La zone Nord

La zone nord se divise encore en quartiers : Murasakino/Takagamine, Ichijoji, Kamigamo/Shimogamo, Ohara et Kurama/Kibune.

Murasakino/Takagamine

Murasakino a été à l’origine la chasse de la cour impériale. Le temple Daitoku-ji, grand temple zen, est un édifice représentatif de ce quartier d’aujourd’hui. Takagamine, entouré par les montagnes, bénéficie d’une belle nature malgré qu’il ne soit pas loin de l’intérieur de la ville. Hon’ami Koetsu, grand artiste japonais du début de l’époque Edo, y a lancé une communauté artistique. Les sites célèbres pour les feuilles rouges d’automne s’y éparpillent.

Le temple Daitoku-ji

Porte

L’enceinte immense de ce temple zen s’étale au nord de la rue Kitaoji. Il y règne un silence reposant, contrastant avec l’atmosphère du pavillon d’or qui, non loin de là, regorge toujours de monde. Je vous conseille donc ce temple si vous voulez vous détendre un peu dans une ambiance calme et sereine. Daitoku-ji abrite plus de vingt petits temples annexes appelés tacchu dans son enceinte, et seulement quatre d’entre eux sont toujours ouverts au public (Ryogen-in, Zuiho-in, Daisen-in et Koto-in). Les jardins pleins de saveurs que chaque tacchu possède sont à ne pas manquer.

Ryogen-in est surnommé le temple des mousses de la zone Nord de Kyoto. Le hojo, logement des moines d’autrefois, est entouré de cinq merveilleux jardins. Le jardin nord, le plus ancien d’entre eux, est constitué de mousses et de composition de pierres. Le jardin est est le plus petit jardin de pierre du Japon. Comment trouvez-vous ce très simple jardin ?

  • Le prix du billet d’entrée du temple Ryogen-in est de 350 yens.

Zuiho-in possède trois jardins zen. Son jardin sud composé de mousses, de pierres et de graviers blancs vous fera ressentir le grandiose de la nature. Remarquez aussi son jardin nord. Il est surnommé le jardin de la croix, mais pourquoi ?

  • Le prix du billet d’entrée du temple Zuiho-in est de 400 yens.
Entrée

Le jardin zen de Daisen-in est souvent comparé avec le jardin de pierres du temple Ryoan-ji. Avec ses pierres variées et ses graviers blancs organisés dans un espace étroit, il représente les mouvements de l’eau qui coule depuis la gorge vers la mer. À la différence de la plupart des jardins zen, il se présente sous un aspect plutôt concrèt. Cela n’empêche pas qu’il soit un jardin zen. Il est en même temps la métaphore de la vie humaine.

  • Le prix du billet d’entrée du temple Daisen-in est de 400 yens.
  • Il est interdit de prendre des photos du jardin. Il est demandé à l’entrée de mettre son appareil et son smartphone dans son sac ou de les déposer à la réception. C’est pourquoi l’aprréciation de ce temple semble partagée. C’est un jardin intéressant à voir, cependant si vous faites de la photo, faites attention.
Voie d’accès au temple

Koto-in est le site serein où je peux me détendre complètement chaque fois que je le visite. Son jardin surnommé le jardin des érables est magnifique, notamment en automne. Sa nouvelle verdure est aussi à ne pas manquer. Il sera agréable d’y flâner, et vous ne vous lasserez pas de contempler ce jardin en y goûtant le thé vert en poudre. Mais ce que je vous conseille de voir absolument, c’est la voie d’accès au temple. Entourée par des érables et des bambous, elle s’étale tout droit jusqu’à la porte. Vous y ressentirez une ambiance paisible, éloignée du tumulte de la ville.

  • Le prix du billet d’entrée du temple Koto-in est de 500 yens. 

Le temple Genko-an

Deux fenêtres
Genkoan

Ce temple zen situé dans le quartier Takagamine est connu pour les feuilles rouges de ses érables. Mais, ce qui nous intéresse ne se limite pas aux feuilles d’automne. Il offre l’occasion de refléchir sur soi-même quand on ne peut pas rester soi-même ou quand on se trouve à un tournant décisif de sa vie. Remarquez les deux grandes fenêtres dans son bâtiment principal. L’une est de forme carrée et appelée « la fenêtre d’illusion ». L’autre est de forme circulaire et appelée « la fenêtre d’illumination ». Que représentent-elles ? La fenêtre de forme carrée symbolise les épreuves inévitables que l’on rencontre tout au long de sa vie, tandis que celle de forme circulaire symbolise l’état d’éveil. On fait d’abord un retour sur soi-même devant la fenêtre d’illusion, alors seulement, on peut trouver son être naturel en face de la fenêtre d’illumination.

