parfait pour s’immerger dans un cadre paisible et bucolique en famille.

Char Kitakannon-yama

La parade de chars au festival de Gion

Le Gion Matsuri, un des trois grands festivals du Japon, se tient en juillet à Kyoto. Ce festival rattaché au sanctuaire shinto Yasaka-jinja a vu le jour il y a plus de 1000 ans pour prier pour la fin d’une maladie endémique. Il y a divers événements pendant un mois. Le défilé de trois palanquins divins est le plus important, mais la parade de chars décorés appelés yamahoko qui défilent dans le centre-ville est sans aucun doute le clou du festival pour les spectateurs. Les processions de chars se déroulent deux fois, les 17 et 24 juillet. Cette année, la première parade a été organisée pour la première fois en trois ans après des annulations en raison de la pandémie de Covid-19. La seconde est prévue pour après-demain. Par rapport à la première parade (23 chars) du 17 juillet, la seconde (11 chars) se déroule sur une plus petite échelle. On peut profiter du charme du festival dans une atmosphère un peu plus calme. Je vais partager quelques photos de la seconde parade de chars (festival 2019) avec vous. À partir de cette année, le char Taka-yama reviendra au défilé pour la première fois depuis environ 200 ans.

Il y a deux types de chars : les yama qu’on porte sur les épaules et les hoko équipés de roues qu’on tire avec des cordes. Dans la seconde parade, les chars de type yama défilent sauf celui de queue (Ofune-hoko), mais il y a aussi de grands chars de type yama avec des roues. Le pin sacré est directement attaché au toit.

Char de type yama avec des roues
Char de type yama avec des roues
Char Hashibenkei-yama

Hashibenkei-yama
Le char de tête de la seconde parade. Les figurines sur ce char représentent deux figures connues dans l’histoire du Japon, Benkei, un moine-guerrier bouddhiste et Ushiwaka-maru, un jeune guerrier. Cette scène représente Ushiwaka-maru, avec une épée dans sa main droite, combat Benkei portant une armure avec une grande épée à la main, sur le pont Gojo.

Char Kitakannon-yama

Kitakannon-yama
Le 2ème char de la seconde parade. Il est décoré avec des branches de saule.

Char Jomyo-yama

Jomyo-yama
Cette scène est basée sur le dit des Heike, une chronique japonaise médiévale. Jomyo, un moine-guerrier bouddhiste, a essayé d’atteindre un champ de bataille le premier, mais un autre moine-guerrier l’a devancé en sautant par-dessus sa tête.

Char Koi-yama

Koi-yama
Cette scène représente une légende chinoise selon laquelle une carpe peut se métamorphoser en dragon en remontant la cascade. Les tapisseries belges du XVIème siècle qui décorent ce char sont magnifiques.

Char Suzuka-yama

Suzuka-yama
La figurine sur ce char représente Suzuka-gongen, qui a chassé un démon sur le mont Suzuka qui causait des souffrances aux locaux. Elle a une apparence féminine avec un chapeau doré et une grande épée à la main.

Char Minamikannon-yama

Minamikannon-yama
Le 6ème char de la seconde parade. Il est décoré avec des branches de saule aussi bien que Kitakannon-yama. Il y a aussi des balles médicales en bois aux quatre coins qui sont censées éloigner les maladies.

Char Ennogyoja-yama

Ennogyoja-yama
Trois divinités sont vénérées ensemble sur ce char : Ennogyoja (fondateur du shugendo), Hitokotonushi-no-kami et Katsuragi-no-kami.

Char Kuronushi-yama

Kuronushi-yama
La figurine sur ce char représente un poète du IXème siècle, qui admire la beauté des fleurs de cerisier.

Char Hachiman-yama

Hachiman-yama
La divinité du sanctuaire local, Hachiman-gu est transférée temporairement à ce char pendant le festival de Gion. Les deux pigeons qui se perchent face à face sur le portique torii représentent le bonheur conjugal.

Char Ofune-hoko

Ofune-hoko
C’est le char de queue de la seconde parade.

Voie lactée

Les pâtisseries japonaises pour Tanabata, la fête des étoiles

Le 7 juillet, on célèbre Tanabata, une fête née de la légende chinoise selon laquelle les deux amoureux célestes, la princesse des Tisserande (Véga) et le Bouvier (Altaïr), vivant séparés par la Voie lactée, peuvent se retrouver une fois par an. On trouve partout une décoration sasa-kazari. On écrit des vœux sur des bandes de papier multicolore, les accrochent aux branches de bambou sasa et prie les étoiles pour qu’ils soient exaucés.

Décoration pour la fête des étoiles
Décoration pour la fête des étoiles

À l’approche de la fête des étoiles, on met en devanture des wagashi (pâtisseries traditionnelles japonaises) rappelant le ciel étoilé. Très artistiques, on peut aussi en savourer avec les yeux. Un régal pour les yeux et les papilles.

