Archives de l’étiquette : nara

Toka-e

Toka-e, le festival des lanternes de Nara

Le festival Toka-e est une scène caractéristique estivale de Nara. Environ 20 000 bougies sont allumées autour du parc de Nara. Les toka sont des restes en forme de fleur qui se forment à l’extrémité d’une bougie après qu’elle ne soit éteinte. On dit que ces restes apportent la bonne fortune. On peut profiter d’une ambiance magique créée par la lueur des bougies.

Autour de l'étang Sarusawa
Autour de l’étang Sarusawa

Si vous séjournez à Nara, je vous recommande le ryokan (auberge traditionnelle japonaise) Edosan. Une rangée de bungalows est située dans le parc de Nara. Depuis sa fondation en 1907, il a été utilisé par de nombreux artistes. C’est parfait pour s’immerger dans un cadre paisible et bucolique en famille.

Partons en pèlerinage

Le petit pèlerinage des 15 sanctuaires annexes de Kasuga Taisha

Kasuga Taisha, un sanctuaire représentatif de Nara, est célèbre pour ses nombreuses lanternes en pierre ou en bronze. La visite est centrée autour du sanctuaire principal. Mais sa vaste enceinte est parsemée de plus de 60 sanctuaires annexes. Difficile de tous visiter, je vous présente un petit pèlerinage facile à faire. Ce parcours dure environ une demi-heure de marche (1 500 yens).

À la sortie de Kasuga Taisha, suivez un sentier discret sur la gauche. Bordé de vieilles lanternes en pierre couvertes de mousse, il y règne une ambiance mystique.

Au-delà, il y a 15 petits sanctuaires annexes de Kasuga Taisha, dont chacun est dédié à un dieux shinto. Ces dieux shinto vous protègent des diverses difficultés que vous rencontrez dans vos vies. Par exemple, à Meoto Daikoku-sha, Okuninushi-no-mikoto et Suserihime-no-mikoto sont vénérés ensemble comme un couple divin. Ils promettent le bonheur conjugal et familial. Vous y trouverez des ex-voto en forme de cœur. L’intérieur du bâtiment est aussi décoré avec des ex-voto en forme de shamoji (spatule utilisée pour servir le riz). À chaque sanctuaire, on dépose une plaquette à offrande avant de prier. La visite de ces sanctuaires vous permettra d’obtenir la protection des dieux shinto et de recevoir leurs bienfaits.

À la fin de votre pèlerinage, vous pourrez vous procurer un feuillet imprimé de sceaux et une amulette porte-bonheur.

Sceaux et amulette
Sceaux et amulette
Sakura

Mes sakura spots préférés

-Nara
Les illuminations nocturnes n’ont pas été proposées autour du parc de Nara ce printemps. Mais les fleurs des cerisiers au coucher du soleil sont très jolies. Au mont Yoshino, on peut profiter d’une vue panoramique de 30 000 cerisiers en fleurs.

-Kyoto
Chez les Japonais, la digue Sewari-tei installée au confluent des rivières Uji et Kizu est un des endroits prisés pour contempler les fleurs des cerisiers. Le tunnel de cerisiers en fleurs s’étend sur environ 1,4 kilomètres. Il règne une ambiance féerique même dans les temples zen au moment de la saison des cerisiers. Presque tous les spots touristiques sont bondés de touristes qui veulent prendre de belles photos pour Instagram. Contempler tranquillement la beauté de cerisier bonsaï, ce serait un autre style de hanami pour échapper à la foule.

-Osaka
Voici les cerisiers en fleurs au cœur de la ville d’Osaka, la Cité de l’eau. Pour admirer des rangées de cerisiers au bord de la rivière, il n’y a rien de tel qu’une croisière en bateau. On voit le donjon du château d’Osaka au loin.

-Autour de chez moi
On peut trouver des cerisiers un peu partout au Japon. Le long de la voie ferrée, dans les parcs, dans les écoles… À quelques pas de chez soi, on peut faire le hanami dans une atmosphère paisible et nonchalante. Le cerisier pleureur du temple Jizo-zen-in sur la 3ème photo est âgé de 300 ans. Il est l’oncle du cerisier pleureur de Gion, un arbre emblématique du parc Maruyama à Kyoto. Il dépérit un peu à cause de son grand âge, mais ses belles fleurs nous réconfortent toujours.