  • Le prix du billet d’entrée du temple Genko-an est de 400 yens sauf le mois de novembre (500 yens).
  • La beauté du jardin de ce temple vous coupera le souffle pendant la saison de feuilles rougies d’automne, mais elle attire beaucoup de touristes. Si vous voulez refléchir sur vous-même en regardant tranquillement le jardin par les deux fenêtres, je vous conseille de le visiter aux autres périodes. En tout cas, vous pourrez admirer le paysage du jardin de chaque saison.

Le temple Koetsu-ji

Haies de bambous
Cloche

Si vous visitez le temple Genko-an, que diriez- vous de passer au temple Koetsu-ji tout proche ? Celui-ci est plus proche d’un ermitage que d’un temple, et pour cause. Il a été à l’origine la résidence de Hon’ami Koetsu, grand maître du XVIIème siècle, et a été transformé en temple pour prier pour le salut de son âme après sa mort. Koetsu s’est rendu célèbre comme expert en sabre, maître de cérémonie du thé, calligraphe, peintre et céramiste. L’enceinte parsemée de sept salles du thé est comme jardin de promenade. Des haies de bambous croisés décrivant une courbe douce ajoutent au charme de l’enceinte. Au fond, le paysage grandiose de trois montagnes de Takagamine vous accueillera. Vous pourrez vous y plonger en contemplant la nature.

  • Le prix du billet d’entrée du temple Koetsu-ji est de 300 yens.
  • Il est fermé du 10 à 13 novembre.

Le jardin Shozan

Jardin
Cèdres

Ce jardin se trouve dans le complexe de loisirs Shozan, situé à 1 km au sud-est du temple Koetsu-ji. Pour y aller, on prend le chemin bordé d’érables le long de la rivière. Les érables, les mousses, les cerisiers, les pruniers, etc. qui colorent chaque saison y sont bien agencés. Mais le plus remarquable, c’est sans doute l’apparence unique des cèdres. Plusieurs ramifications s’allongent verticalement au dessus du tronc. Ce style est appelé daisugi. Aujourd’hui, daisugi est souvent utilisé à des fins décoratifs pour les jardins japonais. Environ 3 000 daisugi, ayant une longue histoire, créent une ambiance spéciale dans le jardin Shozan.

  • Le prix du billet d’entrée du jardin Shozan est de 500 yens.
  • Si vous descendez encore vers le sud depuis ce jardin, vous arriverez en environ 20 minutes au pavillon d’or, Kinkaku-ji.

Ichijoji

Ce quartier doit son nom à un ancien temple ayant disparu. Ce quartier est connu pour un pin appelé sagarimatsu sous lequel Miyamoto Musashi, escrimeur du début du XVIIème siècle s’est battu en duel avec le clan Yoshioka. Si vous avez lu le manga « Vagabond », vous devez connaître Musashi. Il est intéressant de visiter les sites historiques aux alentours, peu connus et pourtant très agréables. Il est aussi possible, dans la même journée, de visiter le pavillon d’argent, non loin de ce quartier. Et si vous aimez les ramen, les nombreux restaurants de la « rue des ramen » exciteront votre appétit.

Le temple Shisen-do

Jardin

Shisen-do fut à l’origine la villa où Ishikawa Jozan, guerrier et intellectuel du XVIIème siècle, se retira à 59 ans. Le merveilleux jardin dessiné par Jozan lui-même et bien entretenu continue aujourd’hui encore à nous fasciner. Que diriez-vous d’aller contempler ce havre de paix ?

Shishiodoshi

Vous y entendriez le bruit rythmé de la bascule de bambou, appelée shishiodoshi. Il ajoute au goût du jardin japonais, mais savez-vous ce que c’est ?

  • Le prix du billet d’entrée du temple Shisen-do est de 500 yens.
  • Il est fermé le 23 mai.