La couleur bleue nous donne une sensation de fraîcheur. Cette pâtisserie « la Voie lactée » est composée de kohaku-kan (à base de gelée d’agar-agar solidifiée) saupoudrée de feuilles d’argent, de mijin-kan (à base de gelée d’agar-agar solidifiée et de farine de riz gluant) et de yo-kan (une pâte de haricot rouge gélifiée avec de l’agar-agar). C’est comme un ciel parsemé d’étoiles.

Pâtisserie la Voie lactée
Pâtisserie la Voie lactée

Ces bonbons sont composés d’agar-agar et de sucre. On peut admirer une texture amusante. L’extérieur est croustillant comme un sorbet, mais l’intérieur est comme une gelée moelleuse.

Bonbons Kohaku
Bonbons Kohaku
Kitano Tenman-gu

Nagoshi-no-Oharae, le rituel shinto de purification

Un grand anneau en herbe tressée, chinowa au sanctuaire shinto pour Nagoshi-no-Oharae, le rituel shinto de purification qui se déroule le 30 juin. En franchissant le chinowa, on se débarrasse des souillures et prie pour qu’on puisse passer les 6 mois à venir en bonne santé. J’ai visité le sanctuaire shinto Kitano Tenman-gu à Kyoto. À la porte d’entrée, un gros chinowa accueillait de nombreux visiteurs. La saison des pluies qui dure normalement environ un mois s’est déjà terminée (c’est à cause du réchauffement planétaire ?) et une ambiance estivale régnait dans l’enceinte.

Le 30 juin, les Kyotoïtes mangent une pâtisserie japonaise, minazuki. Il s’agit d’une pâtisserie à base de farine de riz gluant et de sucre cuite à la vapeur surmontée de haricots rouges azuki. Le rouge est une couleur qui écarte des mauvais esprits. Autrefois, des courtisans se débarrassaient de la chaleur d’été en mangeant de la glace, qui n’était pas à la portée de gens ordinaires. C’est pourquoi cette pâtisserie évoquant la glace a été créée. Le triangle de base représente un morceau de glace. Le minazuki est une pâtisserie spéciale pour les Kyotoïtes, mais ces derniers temps, cette tradition se répand dans tout le pays.

Minazuki, pâtisserie japonaise
Minazuki, pâtisserie japonaise
Marché aux puces Heian

La flânerie dans le marché aux puces Heian de Kyoto

De nombreux marchés aux puces et antiquaires se tiennent chaque mois à Kyoto. Les plus connus d’entre eux sont le marché Kobo-ichi, qui se tient au temple To-ji le 21 de chaque mois, et le marché Tenjin-ichi, qui se tient au sanctuaire shinto Kitano Tenman-gu le 25 de chaque mois. Ils sont aussi populaires auprès des touristes étrangers.

Le marché aux puces Heian se tient le 10 de chaque mois au parc Okazaki, devant le sanctuaire shinto Heian-jingu. Une centaine de brocanteurs et d’antiquaires y installent leurs étals. Il est ajouté à la liste des marchés aux puces de Kyoto depuis avril 2019 et relativement nouveau, mais on peut y faire des trouvailles insolites dans une ambiance sympathique.

La semaine dernière, j’ai aussi visité une exposition préalable aux ventes aux enchères silencieuses d’antiquités qui se tenait près de ce marché aux puces. Cette exposition est organisée par Kogire-kai, une maison de vente aux enchères de Kyoto spécialisée dans les antiquités japonaises, en particulier l’artisanat traditionnel japonais. Elle permet aux acheteurs d’observer directement les objets figurant sur le catalogue de la maison. Un large éventail d’antiquités… C’est un véritable musée.

Casques de samouraïs
Casques de samouraïs
Kyokusui-no-en

Le hinamatsuri, fête des filles au jardin Isui-en de Nara

Le 3 mars on célèbre le hinamatsuri, fête des filles en espérant qu’elles grandissent en bonne santé. Les poupées traditionnelles richement décorées appelées ohina-sama sont posées sur des estrades spéciales à plusieurs niveaux. L’origine de la fête remonte à l’époque de Heian (794-1185). Les poupées étaient supposées protéger des mauvais esprits. Dans la cour impériale, il était de coutume de faire flotter des poupées de papier sur les rivières pour qu’elles puissent emporter les impuretés. Cette coutume elle-même est venue de la Chine ancienne où on s’est purifié au bord de l’eau pour prier pour la bonne santé. Au Japon, en introduisant cette coutume, les nobles ont également célébré l’événement annuel en organisant un banquet appelé kyokusui-no-en. Assis sur les rives d’un ruisseau serpentant dans le jardin, les nobles finement habillés ont composé des poèmes en buvant le saké dans des coupes flottant sur l’eau.

Au jardin Isui-en de Nara, on peut voir un ensemble de poupées et d’accessoires représentant la scène de ce banquet. Le fondateur du deuxième jardin de Isui-en a offert ces poupées à sa petite fille qui est née en 1905 pour célébrer sa première fête hinamatsuri. Les poupées aux visages enfantins appelées chigobina sont également exposées sur une estrade à cinq niveaux.