Cerisiers en fleurs du mont Yoshino

Les cerisiers du mont Yoshino

Située à 42 kilomètres au sud de Nara, l’ancienne capitale du Japon, la région de Yoshino est considérée comme un lieu sacré du culte de la montagne depuis les temps anciens. Le mont Yoshino, emblématique de cette région, est une zone de crête qui s’étend du nord au sud de la chaîne de montagnes Omine sur environ 8 kilomètres. Avec l’évolution du shugendo, Yoshino est devenue un des premiers sites à être associé avec En-no-Gyoja qui a pratiqué des ascèses dans les monts Omine et qui a fondé le shugendo. Le mont Yoshino est situé à l’extrémité nord de la route pour les pratiques ascétiques Omine-Okugake qui mène à Kumano.

Un regard, mille cerisiers…Le mont Yoshino est également connu pour ses cerisiers. Au printemps, il est couvert de 30 000 cerisiers en fleurs. On peut y voir environ 200 variétés différentes de cerisier. La plus répandue est la variété shiro-yamazakura (cerisier de la montagne). À la différence de la variété somei-yoshino qui est la star des hanami, les jeunes feuilles brun rougeâtre de cette espèce apparaissent en même temps que ses fleurs. Depuis longtemps, les cerisiers sont vénérés comme des arbres sacrés à Yoshino, mais pourquoi ?

Les cerisiers du mont Yoshino ont un lien particulier avec le shugendo. D’après une légende, En-no-Gyoja a eu la vision d’une divinité avec un visage effrayant lors de ses pratiques ascétiques au mont Omine (=mont Sanjogatake). Cette divinité appelée Zao-Gongen serait apparue pour sauver les hommes de la souffrance. En-no-Gyoja a gravé l’image de Zao-Gongen dans le tronc d’un cerisier et a construit des pavillons Zao-do sur les monts Omine et Yoshino pour la vénérer. De nombreux fidèles, à commencer par la famille impériale, puis les aristocrates, etc. sont venus planter des cerisiers au mont Yoshino en témoignage de leur croyance, ce qui a fait de Yoshino un site célèbre pour les cerisiers.

Les cerisiers du mont Yoshino sont groupés en quatre zones par altitude, des plus bas aux plus hauts : Shimo-senbon, Naka-senbon, Kami-senbon et Oku-senbon. De début à mi-avril, ils le colorent de belles nuances.

Belles nuances de cerisier

Les cerisiers de Nakasen-bon, la zone centrale du mont Yoshino.

Vue sur la zone Nakasen-bon

On voit la pagode du temple Nyoirin-ji au loin. Dans son enceinte, il y a un jardin des cerisiers pleureurs.

Mont Yoshino au temps des cerisiers

On voit le pavion Zao-do du temple Kinpusen-ji au loin.

Zones Nakasen-bon et Kamisen-bon

Bon endroit pour admirer les fleurs de cerisiers. Un pique-nique sous les cerisiers est super.

Sanctuaire Yoshino mimakuri-jinja

Ce sanctuaire est l’un des 75 lieux de culte, nabiki pour les pratiquants du shugendo le long de la route Omine-Okugake.

Kyokusui-no-en

Le hinamatsuri, fête des filles au jardin Isui-en de Nara

Le 3 mars on célèbre le hinamatsuri, fête des filles en espérant qu’elles grandissent en bonne santé. Les poupées traditionnelles richement décorées appelées ohina-sama sont posées sur des estrades spéciales à plusieurs niveaux. L’origine de la fête remonte à l’époque de Heian (794-1185). Les poupées étaient supposées protéger des mauvais esprits. Dans la cour impériale, il était de coutume de faire flotter des poupées de papier sur les rivières pour qu’elles puissent emporter les impuretés. Cette coutume elle-même est venue de la Chine ancienne où on s’est purifié au bord de l’eau pour prier pour la bonne santé. Au Japon, en introduisant cette coutume, les nobles ont également célébré l’événement annuel en organisant un banquet appelé kyokusui-no-en. Assis sur les rives d’un ruisseau serpentant dans le jardin, les nobles finement habillés ont composé des poèmes en buvant le saké dans des coupes flottant sur l’eau.

Au jardin Isui-en de Nara, on peut voir un ensemble de poupées et d’accessoires représentant la scène de ce banquet. Le fondateur du deuxième jardin de Isui-en a offert ces poupées à sa petite fille qui est née en 1905 pour célébrer sa première fête hinamatsuri. Les poupées aux visages enfantins appelées chigobina sont également exposées sur une estrade à cinq niveaux.