Le temple Enko-ji

Statuette dans le jardin
Jardin zen
Suikinkutsu

Si vous voulez voir les jardins japonais variés et le paysage pittoresque de Kyoto sans visiter des temples par ci par-là, je vous recommande d’aller à ce temple en particulier. Le jardin zen représentant un dragon volant dans la mer de nuages, le jardin de promenade offrant de beaux paysages en toute saison, la forêt de bambous et enfin la vue splendide sur le nord de Kyoto depuis les hauteurs… Malgré qu’il regorge de choses charmantes, il est peu connu. Que diriez-vous d’y passer un moment agréable en goûtant à la tranquilité de ces jardins ?

  • Le prix du billet d’entrée du temple Enko-ji est de 500 yens.

Le temple Manshu-in

Belle couleur des érables

Manshu-in ayant une relation étroite avec la famille impériale, il abrite un beau jardin qui mérite d’être contemplé. C’est le mariage du style zen et du style de la cour impériale. Ce qui y est remarquable, c’est le pin à cinq aiguilles de plus de 400 ans, en forme de grue. Mais ne vous contentez pas de voir seulement le jardin. Remarquez également l’intérieur des deux halls qui donnent sur le jardin. On y reconnaît l’influence des dessins de la villa impériale de Katsura. Les poignées de portes coulissantes en forme d’éventail, de gourde, les impostes ajourés, les objets décoratifs en forme de mont Fuji qui dissimulent les clous… Pourrez-vous les trouver ?

  • Le prix du billet d’entrée du temple Manshu-in est de 600 yens.
  • On prend une pente un peu raide pour aller à ce temple, qui n’est pas bien desservi. Le temple étant situé en dehors des sentiers battus, on peut éviter la foule.
  • Ce temple est comme un petit musée. Il est interdit de prendre des photos de l’intérieur des bâtiments, où vous pourrez apprécier des peintures datant du XVIIème siècle.

Kamigamo/Shimogamo

Les plus vieux sanctuaires shinto jumeaux inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO s’y trouvent. Les deux sont connus comme l’un des power spots, lieux où émane l’énergie spirituelle. En y ressentant la nature de près, vous pourrez vous rafraîchir.

Le sanctuaire shinto Kamigamo-jinja

Portique

Il est situé sur les rives de la rivière Kamo au nord de Kyoto, un peu loin du centre-ville. Vous pourrez y passer un moment tranquille loin de l’agitation de la ville. Le paysage de la rivière sereine qui coule à travers son enceinte flattera les yeux. Après le premier portique, torii, une longue voie d’accès au sanctuaire s’étale. Derrière son immense terrain, il y a la montagne sacrée Ko à environ 300 mètres d’altitude où est descendu le dieu vénéré à ce sanctuaire d’après une légende.

Passé le second portique, torii, vous remarquerez deux cônes de sable appelés tatesuna faits sur le modèle de la montagne sacrée Ko. Ils servent de purificateur. On a l’habitude de chasser les mauvais esprits en répandant du sel ou du sable au Japon. Il est dit que les tatesuna du sanctuaire shinto Kamigamo-jinja sont à l’origine de cette habitude. Pourrez-vous remarquer aussi les aiguilles de pin au sommet de chaque tatesuna ?

Tatesuna

Parmi les sanctuaires annexes qui parsèment sa vaste enceinte, le sanctuaire Kataoka est le plus connu. Vous y trouverez de nombreux ex-voto suspendus à motif de Murasaki-Shikibu, femme de lettres et poète de l’époque de Heian. Il est dit qu’elle l’a fréquenté pour prier un mariage heureux. Si vous voulez trouver un bon parti, que diriez-vous de le visiter et d’écrire votre vœu sur un ex-voto en forme de rose trémière ?

Sanctuaire Kataoka

À l’est du premier portique, torii, un quartier charmant pour une promenade se trouve le long d’un ruisseau. C’est le quartier appelé shakémachi où les prêtres du sanctuaire habitaient autrefois. Il y reste encore une vingtaine de maisons gardant l’ambiance de l’époque.

Shakemachi

Après la visite du sanctuaire, que diriez-vous de prendre un peu de repos en goûtant de la pâtisserie japonaise yakimochi, gâteau de riz légèrement grillé contenant de la pâte de haricots rouges sucrés ? Les yakimochi fraîchement cuits sont délicieux.

