Archives de l’étiquette : événement

La fête des filles, hinamatsuri

Le 3 mars, on célèbre le hinamatsuri, fête des filles en espérant qu’elles grandissent en bonne santé. Dans la famille des filles, on décore les poupées traditionnelles appelées ohinasama.

Poupées ohinasama

Au temple Sanjusangen-do à Kyoto dont le nom contient le chiffre 33, une cérémonie bouddhiste se déroule le 3 mars chaque année en raison de la répétition du chiffre 3. L’amulette réservée aux femmes y est vendue ce jour-là.

Amulette réservée aux femmes

Les pruniers en fleurs flattent les yeux. Le cerisier kawazu qui est une sorte de cerisier précoce commence à fleurir.

La Saint-Valentin

Chocolats

Au Japon, la Saint-Valentin est le jour où les femmes déclarent leurs sentiments à ceux qu’elles aiment en leur offrant des chocolats. Aujourd’hui, la Saint-Valentin n’est plus réservée qu’aux amoureux. Les chocolats pour cette « fête commerciale » se diversifient. Il y a par exemple les « giri choko » ou « chocolats de courtoisie » destinés aux patrons et aux collègues, les « tomo choko » ou « chocolats d’amitié » que les filles comme les collégiennes ou les lycéennes s’offrent entre elles, etc. Les femmes ont de plus en plus tendance à s’acheter les chocolats de luxe pour les déguster elles-mêmes. Ce sont les « jibun choko » ou « chocolats personnels ». De toute façon, la Saint-Valentin est le moment le plus profitable de l’année pour les chocolatiers. Ma fille a fait de petits fours à la patate douce pour la Saint-Valentin. Au lycée de filles où elle va, la tradition de « tomo choco » est bien-sûr présente. Ce que les filles apportent, ce n’est pas limité au chocolat. Les gâteaux faits maison sont aussi populaires.

Le jour de Setsubun

La scène caractéristique de Setsubun

Au Japon, le 3 février est le jour de Setsubun. Le setsubun désigne la veille de l’arrivée d’une nouvelle saison selon l’ancien calendrier lunaire. Il existait autrefois quatre setsubun. Aujourd’hui, seul le setsubun à la veille du printemps subsiste. Il y a une cérémonie traditionnelle pour chasser les mauvais esprits et attirer le bonheur. On lance les graines de soja grillées en criant alternativement « Oni wa soto ! Fuku wa uchi ! ». Cela signifie « Sortez le démon ! Bienvenu le bonheur ! ». Le soir de Setsubun, on mange un sushi enroulé, ehomaki dans la direction faste de l’année. Cette nouvelle tradition lancée par des commerçants s’est répandue dans tout le pays. Aujourd’hui, « Manger le ehomaki » est une scène caractéristique du jour de Setsubun. Mais cet événement plutôt commercial pose un problème de gaspillage alimentaire. Le sushi ne se conserve pas. À la suite de la surproduction, quantité de sushi invendus sont jetés.