Poupées chigobina
Poupées chigobina

À propos du jardin Isui-en : https://japonhautecouture.com/sites/nara/autour-du-parc-de-nara/

Narasumi

Découvrir le Japon à travers les ateliers d’artisans-Narasumi, le bâton d’encre fabriqué dans la ville de Nara

Le bâton d’encre appelé sumi en japonais est un des instruments utilisés pour la calligraphie japonaise. L’encre est obtenue en frottant le bâton d’encre sur le bloc de pierre en forme de palette avec de l’eau. Le sumi a son origine dans la Chine d’il y a plus de 2 000 ans. En 610, il aurait été introduit au Japon, dans la région Asuka où se trouvait l’ancienne capitale japonaise. Autrement dit, le sumi japonais a plus de 1 400 ans d’histoire. Au VIIIème siècle où la nouvelle capitale japonaise a été établie à Nara, la copie à la main des sutras bouddhistes s’est pratiquée sous l’influence de la culture bouddhique et l’industrie de fabrication des bâtons d’encre a prospéré. Nara est ainsi considéré comme berceau du bâton d’encre. De nos jours, environ 95 % des bâtons d’encre traditionnels sont fabriqués à Nara.

Suie de pin (droite) et Suie de l'huile végétale (gauche)
Suie de pin (droite) et Suie d’huile végétale (gauche)

Le sumi traditionnel qui se présente sous forme solide est confectionné à partir de suie du bois de pin ou d’huile végétale (principalement issue de colza ou de sésame) et de colle d’origine animale appelée nikawa. Pour atténuer l’odeur de colle, on ajoute aussi le parfum (ex. l’essence de camphre). La fabrication de sumi brut commence par le prélèvement de la suie. Quand l’huile végétale s’emploie, on allume une mèche en jonc placée dans une coupelle d’huile de la poterie et couvre la poterie pour prélever la suie. On fait la pâte de sumi en ajoutant la colle gélifiante et le parfum à la suie obtenue. Elle est pétrie, roulée et ensuite placé dans un moule en bois sculpté de motifs et de caractères chinois. Le bâton d’encre façonné est séché pendant un à deux ans et poli à la finition.

J’ai visité l’atelier Kinko-en situé à trois minutes à pied de la gare JR de Nara. L’artisan m’a expliqué comment fabriquer le sumi. Voici une démonstration de fabrication de bâton d’encre réalisé avec de la suie d’huile de colza.

Plus d’infos : https://kinkoen.jp/en/experience/

Au fil du temps, la demande de bâtons d’encre a fortement chuté en raison du développement d’une grande variété de papeterie. Aujourd’hui, il n’y a que neuf fabricants de bâtons d’encre dans tout le pays, dont huit à Nara. Dans le cours de calligraphie à l’école primaire, l’encre liquide de carbone est utilisée plutôt que l’encre solide. La situation actuelle est assez difficile pour les fabricants de bâtons d’encre. Mais l’encre traditionnelle sumi n’est pas un simple outil de calligraphie ou de peinture. En calligraphie, on peut se calmer et se concentrer en frottant le bâton d’encre sur la pierre. Le sumi est également apprécié comme un des objets d’art représentant la culture japonaise depuis les temps anciens en raison de sa décoration méticuleuse et de son parfum unique. Je voudrais vous faire découvrir les différents charmes de cet artisanat traditionnel japonais.

Jardin Yoshiki-en

Les couleurs de l’automne au jardin Yoshiki-en à Nara

Yoshiki-en, un jardin de promenade niché au cœur de la ville de Nara. Il est à côté du jardin Isui-en. Un temple annexe du temple Kofuku-ji se trouvait à l’origine sur ce site. Le jardin et les bâtiments actuels remontent au début du XXème siècle. On y découvre trois ambiances différentes : le jardin autour d’une pièce d’eau, celui de mousse et celui des fleurs pour la cérémonie du thé.

Dans le jardin aménagé autour d’une pièce d’eau, le relief de terrain datant de l’époque d’Edo est mis en valeur. Assis sur la véranda, on ne se lassera pas de contempler ce jardin.

Le jardin de mousse s’étale devant un pavillon de thé au toit de chaume. En automne, le contraste des couleurs rouges des érables avec les couleurs vertes des mousses est impressionnante.

L’année prochaine, son quartier environnant sera aménagé pour construire un hôtel de luxe. Les nouveaux établissements hôteliers poussent comme des champignons à Nara. Ce coin de tranquillité sera-t-il bien préservé ?