Le sanctuaire shinto Shimogamo-jinja

Portique

Il est situé au confluent des deux rivières, Kamo et Takano. La plupart des sanctuaires shinto se trouvent à des endroits qui bénéficient de la beauté de la nature, mais la richesse de la nature entourant ce sanctuaire est incomparable.

Le sanctuaire se trouve au fond de la forêt Tadasu, forêt primaire d’environ 12 hectares. Cette forêt où les grands arbres tels que les ormes, les camphriers, etc. sont luxuriants couvre la voie d’accès au sanctuaire comme un tunnel vert. Il y règne la tranquillité et la sérénité. Remarquez aussi le murmure des quatre ruisseaux qui la traversent.

Forêt Tadasu

Voici l’un de ses sanctuaires annexes, le sanctuaire Kawai où la déesse protectrice des femmes, la déesse de la beauté, est vénérée. Vous y trouverez des ex-voto en forme de miroir posés sur des étagères. Les femmes veulent être toujours belles de nature, n’est-ce pas ? On peut faire des vœux pour sa beauté en dessinant son visage sur un ex-voto et le maquillant ensuite avec ses cosmétiques.

Il y a aussi un sanctuaire annexe pour nouer les liens bénéfiques, surtout pour trouver un bon parti. Si vous regardez beaucoup d’ex-voto suspendus, vous pourrez comprendre que le sanctuaire shinto Shimogamo-jinja est populaire parmi les femmes.

Sanctuaire Aioi

Ce sont des talismans pour les femmes pour exaucer des vœux. Cela pourrait être bon comme souvenir. Fait de tissus de crêpe, chaque motif est différent. Il y a trop de choix…

Talismans pour les femmes

La pâtisserie japonaise sur la photo est mitarashi-dango, boulettes de pâte de riz gluant enroulées autour d’une brochette et couvertes de sauce de soja douce. L’origine de cette pâtisserie vendue aujourd’hui partout au Japon est dango, servi au moment de la fête qui se déroule en juillet à ce sanctuaire shinto. On y prie pour la santé et la sécurité en mettant ses pieds à l’étang Mitarai jusqu’à ses genoux. Mitarashi-dango est censé représenter les bulles de cet étang. Mitarashi-dango n’est pas aussi connu que dorayaki appelé « délice de Tokyo » en français, mais il est très aimé chez nous.

Mitarashi-dango

Le 15 mai, une des trois importantes fêtes de Kyoto se déroule au sanctuaire shinto Kamigamo-jinja et Shimogamo-jinja. C’est la fête des roses trémières appelée Aoi Matsuri. La procession de plus de 500 participants habillés comme des courtisans et des chariots de bœuf décorés de feuilles de roses trémières défilent lentement. Vous pourrez goûter l’ambiance gracieuse de cette fête qui a environ 1 400 ans d’histoire.

Fête Aoi Matsuri

Ohara

Ohara est un village nostalgique situé à 12 kilomètres au nord de la ville de Kyoto, au pied de la montagne Hiei. Autrefois, des nobles et des moines qui ont souhaité s’échapper aux ennuis de ce monde y ont vécu cachés. Ohara a été leur ermitage. Aujourd’hui, son paysage champêtre de chaque saison flattent les yeux. Que diriez-vous de pousser jusqu’à Ohara qui bénéficie d’une nature riche ? Il est un peu loin du centre de Kyoto, mais vaut la peine d’être visité.

Le temple Sanzen-in

Sanzen-in

Le temple Sanzen-in compte parmi les plus beaux temples de Kyoto. Sa porte d’entrée munie du mur en pierre est majestueuse et ressemble à celle d’une forteresse. Contre toute apparence, l’intérieur crée une ambiance douce et charmante, et pour cause. Il recèle deux jardins magnifiques surnommés « coffret à bijoux de l’Orient » par Inoue Yasushi (1907-1991), écrivain japonais.

Le premier jardin est aménagé autour d’un étang. On peut l’admirer de l’intérieur du bâtiment sous plusieurs angles. Le murmure du courant limpide est agréable à l’oreille. Vous ne vous lasserez pas de contempler ce jardin.