Poupées chigobina
Poupées chigobina

À propos du jardin Isui-en : https://japonhautecouture.com/sites/nara/autour-du-parc-de-nara/

Pleine lune d'automne

Otsukimi au temple Toshodai-ji

Otsukimi, la contemplation de la pleine lune est une coutume ancienne au Japon. Surtout, la pleine lune d’automne (la lune des moissons) est magnifique et la fête de la lune est organisée dans tout le pays. Hier soir, l’enceinte du temple Toshodai-ji a été ouverte au public pour l’otsukimi.

Toshodai-ji est situé à l’ouest de la ville de Nara. Il a été fondé au VIIIème siècle par un grand moine chinois invité au Japon pour enseigner le bouddhisme. Abritant de belles architectures anciennes, il est imprégné d’une ambiance majestueuse. Il n’est pas loin du centre-ville, mais on a l’impression de se trouver dans une forêt calme. Le jour de la fête de la lune, on peut visiter ce vieux temple de nuit.

Son pavillon principal, Kon-do renferment trois grandes statues de Bouddha. À la droite du Bouddha Vairocana (Bouddha principal) se tient le Bouddha Yakushi (Bouddha médecin) et à sa gauche, le Bodhisattva de la compassion Kannon aux mille bras. Éclairées, elles étaient d’un air imposant à couper le souffle. Le Kannon aux mille bras est normalement représenté avec vingt paires de bras, mais celui de Toshodai-ji aurait été vraiment représenté avec mille bras. Quelques-uns ont été perdus, toujours est-il que cette sculpture méticuleuse est impressionnante.

Illumination de l'hiver à Nara

L’illumination de l’hiver à Nara

Illumination Rurié
Nara Rurié

Le « Nara Rurié », l’illumination de l’hiver a eu lieu dans une version limitée autour du parc de Nara.

Pavillon du Grand Bouddha
Pavillon du Grand Bouddha

Le pavillon du Grand Bouddha du temple Todai-ji illuminé. J’ai pu voir le visage du Grand Bouddha à travers la lucarne centrale du bâtiment.

Les deux statues en bois des gardiens, nio renfermées à l’intérieur de la grande porte du Sud du Todai-ji.

Franchement, je n’aime pas les illuminations chargées qui ont souvent lieu dans les temples de Kyoto ces jours-ci. Mais ces statues de nio éclairées étaient d’un air imposant à couper le souffle.

Étang Sarusawa et Pagode

L’illumination de l’été à Nara

L’étang Sarusawa situé à l’ouest du parc de Nara. La pagode à cinq étages du temple Kofuku-ji reflétée sur l’eau fait partie de l’un des huit beaux paysages de Nara.

En août, l’étang est illuminé par des lanternes suspendues au bambous nains, sasa. C’est un des programmes qui se tiennent lors de l’événement « Flânerie à Naramachi ». Cette année, l’événement a été réduit au milieu de la COVID-19, mais j’ai pu admirer la vue fantastique de l’étang.

Exposition Shoso-in

Shoso-in

Le dépôt Shoso-in où étaient conservés des trésors impériaux du VIIIème siècle est situé dans l’enceinte du temple Todai-ji de Nara. Le terme shoso fait référence au dépôt pour conserver des matériaux importants. Autrefois, les bureaux gouvernementaux et les principaux temples bouddhistes avaient leur propre shoso, mais au fil du temps, la majorité d’entre eux ont disparu et seul celui de Todai-ji, Shoso-in reste encore aujourd’hui.

On compte plus de 9 000 trésors dans les collections de Shoso-in, parmi lesquels des objets précieux que l’Empereur Shomu (fondateur de Todai-ji ) et l’Impératrice Komyo nous ont légués. Il y a des instruments de musique, des paravents, des textiles, des récipients, du mobilier, des miroirs, des brûle-parfums, etc. Certains d’entre eux ont été introduits au Japon après avoir traversé la route de la soie. Ils témoignent des échanges culturels entre le Japon et les pays d’Eurasie. Mais 90 % des trésors de Shoso-in ont été créés au Japon. Les arts délicats de l’époque sont dignes d’admiration.

Les trésors de Shoso-in sont en bon état depuis plus de 1 200 ans. Pourquoi ? Il est dit que la structure de plancher élevé de Shoso-in empêchait les trésors d’être endommagés par l’humidité et l’insecte. En outre, chaque trésor était conservé dans un coffre en cèdre. Cela a joué un rôle majeur dans la préservation des trésors en réduisant la différence de température et en bloquant la lumière extérieure. Actuellement, les trésors sont conservés dans les deux dépôts en béton armé pour parer à toute éventualité.

Lors de l’expostion Shoso-in, des trésors spécialement sélectionnés sont exposés pendant environ deux semaines de la fin octobre à la mi-novembre au musée national de Nara chaque automne (le temps est sec). Le contenu de trésors exposés est différent chaque année. Cette année, en commémoration de l’intronisation du nouvel Empereur Naruhito, l’expostion Shoso-in se déroule aussi au musée national de Tokyo (jusqu’au 24 novembre).

https://artexhibition.jp/shosoin-tokyo2019/outline-en/