Quartier d'Imai

Le quartier d’Imai, un voyage dans le temps à l’époque d’Edo

Le quartier d’Imai, ancienne ville commerçante et autonome est situé dans la ville de Kashihara, la deuxième plus grande ville de la préfecture de Nara. Formé pendant l’époque de guerres intestines du XVIème siècle autour du temple bouddhiste Shonen-ji, il a aussi été une ville de forteresse entourée par les douves. Les rues n’y sont pas tout à fait droites. Cela a aidé les habitants à échapper aux attaques des envahisseurs. Pendant l’époque d’Edo, il a prospéré en tant que ville commerçante située entre Nara et Osaka. L’alignement des maisons traditionnelles de l’époque d’Edo est bien conservé dans ce quartier calme qui s’étend sur 600 mètres d’est en ouest et 310 mètres du nord au sud. On ne trouve qu’à ce quartier d’Imai la rangée de maisons telle qu’elle a été à l’époque d’Edo. Vous aurez l’impression de faire un saut dans le passé. Ralentissez vos allures pour goûter à la rangée de maisons historiques qui témoignent du style de vie d’autrefois. Dans certaines rues, les poteaux électriques sont enterrés sous terre afin que le paysage traditionnel ne soit pas détruit (Ceci est rare au Japon, même à Kyoto et Nara qui sont connues comme villes anciennes).

Le système de classe sociale hiérarchisée était rigoureux à l’époque. Les commerçants, même assez riches pour prêter de l’argent aux samouraïs, étaient placés au bas des rangs de ce système. Les maisons traditionnelles des commerçants se caractérisaient par un plafond bas au premier étage afin d’éviter de regarder de haut les samouraïs marchant dans la rue lors de la procession des seigneurs appelés daimyo. Au fil du temps, les commerçants ont été autorisés à construire des maisons avec un haut plafond au premier étage.

À première vue, toutes les maisons se ressemblent. Mais en les regardant de près, vous constaterez une variété dans le dessin du mur extérieur du premier étage, la façade et la toiture. Huit maisons sont désignées comme bien culturel classé d’État, dont certaines sont ouvertes au public.

Voici la demeure de la famille Imanishi datant de 1650. Cette famille qui est de sang d’une famille de samouräi servait de chef d’administration du quartier d’Imai. Certes, son entrée du nord a une apparence de maison traditionnelle de commerçant, mais l’apparence de son côté ouest muni de tuiles majestueuses a l’air d’un château. À l’intérieur, il a un sol spacieux de terre battue appelé doma qui servait de tribunal. On y procédait aux interrogatoires des prévenus. En haut, il y a des pièces qui servaient de prison où les prévenus auraient été fumés d’en bas et forcés à avouer.

Voici l’ancienne maison de la famille Kometani qui faisait commerce de quincaillerie. Datant du milieu du XVIIIème siècle, elle est de style maison de ferme. Par rapport aux autres maisons, son apparence extérieure est simple. À l’intérieur, il y a un vaste espace de doma. Des portes coulissantes en bois sont utilisées comme cloison des pièces au lieu de fusuma, châssis coulissants en bois tendus de papier.

Voici la maison de la famille Takagi qui a été à l’origine un fabricant du saké. Datant de la fin de l’époque d’Edo (XIXème siècle), elle est munie d’un salon appelé zashiki au rez-de-chaussée. C’est la première famille de marchands dans le quartier d’Imai à être autorisée à disposer ce type de pièce dans la maison.

  • Le quartier d’Imai est facile d’accès depuis Kyoto (70 minutes, 900 yens) et Nara (35 minutes, 45 yens). Prenez le train express sur la ligne Kintetsu jusqu’à la gare Yagi-nishiguchi. Imai se situe à 5 minutes à pied de cette gare.
  • Il est possible que la visite soit refusée par le propriétaire de la maison selon les circonstances, parce que ces maisons sont privées (sauf l’ancienne maison de la famille Kometani). En cas de la visite de la demeure de la famille Imanishi, il est conseillé de réserver en ligne à l’avance.
  • La visite de certaines maisons sont payantes (ex. le prix de la visite de la demeure de la famille Imanishi est de 500 yens).
Pleine lune d'automne

Otsukimi au temple Toshodai-ji

Otsukimi, la contemplation de la pleine lune est une coutume ancienne au Japon. Surtout, la pleine lune d’automne (la lune des moissons) est magnifique et la fête de la lune est organisée dans tout le pays. Hier soir, l’enceinte du temple Toshodai-ji a été ouverte au public pour l’otsukimi.

Toshodai-ji est situé à l’ouest de la ville de Nara. Il a été fondé au VIIIème siècle par un grand moine chinois invité au Japon pour enseigner le bouddhisme. Abritant de belles architectures anciennes, il est imprégné d’une ambiance majestueuse. Il n’est pas loin du centre-ville, mais on a l’impression de se trouver dans une forêt calme. Le jour de la fête de la lune, on peut visiter ce vieux temple de nuit.

