La zone centrale

Le château de Nijo

Château de Nijo

À première vue, il est possible que vous ayez l’impression que le château de Nijo est plutôt une grande résidence qu’un château. Vous avez raison. Il n’y a ni murailles ni douves profondes comme défenses. Le château de Nijo a été construit en 1603 par Tokugawa Ieyasu, fondateur du shogunat de Tokugawa établi à Tokyo. Avant la construction de ce château, il y a eu des batailles pour l’hégémonie du Japon et la famille Tokugawa a finalement pris le pouvoir. Ce n’a donc pas été à des fins militaires que ce château a été construit. Il a servi plutôt de résidence temporaire de shoguns (le chef du shogunat) lors de leur visite à Kyoto et également de garnison du palais impérial.

Porte

Dans l’enceinte du château, la porte imposante appelée karamon attirera d’abord votre attention. Elle se caractérise par ses sculptures et ses magnifiques ferrures métalliques. Regardez-la attentivement. Vous pourrez y trouver des motifs d’animaux tels que la grue, la tortue, le dragon, le tigre, etc. Ils ne sont pas de simples décorations. Alors, que représentent ces animaux ?

Palais Ninomaru

On entre dans le palais Ninomaru par la porte karamon. Ce palais composé de six bâtiments a la forme des oies sauvages volantes et on pouvait y apprécier le jardin depuis ses intérieurs. Une trentaine de pièces s’y succèdent. Les peintures voyantes réalisées sur ses portes coulissantes et les décorations d’or vous frapperont. Mais votre première impression, ce sera peut-être le craquement bizarre du plancher émis quand vous marchez dans les couloirs du palais. Je vous parlerai de ce plancher, dit plancher rossignol. C’est un système de garde pratique.

Jardin

Après la visite du palais Ninomaru, vous irez ensuite à son jardin. L’îlot du bonheur éternel flanqué par deux îlots se trouve au milieu de l’étang. C’est ce jardin qu’on a apprécié depuis l’intérieur du palais dans le temps. Beaucoup de roches se dressent dans ce jardin, toutefois, vous pourrez y éprouver une impression d’étendue. Dans l’enceinte du château de Nijo, il y a aussi deux autres jardins construits à différentes époques. Il sera intéressant de trouver les différences.

Le prix du billet d’entrée du château de Nijo est de 600 yens. En cas de visite du palais Ninomaru, il faut payer un supplément de 400 yens.

À l’entrée du palais Ninomaru, on se déchausse. Il n’est ni permis de prendre des photos, ni de filmer des vidéos dans ce palais. Avancez suivant l’itinéraire indiqué.

L’avenue Shijo

Avenue Shijo

L’avenue Shijo traverse le centre-ville de Kyoto d’est en ouest. Le sanctuaire shinto, Yasaka-jinja avec un grand portique orange se trouve à son extrémité est. Le centre de ce quartier est l’intersection avec la rue Kawaramachi. Si vous voulez faire du shopping, vous y serez content malgré la foule. L’avenue Shijo signifie littéralement « la 4ème rue ». Savez-vous que l’agglomération de la ville de Kyoto est tracée en damier ? Les rues qui traversent la ville d’est en ouest sont numérotées de 1 à 10. Aujourd’hui, il y a aussi des rues entre ces rues numérotées. Je vous montrerai une chanson pour retenir les noms de chaque rue.

Le marché Nishiki

Marché Nishiki

Le marché Nishiki se situe dans la première rue au nord de l’avenue Shijo. Il s’est développé à l’origine comme marché aux poissons. Environ 130 magasins qui vendent des denrées variées comme du poisson, des légumes, des sushi, du thé japonais et bien d’autres choses comme des couteaux japonais, s’alignent sous l’arcade. Vous découvrirez la riche culture culinaire de Kyoto en parcourant ce marché.

Aujourd’hui, ce marché est très connu parmi les touristes. Il est parfois difficile d’y fendre la foule. Si vous voulez goûter son ambiance et bavarder avec les vendeurs, , il vaut mieux y aller dans la matinée.

