Archives de mot-clé : ruelle

Ukiyo-koji : une ruelle rétro à Osaka

Ruelle Ukiyo-koji

La ruelle Ukiyo-koji avec des lanternes rouges éclairées. Elle fait face à la rue Dotonbori, une rue très animée du quartier Sud d’Osaka, mais il se dégage une ambiance calme en retrait du tumulte du quartier. Ce contraste est à ne pas manquer.

Vous pourrez y retracer un peu l’histoire de Dotonbori. Les vieilles photos et les images en relief vous permettront de faire un saut temporel au début du XXème siècle. Aujourd’hui, Dotonbori où les enseignes géantes des restaurants se font remarquer est considérée comme rue des nourritures. Mais elle abritait autrefois de nombreux théâtres de kabuki ou de marionnettes et était appelée « Broadway du Japon ». Les théâtres ont été construits du côté sud de la rue, et les billetteries et les salons de thé pour les spectateurs ont été construits du côté nord.

Ukiyo-koji vous mène à Hozenji-Yokocho, une ruelle pavée à l’ambiance agréable. C’est un bon endroit pour faire une petite promenade à l’écart de l’effervescence de Dotonbori.

La ruelle Kayu-koji

Voici la ruelle Kayu-koji, la rue commerçante la plus courte (60 m) de Kyoto.

Ruelle Kayu-koji

Son histoire date du début du XXème siècle. À cette époque, il y avait beaucoup de boutiques de kimono que les maikos et les geikos visitaient fréquemment. Aujourd’hui, son ambiance plutôt calme fait contraste avec celle de l’avenue tumultueuse.

Vous y trouverez de bons restaurants et magasins, par exemple, Yo-ji ya (magasin de cosmétiques connu pour le papier buvard).

À l’intérieur de Yo-ji ya

Dans le quartier de Takabatake de Nara

On reconnaît le printemps au magnolia blanc. L’ambiance d’antan est bien conservée dans cette ruelle agréable.

Il y a un petit temple bouddhiste le long du mur de terre. Ce temple Fuku-in était connu comme asile pour les femmes souffrant de la violence de leurs maris. Selon son histoire, il a gardé les geishas du quartier de Naramachi sous sa protection. Ces deux petits sanctuaires sont-ils des vestiges de cette époque ? On peut rompre les mauvais liens au sanctuaire de droite et nouer les liens bénéfiques au sanctuaire de gauche.

La ruelle Koyaku-no-zushi

C’est l’une de mes ruelles préférées à Kyoto. Un silence règne toujours dans cette ruelle bordée de bâtiments traditionnels de bois. Il se peut que vous ne la remarquiez pas, parce qu’elle est un peu en retrait de l’avenue Shijo. C’est comme une cachette dans l’agitation de la ville.

Ruelle Koyaku-no-zushi

Il y a un petit sanctuaire shinto. Un samouraï qui a été tué dans une révolte contre le gouvernement central au Xème siècle y est vénéré comme dieu.

Sanctuaire shinto Kanda-myojin

La résidence de la famille Sugimoto considérée comme l’une des plus grandes maisons de commerçants, machiya avoisine au sud-est de cette ruelle. En général, le machiya se caractérise par sa façade étroite et sa profondeur de l’intérieur. Vous serez étonné de la large façade de cette résidence construite il y a 150 ans.

Résidence de la famille Sugimoto

La ruelle Yanagi-koji

Kyoto compte de nombreuses ruelles charmantes qui méritent un détour. Vous ferez des découvertes intéressantes dans le dédale de ruelles.
La ruelle Yanagi-koji se trouve tout près du quartier animé, Shijo-Kawaramachi. Son nom Yanagi signifie « saule » en français. Les pavés et le saule pleureur y créent une ambiance agréable. Les magasins riches en originalité et les anciens magasins y coexistent bien.

Ruelle Yanagi-koji (photo prise du côté nord)
Ruelle Yanagi-koji (photo prise du côté sud)

À mi-chemin, vous trouverez un petit sanctuaire où sont vénérées huit bibelots représentant des tanuki, animal de la race du chien rarement vu dans des pays autres que le Japon.