Son pavillon principal, Kon-do renferment trois grandes statues de Bouddha. À la droite du Bouddha Vairocana (Bouddha principal) se tient le Bouddha Yakushi (Bouddha médecin) et à sa gauche, le Bodhisattva de la compassion Kannon aux mille bras. Éclairées, elles étaient d’un air imposant à couper le souffle. Le Kannon aux mille bras est normalement représenté avec vingt paires de bras, mais celui de Toshodai-ji aurait été vraiment représenté avec mille bras. Quelques-uns ont été perdus, toujours est-il que cette sculpture méticuleuse est impressionnante.

Pagode à trois étages

Mes endroits préférés à Kizugawa

La ville de Kizugawa où j’habite est située à l’extrémité sud de la préfecture de Kyoto. C’est aussi une ville limitrophe de Nara. Il est possible de combiner dans la même journée un arrêt à Kizugawa et la visite du bourg Wazuka situé au sud de Kyoto et connu comme utopie du thé japonais ou la visite de Nara. Elle bénéficie d’une nature riche et abrite de nombreux sites historiques. Joruri-ji et Gansen-ji sont de vieux temples recommandés à visiter. Ils se cachent dans un petit village tranquille. Profitez d’un moment de calme de ces havres de paix.

Temple Joruri-ji
Temple Joruri-ji

Au centre de l’enceinte du temple Joruri-ji, il y a un étang autour duquel est aménagé un jardin représentant la Terre pure occidentale, saiho-jodo régnée par le bouddha Amida. Une île s’étire sur l’étang représentant l’océan. Sur le côté ouest de l’étang, se trouve le pavillon principal abritant neuf statues de bouddha Amida. Au XIème siècle où a été fondé le temple Joruri-ji, s’est répandue une nouvelle forme de foi qui permet aux gens d’échapper à l’agitation sociale. Ils ont souhaité le bonheur dans l’au-delà en adressant des invocations à bouddha Amida qui s’engage à accueillir tous les mourants souhaitant entrer en sa Terre pure. À l’époque, de nombreux temples abritant neuf statues de bouddha Amida, chacune représentant l’un des neuf stades du nirvana, ont été établis à Kyoto et ses environs, cependant seul Joruri-ji existe encore.

Pagode à trois étages
Pagode à trois étages

Sur le côté est de l’étang, se trouve la pagode à trois étages où est vénérée la statue de bouddha Yakushi, le bouddha qui guérit les maladies. C’est ce bouddha qui règne la Terre pure orientale lapis-lazulite dans le bouddhisme et enlève des souffrances des humains dans ce monde. Sur le côté est de l’étang, on souhaite que le bouddha Yakushi sauve les hommes souffrants dans ce monde et ensuite, le visage tourné à l’ouest vers le pavillon principal, on souhaite que le bouddha Amida les mène dans sa Terre pure occidentale.

Le jardin représente, en tous temps et en tous lieux, l’utopie religieuse. Dans la culture bouddhique du XIème siècle, le jardin de style de la Terre pure a été apprécié. L’étang représentant l’océan sépare ce monde et l’au-delà. Le jardin de Joruri-ji est un exemple du jardin japonais classique, comme celui du temple Byodo-in à Uji. Petite anecdote, le jardin japonais a été à l’origine influencé plus ou moins par la Chine et la péninsule coréenne, mais le style qui consiste à recouvrir le bord de l’eau avec des galets est unique au Japon. Le « rivage » réalisé avec ce style appelé suhama décrit une belle courbe.

Le temple Gansen-ji est connu comme l’un des temples de fleurs de la région du Kansai. En juin, qui est la saison des pluies au Japon, de belles fleurs d’hortensia embellissent son enceinte. C’est très joli. Il abrite de nombreux biens culturels, dont une statue du bouddha Amida du Xème siècle. Ce qui y est le plus impressionnant, c’est la pagode à trois étages qui se dresse dans un cadre luxuriant. Elle dégage une ambiance douce.

Où sont les démons ?
Où sont les démons ?

À la pagode, regardez les chevrons aux quatre coins. Pourrez-vous remarquer les sculptures en bois de démons qui soutiennent les chevrons ? Leur expression est très humoristique.

Pour se rendre à Joruri-ji et Gansen-ji, prenez le bus local depuis la gare JR de Kamo.
Une petite randonnée entre ces deux temples sera intéressante à faire. Vous pourrez voir des sekibutsu, des statues bouddhiques gravées dans la roche éparpillées le long du sentier. Je vous recommande de commencer par la visite de Gansen-ji (40 minutes de marche en descente douce).