La zone Sud

Le temple Tofuku-ji

Pont Tsutenkyo

Ce temple zen fondé au XIIIème siècle est connu pour sa magnifique architecture et ses milliers d’érables japonais. Vous vous y senterez à l’aise. Il a pris comme modèle les deux grands temples de Nara, le temple Todai-ji et le temple Kofuku-ji et le nom Tofuku-ji lui a donc été attribué. L’enceinte se colore de rouge en automne et la vue depuis le pont Tsutenkyo qui se trouve sur une vallée est merveilleuse.

Porte

Voici la porte pour atteindre l’illumination. Datant du XVème siècle, c’est l’une des plus vieilles portes des temples zen au Japon. Elle abrite à l’étage des statues du Bouddha. Fermée habituellement, elle est ouverte au public pendant trois jours en mars.

Toilettes anciennes

À quoi sert ce long bâtiment ? Vous pourrez voir beaucoup de creux creusés dedans. Ce sont les toilettes des moines. Savez-vous que les besoins naturels aussi bien que le bain sont considérés comme des austérités sévères ?

Le hojo, quartier des moines, vaut la peine d’être visité en raison des jardins conçus par Shigemori Mirei, paysagiste célèbre du XXème siècle. Ses jardins donnent sur chacun des côtés de ce bâtiment. Cela dépend de la préférence de chacun, mais en tout cas, vous y trouverez la fusion parfaite de la simplicité du zen et l’abstraction de l’art moderne.

  • Billet pour traverser le pont Tsutenkyo : 400 yens
  • Billet d’entrée des jardins du hojo du temple Tofuku-ji : 400 yens

Le temple Komyo-in

Jardin de Komyo-in

Komyo-in, un des temples annexes du temple Tofuku-ji, vaut aussi  le détour. C’est un endroit peu connu et pourtant très agréable pour ceux qui veulent admirer le jardin japonais tranquillement. Son nom Komyo signifie la lumière émise par le Bouddha et le thème du jardin est donc la lumière. De nombreuses pierres sont agencées à merveille sur les graviers bordés de courbes pittoresques de mousses pour représenter la lumière. L’ambiance créée par ce jardin audacieux est impressionnante.

Le sanctuaire shinto Fushimi-Inari Taisha

Porte

Connu pour ses milliers de portiques, torii, Fushimi-Inari Taisha est l’un des sites les plus insolites du Japon aujourd’hui. Les torii innombrables qui se succèdent jusqu’au sommet de la montagne rendent ce sanctuaire célèbre dans le monde entier. Savez-vous qu’il y a environ 80 000 sanctuaires shinto au Japon ? Les sanctuaires portant le nom « inari » représentent 30 % d’entre eux et Fushimi-Inari Taisha est le siège de tous les sanctuaires Inari.
Qu’est-ce que ce terme « inari » signifie-t-il ? Le terme « inari » est écrit 稲荷 en caractères chinois. Le caractère 稲 signifie riz. La divinité vénérée dans le sanctuaire Inari avait donc rapport à l’agriculture, à la récolte du riz à l’origine. Le riz, c’est l’aliment de base des Japonais. Vous pourrez alors comprendre pourquoi il y a de nombreux sanctuaires Inari partout dans le pays.
Savez-vous que des animaux variés tels le daim, le lapin, le corbeau, le serpent, etc. servent de messager divin dans les sanctuaires shinto ? Dans les sanctuaires Inari, c’est le renard, kitsuné qui travaille comme messager divin. Ce sera aussi intéressant de trouver des statues représentant le renard. Sur la voie d’accès au Fushimi-Inari Taisha, je voudrais vous montrer divers plats concernant le renard.

Mille portiques

Aujourd’hui, ce tunnel de portiques, senbon-torii est un site incontournable. Le torii, c’est le portique qui sépare le monde ordinaire et le monde sacré et à l’origine, ce terme signifie « perchoir des oiseaux ». Senbon-torii signifie littéralement mille portiques, mais en fait il n’y en a pas vraiment mille. Si vous voulez, comptez ces portiques. En japonais, le terme mille signifie « très nombreux ». Ces portiques qu’on voit sont des offrandes des commerçants ou des entreprises, mais l’habitude de construire des portiques remonte à l’époque Edo. Pourquoi est-ce qu’on continue à offrir des portiques depuis longtemps ? Qu’est ce qui est écrit sur ces portiques ? Je vous en parlerai lors de votre visite.

  • Ce site est ouvert en permanence et son entrée est gratuite. Je vous recommande d’y aller de bon matin si vous voulez prendre de bonnes photos. Le soleil du matin pénètre dans les portiques et ce sera magnifique.
  • Ce site se trouve au pied de la montagne Inari. Vous pouvez faire une randonnée jusqu’au sommet. Pour monter et descendre, il faut environ 2 heures.

Fushimi et ses environs

Fushimi

Fushimi, un arrondissement de la ville de Kyoto, a prospéré comme point important de transport vers Kyoto et Osaka dans le passé. Aujourd’hui, Fushimi évoque le saké, alcool de riz pour les Japonais. Le saké moelleux de Fushimi, autrement appelé « le saké féminin » est produit grâce à de l’eau souterraine abondante qui contient moins de minéraux. À Fushimi, vous pouvez voir des rangées d’anciennes brasseries, sakagura, qui se trouvent le long de la rivière. Certains fabricants vous offrent le service de dégustation de saké. Ce sera aussi bon de goûter des brochettes de poulet, yakitori, avec le saké. Je peux vous recommander de bons restaurants.

Musée du saké

Le musée du saké de Gekkeikan (nom de fabricant) vous montre la fabrication du saké à Fushimi et son histoire. On peut y apprendre l’ancien procédé de fabrication du saké et voir des ustensiles variés nécessaires pour sa fabrication. À la fin de la visite, la dégustation de saké vous attend. En plus, la visite se conclut avec un petit cadeau.

  • Le prix du billet d’entrée du musée du saké de Gekkeikan est de 300 yens.
Boule d’aiguilles de cèdre

Savez-vous ce que c’est ? C’est une boule d’aiguilles de cèdre que les propriétaires de brasserie mettent au-dessus de l’entrée pour annoncer un nouveau tirage de saké . Au début, cette boule est verte, mais graduellement elle devient fanée et brune. Cela annonce le degré de fermentation du saké nouveau. On peut donc reconnaître le fabricant de saké à cette boule d’aiguilles de cèdre.