Jardin 1 de Sanzen-in

Le deuxième jardin est celui de promenade. Le tapis de mousse s’étale au pied de cèdres qui s’élancent vers le ciel. On dirait une immense océan. J’aime le contraste entre la ligne droite de cèdres et l’étendue de mousse. Pourrez-vous trouver des statuettes de jizo qui parsèment ce jardin ? Il y en a six au total. Leur mignonne pose sera attendrissante à voir.

Le pavillon du bouddha Amida s’intègre bien dans ce jardin paisible. La grande statue du bouddha Amida y accueille les visiteurs avec un visage miséricordieux. La statue avec son auréole et le pavillon sont presque de même taille. Le plafond du pavillon a donc la forme du fond de cale afin de la renfermer.

Amida de Sanzen-in

L’enceinte du temple Sanzen-in est immense. Je vous conseille de prendre du temps de faire une belle promenade. Il y aura des rencontres intéressantes avec d’autres statues de jizo. Le temple Sanzen-in est connu pour le mariage de mousse verte et de feuilles rouges d’automne. Mais les rhododendrons du printemps, les hortensias du début de l’été, les petites fleurs du début de l’hiver qui s’épanouissent discrètement, le paysage de neige… Vous pourrez y passer sûrement un moment agréable en toute saison.

    • Le prix du billet d’entrée du temple Sanzen-in est de 700 yens.
  • Il y aura du monde surtout en automne. Pour goûter le paysage tranquillement, il vaut mieux le visiter de bon matin.

Le temple Shorin-in

Shorin-in

En sortant du temple Sanzen-in, tournez à droite et continuez tout droit jusqu’au fond. Le bâtiment principal imposant du temple Shorin-in se verra. Il a été fondé au XIème siècle en tant que centre d’enseignement du shomyo, la musique liturgique bouddhiste qui correspond à l’hymne du christianisme.

Son bâtiment principal est la reconstruction du XVIIIème siècle. Il est tout fait avec des ormes. La sculpture en relief faite sous l’avant-toit est magnifique. À l’intérieur, une grande statue du bouddha Amida vous accueillera avec le regard tendre.

Le dessin du dépliant de ce temple est intéressant. Il est de la main d’une artiste du papier découpé qui habite à Kyoto.

  • Le prix du billet d’entrée du temple Shorin-in est de 300 yens.

Le temple Jikko-in

Jikko-in

Un petit bâtiment situé en deçà du temple Shorin-in est le temple Jikko-in, temple annexe. Il a été à l’origine l’un des logements de moines qui ont appris le shomyo, la musique liturgique bouddhiste. Son apparence est tellement modeste qu’on passe sans le remarquer, mais c’est un coin idéal pour se reposer.

Vous y verrez les instruments musicaux pour le shomyo collectionnés par les moines. Il y a par exemple une sorte de lithophone fait avec des pierres sanukite extraites dans la préfecture de Kagawa. Goûtez la sonorité claire.

Le temple Jikko-in est connu pour ses deux jardins créés aux différentes époques. Le jardin du sud datant de l’époque Edo est de style classique et gracieux. Dans celui de l’ouest aménagé au début du XXème siècle par les moines, le paysage paisible d’Ohara est intégré à merveille. En automne, vous pourrez y goûter le paysage rarement vu ailleurs.

  • Le prix du billet d’entrée du temple Jikko-in est de 700 yens.
  • Un thé vert vous y sera offert devant son jardin. Ce service est compris dans le prix du billet d’entrée.

Le temple Hosen-in

Hosen-in

Le temple Hosen-in, l’autre temple annexe du temple Shorin-in vaut aussi le détour. Ce petit temple tranquille regorge de beaux paysages.

Ce temple recèle trois jardins. Tous sont remarquables, notamment le jardin Bankan-en qui signifie « difficile à quitter ». C’est un jardin admiré de l’intérieur du bâtiment principal. Ses paysages découpés comme tableaux encadrés vous impressionneront. Selon que vous êtes assis du côté sud ou du côté ouest, ce jardin vous offre des paysages contrastés. Au sud, un grand pin de 700 ans étale ses branches. Vous serez étonné que ce petit temple renferme un tel pin impressionnant. Ce paysage grandiose vous fera ressentir la beauté perpetuelle du pin. À l’ouest, vous pourrez remarquer la profondeur du paysage grâce au bambou arrangé derrière. C’est la beauté gracieuse de chaque saison qui y est représentée. Le jardin Bankan-en, comme son nom l’indique, nous donne envie de contempler pour toujours.