Rue Pontocho et ses environs

Rue Pontocho

Petite rue étroite, il se peut que vous ne la remarquiez pas. La rue Pontocho se situe à côté de la rivière Kamo. Les lampions où sont dessinés des oiseaux, plus précisément des pluviers vous serviront de point de repère. Pontocho est l’un des quartiers de geishas de Kyoto. Il est dit que son nom Ponto provient du mot portugais ponto qui signifie « point ». Si vous cherchez un restaurant, Pontocho vous proposera beaucoup de choix. Il sera aussi intéressant de chercher un restaurant spécial pour vous dans les ruelles et les impasses perpendiculaires à cette rue.

Rivière Kamo

Qu’y a-t-il sur cette photo ? C’est noryoyuka, terrasse élevée sur le lit de la rivière Kamo. Vous pourrez y goûter des plats en entendant le bruissement de la rivière et en y prenant l’air. Sur la rivière, vous pourrez remarquer un fait : les couples s’y assoient en laissant un espace régulier avec leurs voisins. Je trouve que cette scène est représentative du caractère ordonné des Japonais, qui aiment l’alignement et l’harmonie.

Noryoyuka, terrasse élevée sur le lit de la rivière Kamo est ouvert de nuit du premier mai au 30 septembre. C’est seulement en mai et en septembre que Noryoyuka est ouvert de jour. Dans tous les cas, les jours et les heures d’ouverture dépendent de chaque restaurant donc vérifiez avant votre visite si vous avez l’intention de manger dehors.

Rue Teramachi

La rue Teramachi est une rue historique qui traverse le centre-ville du nord au sud. Le nom de cette rue, Teramachi signifie littéralement « quartier des temples ». Au XVIème siècle, de nombreux temples ont été déplacés en raison de la politique de réaménagement de la ville pratiquée par le gouverneur d’alors. Parmi les quartiers au bord de cette rue, le quartier couvert qui s’étend de l’avenue Shijo à la rue Sanjo (ces deux rues traversent le centre-ville d’est en ouest) attirent les touristes avec des magasins variés traditionnels et modernes. Mais je voudrais plutôt vous montrer le quartier qui s’étend de la mairie au parc du palais impérial. Il y a quelque chose de calme dans l’agitation de la ville. Vous pourrez y remarquer les enseignes et les noren, rideaux courts déchirés en long où sont écrits les noms de vieux magasins de thé japonais, de papier, des objets d’art, etc. Il est possible que vous fassiez une trouvaille chez les antiquaires. En tout cas, je vous conseille vivement d’y faire un tour.

Mumei-sha

Mumei-sha

Si vous vous intéressez à la maison traditionnelle japonaise appelée machiya, que diriez-vous de visiter cette maison « Mumei-sha » construite en 1909 ? Elle se trouve dans la rue shinmachi connue depuis longtemps pour de nombreuses maisons de grossistes et de marchands de kimono, vêtement traditionnel japonais. Elle appartient à la famille Yoshida, famille de grossiste en tissu blanc.

Jardin ombragé

Cette cour avec une lanterne en pierre et de petits palmiers est entourée de trois pièces. Elle est légèrement sombre et appelée « jardin ombragé ».

Jardin ensoleillé

Au fond, il y a une pièce dans laquelle on introduit des invités. Elle donne sur le « jardin ensoleillé ».

Dans les maisons traditionnelles japonaises, on change les cloisons mobiles lors du changement de saison deux fois par an en été et en hiver. Pour l’été, cela se fait vers juin avant la saison des pluies. Il y a une astuce pour que la chaleur de l’été de Kyoto soit un peu plus supportable. Pourrez-vous trouver cette astuce transmise de génération en géneration ?

  • Le prix du billet d’entrée de Mumei-sha est de 1 000 yens.
  • Pour la visiter, il faut réserver à l’avance, au moins 5 jours avant la date souhaitée.
  • Elle est fermée le dimanche.