  • Le prix du billet d’entrée du temple Hosen-in est de 800 yens, y compris un thé vert.
  • Un jardin plein d’idées originales se trouve au terrain bas du côté sud de l’enceinte. On peut s’y promener.

Le temple Jakko-in

Jakko-in

Le temple Jakko-in est situé à l’opposé du quartier principal qui rassemble des temples emblématiques d’Ohara. Il y règne un silence sauf la période de feuilles rougies d’automne. Ce temple est connu pour être l’ermitage d’une dame qui a été le jouet du destin à cause de la guerre au XIIème siècle. Elle y a vécu en reclus comme religieuse. Son ambiance triste est peut-être dû à cette histoire. Il a subi un incendie volontaire en 2000 qui a réduit sa salle du Bouddha en cendres. Le bâtiment actuel est la reconstruction récente. C’est pourquoi l’appréciation de ce temple semble partagée. Les habitants du quartier ont encore un souvenir frais de la tragédie qui a frappé l’ancienne statue du Bouddha créée au XIIIème siècle. N’ayant pas été épargnée par l’incendie, elle a été abîmée au point d’être carbonisée. Mais les objets précieux renfermés à son intérieur tels qu’environ 3 000 statuettes du Bouddha sont restés presque intacts par miracle. L’incendiaire n’a pas été dépisté et finalement, la prescription a été conclue en 2007. L’ancienne statue du Bouddha, peut-être le seul témoin de l’incendie, est abritée dans une salle située au fond de l’enceinte.

  • Le prix du billet d’entrée du temple Jakko-in est de 600 yens.
  • L’ancienne statue du Bouddha est montrée au public pendant environ une semaine au printemps et en automne. Pour la voir, il faut payer un supplément de 300 yens.
  • Il y a un magasin de céramiques près du temple. Vous pourrez peindre sur céramiques, qui seront après émaillés et cuits au magasin. À côté, il y a un café avec bain de pieds. Si vous vous sentez fatigué après la promenade, que diriez-vous d’y passer ?
Bain de pieds

La spécialité d’Ohara

En juillet à Ohara, c’est la pleine saison des feuilles de sarriette rouge appelées akashiso. Les akashiso y cultivés sont connus pour leur senteur fraîche et leur belle couleur. Les aliments faits avec les akashiso sont étalés dans des échoppes bordant l’allée au temple Sanzen-in. Parmi eux, je vous recommande le shibaduké. C’est une sorte de tsukémono, des légumes conservés au sel et servis souvent pour accompagner le riz nature. Le shibaduké d’Ohara est fait avec les akashiso et les aubergines coupés en morceaux et soumis à lactofermentation dans une saumure. Il est un peu acide, mais va bien avec du riz chaud. Et comme déjeuner, que diriez-vous de déguster des plats préparés avec des légumes locaux pleins de saveur ?

  • Comment aller à Ohara ?  Ohara n’est pas desservi par le train. De toute façon, prenez le bus et descendez à l’arrêt Ohara, terminus. Pour éviter des embouteillages du centre-ville, je vous conseille de prendre le bus no 19 depuis la station Kokusai-Kaikan, terminus nord du métro ligne Karasuma (20 min). Le bus part depuis l’arrêt no 3. One day Pass combiné (bus et métro) pour une journée (900 yens) est pratique.
  • Les temples emblématiques d’Ohara sont situés du côté est de l’arrêt de bus Ohara. Le temple Sanzen-in, le plus principal est à 10 minutes à pied. Traversez le passage clouté et suivez l’allée en pente douce le long de la rivière Ryosen. Vous y trouverez une rangée d’échoppes et de magasins de souvenirs. Une statuette en bois sur la photo représente Oharame, marchande ambulante d’autrefois.
  • Le temple Jakko-in est situé à l’opposé du temple Sanzen-in et de ses alentours. Il est à 20 minutes à pied de l’arrêt de bus Ohara. Un peu loin, mais vous pourrez profiter d’un paysage paisible en chemin.
Cosmos