Le parc Kyoto-gyoen

Parc Kyoto-gyoen

Le parc Kyoto-gyoen est une oasis pour les habitants de Kyoto. Il se situe au centre-ville, à 20 minutes à pied depuis le château de Nijo. Il mesure 700 mètres d’est en ouest et
1 300 mètres du nord au sud. Vous vous étonnerez qu’il y ait un si vaste terrain en centre-ville. Pendant l’époque Edo, les résidences de nobles s’y alignaient. Il reste encore de nombreux bâtiments et vestiges historiques tels que le palais impérial de Kyoto, les jardins de résidences de nobles, les portes extérieures, etc. Le parc renferme aussi des trésors naturels, tels qu’environ 50 000 arbres, des oiseaux sauvages, des insectes ou des champignons. Que diriez-vous d’y faire une promenade en goûtant les beautés de chaque saison?

Le palais impérial de Kyoto a servi de gouvernement et de résidence quotidienne des empereurs pendant plus de 500 ans. C’est ici que les réunions historiques se sont tenues à la fin de l’époque Edo et que les empereurs successifs furent intronisés. En visitant ses bâtiment dans l’ordre, on peut voir les changements de style et d’architecture. Et ne manquez pas d’y admirer les jardins japonais.

Pins bien entretenus

La beauté des pins bien entretenus se remarque aussi au palais impérial de Kyoto. Les pins sont taillés modérément pour bien s’intégrer au paysage. Les divers travaux de printemps et d’automne sont indispensables pour maintenir ces formes équilibrées. J’ai l’impression que tailler les pins est un art, qui demande une grande maîtrise aux jardiniers.

L’entrée du palais impérial de Kyoto est gratuite.

Les visites du palais impérial de Kyoto sont ouvertes au public sans réservation. On le visite en s’accrochant une étiquette au cou après la vérification des bagages à l’entrée.

Il ferme le lundi.

L’entrée dans chaque bâtiment n’est pas autorisée.

Les chaussures pratiques pour marcher sont recommandées, parce que la voie d’accès est cailloutée.

Allons ensuite à l’est du palais impérial de Kyoto. Dans un coin entouré de murs faits de boue et de terre, tsuijibei, se trouve la maison des hôtes d’État de Kyoto. Elle sert d’accueil pour les invités étrangers, de même qu’Akasaka à Tokyo. À première vue, elle est de style japonais-moderne et plutôt simple. Vaut-elle vraiment la peine d’être visitée ? Bien-sûr ! Vous vous rendrez compte qu’elle a bénéficié de techniques traditionnelles et de l’ingéniosité d’artisans de première classe, à commencer par les trésors nationaux vivants dans des domaines tels que la charpenterie, la maçonnerie, le jardinage, la menuiserie, les ouvrages en bambou, etc. Profitez de la visite pour apprécier leur chefs-d’œuvre de près et approfondir votre connaissance de la culture japonaise.

La pièce de glycine pour le banquet de style occidental. Remaquez la tapisserie faite de 39 sortes de plantes ou encore le grand travail de menuiserie que représente l’éclairage au plafond.

La pièce de paulownia pour le banquet de style japonais. La table basse de 12 mètres est faite de laque et est luisante comme un miroir. Pourrez-vous trouver tous les blasons de paulownia qui parsèment cette pièce ?

Dans le jardin, le vaste étang s’harmonise bien avec les bâtiments environnants. Les carpes d’ornement appelées nishikigoi qui nagent dans l’étang sont très belles, comme la peinture japonaise.

Les visites de la maison des hôtes d’État de Kyoto sont ouvertes au public, sauf lors de visites de dignitaires étrangers. Les enfants en dessous de l’âge d’école primaire ne peuvent pas entrer.

Elle ferme le mercredi.

Les visites guidées ou les visites libres sont possibles, mais il faut vérifier le calendrier sur le site internet de la maison des hôtes d’État de Kyoto. Pour visiter, on peut réserver à l’avance sur le site, ou le jour même sur place à la porte d’entrée Ouest. En cas de réservation sur place pour la visite guidée, les billets d’attente dans lesquels l’heure de visite est écrite sont distribués à partir de 9 h 45 par ordre d’arrivée. Référez-vous aussi aux informations suivantes.

Style de visite Visite guidée Visite libre sans guide
Temps requis Environ 60 minutes De 30 à 60 minutes
Tarif 2 000 yens (adulte)
1 500 yens (étudiant)
1 500 yens (adulte)
1 000 yens (étudiant)